↑ Retour à Traditions

Matriochka – Матрёшка

          Les poupées russes (русские куклы) ou Matriochkas sont des séries de poupées (куклы) de tailles décroissantes placées les unes à l’intérieur des autres. Le mot matriochka (матрешка) est dérivé du prénom féminin (женское имя) russe Matriona. On l’ associe traditionnellement à une femme (женщина) russe de la campagne. Elle est corpulente (tолстая) et robuste. On parle aussi  de poupée Gigogne, car elle représente une femme forte et grande (большая и сильная женщина) entourée d’enfants (дети).

                                                                        Pour de nombreux de touristes (туристы), la « matriochka » représente un souvenir indispensable de la Russie (Россия), cependant, peu de gens savent que cette poupée multicolore (многокрасочный) puise ses origines (происхождение) au Japon (Япония), avant d’être liée au pays (страна) qui en a fait son symbole (символ). Ces poupées (куклы) de bois emboîtées les unes dans les autres, ont depuis plus d’un siècle (столетие) reflété toutes les époques (эпохи) et continuent de le faire dans les boutiques de souvenirs (магазины сувениров). Les premières poupées russes (Первые русские куклы) datent de 1890 (тысяч восемьсот девяносто).

                                                            

          La poupée russe (русская кукла) a été fabriquée par Vassili ZVEZDOCKIN (Василий) et répandue par Serguey MALIOUTINE (Сергей Малютин). Avant, elle était constituée de huit pièces (восемь штук) ;elle était de couleur (цвет) noire (черный). A l’intérieur de la mère (мать) était la fille (дочка); à l’intérieur de la fille (дочка) était le fils (сын), et ainsi de suite. Toutes les figurines se distinguaient mais la dernière (последняя), huitième (восьмому), représentait toujours un bébé (ребенок) langé.

                                                     

          La fabrication des poupées russes (русские куклы) demande beaucoup de savoir-faire. En général, les poupées russes (русские куклы) sont fabriquées en bois de tilleul, de bouleau, ou d’aune. Le meilleur reste le tilleul.

Chabod Manon, 2nde6

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

RD607-TRAD_smLes poupées russes ou matriochkas (Матрёшки) sont des séries de poupées de tailles décroissantes, placées les unes à l’intérieur des autres. Ce sont des sortes de figurines en bois qui s’ouvrent en deux horizontalement, afin de découvrir une autre figurine identique mais de plus petite taille qui renferme elle-même une autre poupée toujours plus petite et ainsi de suite. Les séries peuvent aller de 3 poupées à 10. Ces poupées sont de forme ovale mais sont marquées au niveau du cou, arrondies à la tête mais sur une base plate. La poupée la plus grande est généralement vêtue d’un sarafan (robe traditionnelle russe), les autres poupées peuvent être des filles ou des garçons, la dernière poupée, qui elle ne s’ouvre pas est habituellement un bébé. Les matriochkas d’une même série suivent le même thème, leurs peintures peuvent être extrêmement élaborées, elles sont souvent en bouleau mais les plus prisées sont en tilleul.

Le nom de Матрёшкa vient du prénom féminin Maтрёнa, qui traditionnellement est associé à la femme russe de la campagne. Parfois on parle de poupée Gigogne en référence à la marionnette Gigogne représentant une grande et forte femme entourée d’enfants. Ces poupées sont un symbole de fertilité. 

Selon l’agence de presse Novosti, on aurait conservé la première matriochka, façonnée à la charnière du XIXe siècle et du XXe siècle : une paysanne tenant un coq. La poupée « mère » fut appelée « matriona » et ses « filles » reçurent le diminutif de « matriochka ». Le coq était jadis un symbole de fécondité, en Russie et dans toute l’Europe, notamment en France : gage de prospérité et de fécondité, son effigie caracole en girouette sur les « clochers ».

 Anna D

Laisser un commentaire