Retour à Première Ens Scientifique

Thème 3 : sons et musique, porteurs d’information

I. L’oreille, organe de l’audition

A. La transmission du son de l’oreille externe à l’oreille interne

L’oreille humaine perçoit les sons de fréquence comprise entre 20 Hz et 20000 Hz (ou 20 KHz) dont le niveau sonore varie de 0 à 120 dB. À l’arrivée d’un son, la vibration de l’air est captée par le pavillon de l’oreille externe, canalisée dans le conduit auditif, et vient faire vibrer le tympan. La vibration du tympan est transmise et amplifiée par les osselets de l’oreille moyenne (marteau, enclume et étrier) qui vont faire vibrer une membrane sur la fenêtre ovale de la cochlée, organe principal de l’oreille interne.

B. La création du message nerveux auditif dans l’oreille interne

Dans la cochlée, la vibration est transmise dans un liquide, la lymphe. Selon la fréquence de cette vibration, différentes cellules ciliées sont activées grâce à leurs cils vibratiles. L’activation des cellules ciliées permet la création d’un message nerveux dans les fibres nerveuses qui constituent le nerf auditif. Ce message portant les caractéristiques principales du son entendu, c’est-à-dire sa fréquence et son intensité, est alors transmis au cerveau par le nerf auditif.

II. Cerveau et perception auditive

Le message nerveux auditif est transmis à une aire spécifique du cortex cérébral située dans le lobe temporal : l’aire auditive primaire. Elle est connectée à l’aire auditive secondaire elle-même connectée à d’autres aires spécialisées. C’est l’aire auditive secondaire qui va donc pouvoir traiter l’information portée par le message nerveux et permettre ainsi l’interprétation des sons perçus : reconnaissance des voix ou d’une musique, identification des bruits, etc.

L’apprentissage d’une langue ou de la musique va permettre de développer des facultés auditives particulières. Ces facultés reposent sur des modifications de la structure et du fonctionnement cérébral. Ces modifications sont mises en jeu chez les personnes équipées de prothèses auditives comme les implants cochléaires.

Vidéo : la solution d’un implant cochléaire

III. Musique et risques auditifs

Chaque personne possède un nombre limité de cellules ciliées dans son oreille interne. Les cils vibratiles de ces cellules sont très fragiles et peuvent être détruits de manière irréversible suite à une exposition sonore trop intense ou trop prolongée. Cette destruction entraîne des troubles auditifs, qui peuvent aller jusqu’à la surdité. Ainsi, pour préserver son audition, il est préférable d’écouter de la musique à un niveau sonore modéré, ou de se protéger si l’on est confronté à un niveau sonore très important, comme lors d’un concert.