Retour à Littérature

Cédric Gras, écrivain-voyageur – un livre, une rencontre

Cédric Gras est un écrivain et voyageur français selon Wikipedia. Il est né le 15 janvier 1982 à Saint Cloud.

Il étudie au lycée Hoche de Versailles, puis s’intéresse davantage aux  études de géographie. Il développe  en parallèle une passion pour la Russie, où il partira faire des études à Omsk en 2006. Il fera même parti  de l’alliance française à Vladivostok. Depuis, il ne cesse de parcourir ce pays gigantesque, s’aventurant dans  les recoins plus froids les uns que les autres.

Image result for cedric gras

 

 

 

 

 

 

 

 

Un livre : Vladivostok – neiges et moussons , 2011.

Image result for vladivostok neiges et moussons date

J’ai eu l’obligation il y a quelques semaines de lire un des livres écrit par Cédric Gras, et je pense que ce fut une des obligations les plus plaisante au quelle j’ai du faire face.

Je ne m’étais jamais tournée auparavant vers ce genre d’écriture par mauvaise appréhension sans doute. Mais imaginez vous à ma place, parcourir les lignes d’un voyage inconnu pour vous, mêlé à des remises en question presque d’ordre philosophique et le tout saupoudré de sensations nouvelles et variées… quel cocktail !

Il y dedans un tout autre monde auquel vous faites face : nous suivons le narrateur, qui est l’auteur, qui est Cédric Gras, et qui part pour Vladivostok. C’est une ville qui lui laisse de mauvaises premières impressions, que ce soit de par l’architecture communiste qui « enlaidisse » les lieux, du manque de transport, de la forte humidité dans l’air, du ciel gris…  mais il va au fur et à mesure connaitre, apprendre, et comprendre cette ville.

Ses récits sont entrecoupés de passages faisant lien à son enfance, à ses idées les plus profondes, ses questionnements, ses réponses, ses réflexions, son tout ;  j’ai eu une vraie impression de m’être retrouvée dans la tête de quelqu’un, assise sur un fauteuil, à coté de la cheminé, accompagné par sa voix contant trois ans de péripéties. L’écouter penser et évoluer tout au long de son voyage; un pure plaisir.

J’ai trouvé un petit passage de son interview en lien avec Vladivostok :

« Quand vous quittez Vladivostok, c’est toute une valse de mots dont vous ne saisissez peut-être pas bien le sens qui revient composer une poésie nommée mélancolie. J’en ai fait l’expérience. Pendant ces mois j’ai fait de cette ville la mienne. Il faut s’ennuyer de longues heures dans un endroit, à en fouiller tous les recoins, pour pouvoir affirmer que c’est chez vous. (…). Après toutes ces saisons, Vladivostok, c’était ma ville ! Et c’est tout un vocabulaire. »

( source : http://legrenierdechoco.over-blog.com/article-vladivostok-neiges-et-moussons-cedroc-gras-87843711.html )

Une rencontre, octobre 2018.

Nous avions eu le cadeau de pouvoir rencontrer au lycée Cédric Gras en personne ; sur les 1h30 où il était présent, j’eu l’impression de suivre un nouveau récit, plus personnel cette fois.  Il a pu répondre à nos questions librement, avec simplicité et humour. Je n’ai rien de plus à rajouter à part que c’était un bon moment que les classes de russes ont pu partager tous ensemble et dans un cadre chaleureux. Merci.

Седрик Гра – французский писатель и путешественник по Википедии. Он родился 15 января 1982 года в Сент-Клауде.

Он учился в высшей школе Hoche Де Версаль, а затем больше заинтересовался исследованиями в области географии. Он параллельно влюбилься в России, куда он отправился учиться в Омск в 2006 году. Он даже работал в « Alliance Française » в Владивостоке. С тех пор он продолжает путешествовать по этой гигантской стране, вступая в самые холодные уголки.

Одна книгаVladivostok – neiges et moussons , 2011.

У меня было задание несколько недель назад прочитать одну из книг, написанных Седриком Гра, и я думаю, что это было одно из самых приятных заданий, с которым мне пришлось столкнуться.

Никогда ранее я не обращалась к подобному жанру книг. Но представьте себя на моем месте: путешествие по незнакомым маршрутам, смешанное с философскими рассуждениями, и все приправлено новыми и разнообразными ощущениями …
Мы сталкиваемся с целым миром: мы следуем за рассказчиком, который является автором, Седриком Гра, и который отправляется во Владивосток. Это город оставляет плохие первые впечатления, будь то коммунистическая архитектура, обезображивающая пейзаж, отсутствие транспорта, высокая влажность в воздухе, серое небо … но понемногу мы начинаем узнавать и понимать этот город.
Его рассказы чередуются с отрывками, описывающими его детство, его самые глубокие идеи, его вопросы, ответы, его размышления, его всего. У меня было настоящее чувство, что я в чьей-то голове, сидя в кресле у камина слушаю его голос, рассказывающий о трехлетнем приключении. Послушайте, как он мыслит и развивается на протяжении всей своей поездки; чистое удовольствие.
Я нашла небольшой отрывок из его интервью, связанного с Владивостоком:
«Когда вы покидаете Владивосток, это целый вальс слов, смысл которых вы не совсем понимаете и которые составляют поэзию, называемую меланхолией. Я испытал это. За эти месяцы город стал моим. Нужно провести много времени в каком-то месте, исследовать все уголки чтобы понять, что вы дома. (…). После всего этого времени Владивосток стал моим городом! Это целый лексикон. « 
Одна встреча, октябрь 2018. 
Нам повезло встретить Седрика Гра в лицее; за эти полтора часа у меня было ощущение прослушать его рассказ более персональный в этот раз. Он легко, свободно и с юмором ответил на наши вопросы. Мне нечего добавить кроме того, что наши группы русского языка приятно провели время в тёплой компании. Спасибо за внимание.
Лиза СТЕПАНЕНКО 1ere L3ES1 Lisa STEPANENKO 1ere L3ES1

Cédric Gras est écrivain voyageur. Il a écrit de nombreux livres dans le thème du voyage dont un des plus récent « Saison du Voyage », que j’ai lu. Je n’ai pas beaucoup aimé ce livre car je suis plus habituée à lire des romans racontant une histoire, avec un début et une fin. Ce livre-ci ressemble plus à un essai, dans lequel Cédric Gras nous raconte ses ressentiments lors de ces voyages, en Mongolie, au Tibet et sa notion du voyage. Ce n’est pas un livre passionnant mais qui reste intéressant puisque il nous informe sur pas mal des coutumes et les paysages de ces pays de l’Est dont nous entendons rarement parler.

Cet écrivain a eu la gentillesse de venir nous parler le vendredi 19 octobre. Il nous a raconté ces voyages et surtout celui en Russie. Il nous a parlé de la Russie avec une telle passion quand sortant de la salle ma seule envie était de voir ce pays de mes propres yeux. Par chance, nous allons y aller en février et j’ai hâte de découvrir ce monde.

Clara C., Tle S1

L’Hiver aux Trousses, CÉDRIC GRAS

Mon résumé

Dans L’hiver aux trousses, Cédric Gras nous fait découvrir la Russie de l’Extrême Orient. Il part de Yakoutsk jusqu’à Vladivostok où il verra défiler trois automnes. Ce livre est très intéressant car on découvre l’histoire de l’Extrême Est de la Russie qui était à son apogée lors de l’URSS et de l’époque des tsars et qui malheureusement maintenant peine à survivre.

Cette région à une démographie très faible dont les ressources économiques sont dues à l’industrie du pétrole et de la pêche. Cette région est désertée cette région est désertée car les emplois y sont peu présents. De plus, il y a fréquemment des catastrophes naturelles comme à Komsomolsk Sur Amour qui est surnommée Amour Sur Komsomolsk due aux inondations du fleuve, ou même les tremblements de Terre sur l’île de Sakhaline. Le seul moyen pour inciter des personnes qualifiées (professeurs, médecins…) à s’installer dans la région est de proposer des sommes alléchantes d’argent.

Cédric Gras a voyagé de ville en ville tout le long du fleuve Amour et sur l’île de Sakhaline. Il a rencontré les habitants qui lui parlent de l’histoire de leur ville. L’histoire de la région nous montre l’importance de ce territoire car il est frontalier avec les Corées ( Nord et Sud ), la Chine, le Japon mais également les Etats-Unis. Pour cela il se déplace à l’aide des locaux en voiture, camion, bateau, en stop…

Mon avis

J’ai choisi de lire ce livre car j’ai voulu découvrir une région isolée de la Russie dont on entend très peu parler (à part Vladivostok car c’est le terminus du Transsibérien). J’ai bien aimé la culture que nous apporte cet ouvrage car elle est dense et très intéressante. Par contre, j’ai eu beaucoup de mal à finir le livre car il y a une certaine lenteur qui est due à la vitesse du voyage et qui selon moi rend le livre un peu monotone ce qui demande plus de concentration à la lecture.

La rencontre avec l’auteur

Ce dont il nous a parlé

Nous avons eu la chance de rencontrer Cédric Gras au lycée. Il nous a tout d’abord parlé de sa vie et de pourquoi il s’est intéressé à la Russie. Il a fait des études de géographie ce qui l’a conduit à aller faire des recherches en Russie. Il a vécut pendant 11 ans en Russie (Omsk, Vladivostok…) et en Ukraine. Il a appris le russe sur place.

Ensuite, il nous a parlé des particularités de la Russie, notamment la météo. En Sibérie, il fait en général en hiver – 15°C, c’est un climat continental. Le record de température le plus froid en Sibérie est de -68°C. A partir de -30°C, les enfants ne vont plus à l’école. La Russie est un grand pays avec 14 pays frontaliers, mais c’est également 32 fois la France. Il n’a pas seulement voyagé en Russie, mais un peu partout dans le monde. Il aime les endroits froids comme l’Antarctique mais surtout les pays russophones.

Il a vécut 3 ans à Vladivostok où il était directeur de l’alliance française. Il donnait des cours de français aux russes mais ils préfèrent apprendre des langues qui leur seront plus utiles notamment celles des pays proches comme l’anglais ou les langues asiatiques. Là-bas, il a eu la chance de rencontrer des ours en liberté et en pleine nature.

Puis il a également vécu en Ukraine. Il ne parle pas ukrainien mais le fait de parler lui permettait de comprendre beaucoup de mots. Il a choisi de déménager quelques années plus tard car il ne supportait pas la tension diplomatiques du conflit de la Russie avec l’Ukraine.

Il a répondu à nos questions

  • Est ce qu’il y a des plages en Russie? Oui, il y en a en Crimée ( Ukraine ou Russie selon le point de vue ), à la mer Noire mais les fonds marins sont peu profonds, puis aussi sur la côte Est mais la mer y est très froide et quand il y a des courants chaud qui remontent d’Asie, il peut y avoir des requins mais c’est très rare.
  • Comment est le climat continental en Russie? Très chaud l’été et très froid l’hiver ce qui peut causer des incendies.
  • Quelle est votre manière de voyager? Selon lui, il existe deux manières de voyager. Tout d’abord, la manière touristique, c’est-à-dire qu’on sait quand on rentre et qu’on ne part pas très longtemps. Puis il y a le voyage, c’est-à-dire qu’on part mais on ne sait pas exactement quand on va rentrer ou même on ne sait pas si on va rentrer. C’est moins superficiel et il n’y a pas la contrainte du temps.
  •  Êtes-vous fier d’être français? Oui il est fier d’être français. D’ailleurs ça l’amuse car quand il est en Russie on devine qu’il n’est pas français par sa manière de parler russe mais comme il n’a pas l’accent français on ne sait pas d’où il vient.

Jeanne Capdeville TS1