Festival du film Sarlat : Mia Madre, de Nanni Moretti (critique et avis de spectateurs)

Pour débuter le festival, nous avons assisté à la projection du film MIA MADRE de Nanni Moretti mardi 10 novembre à 14 heures au cinéma Le Rex. Le film, qui était en compétition officielle au dernier festival de Cannes sortira en salles le 2 décembre prochain.

Ellian a interrogé des spectateurs à la sortie de la salle. Voici leurs réactions :

https://soundcloud.com/user-531988158/mia-madre-avis-spectateurs-sarlat-101115

De plus, Ludivine et Maurane vous livrent ci-dessous leur première critique du festival sur ce film.

Affiche film Télérama

Critique du film

Tous les chemins mènent à Rome.

Margherita (Margherita Buy) est une productrice qui essaie tant bien que mal de réaliser son propre film. Elle est partagée entre son projet cinématographique et sa mère, Ada (Giulia Lazzarini), souffrante de problèmes au cœur et aux poumons. On peut voir aussi que le film qu’elle créée reflète sa vie personnelle.

Giovanni (Nanni Moretti), son frère, est l’homme avec qui elle partage le plus et qui l’aide pendant cette période difficile. Margherita, divorcée, ne voyant que très peu sa fille Livia n’est pas très proche d’elle, Livia préfèrant se confier à sa grand-mère. Le film montre que Margherita est un peu perdue et sur les nerfs en raison de la maladie de sa mère et du fait que son film ne se déroule pas comme elle le souhaite. Derrière son aspect de tristesse, Barry (John Turturro), acteur du film de Margherita donne un soupçon d’humour à ce film très prenant. On peut le voir dans la scène de leur première rencontre.

Nous avons trouvé le film original car il nous montre le tournage d’un long métrage mis en parallèle avec la vie personnelle de la réalisatrice. Nanni Moretti privilégie les plans rapprochés qui nous  révèlent plus de sentiments à travers le visage des acteurs.

C’est un mélange de tristesse et de comique très bien rendu par l’opposition entre les scènes très lumineuses et sombres. La profondeur de champ est faible (arrières-plan flous), ce qui permet une meilleure vue sur l’ensemble des actions des acteurs.

Cependant, les mouvements de caméras parfois brusque étaient parfois difficiles à suivre. Les flash-back rendent parfois l’action difficile à suivre mais elles traduisent l’angoisse de Margherita.

Au final nous vous conseillons ce film mais plutôt pour une tranche d’âge plus mûre que nous.

Ludivine et Maurane

Ci-dessous les quatre critiques de la TGA2

Photo LP Picasso Périgueux

Photo LP Picasso Périgueux

Photo LP Picasso Périgueux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*