Retour à Histoire

1917-2017

1917-2017 LE CENTENAIRE DE LA RÉVOLUTION RUSSE

1917 : Les origines de la révolution

En Россия ( Russie ) il y a eu 2 révolutions : en février 1917 puis en octobre qui se situent toutes les deux à Петроград (Petrograd ) (ancien Петербург ( Saint Petersbourg )). La première a vu la chute du Tsar Николай Александрович Романов ( Nicholas Alexandrovich Romanov ) et la seconde la prise du pouvoir par les Bolcheviks. Mais toutes deux ont la même origine c’est à dire la Première Guerre Mondiale.

Tsar Николай Александрович Романов

 

1914

 

 

 

 

  • La loi martiale est décrétée et elle donne tous pouvoirs au gouverneur général. Elle permet de contrôler les médias, les industries, les approvisionnements en nourriture et elle supprime les libertés. Par cette loi l’achat et la vente d’alcool fort sont interdits ce qui engendre des trafics.
  • A cause de la guerre tout devient plus cher ce qui entraîne des révoltes contre les marchands accusés de profiter du systèmes. De plus en plus de blessés arrivent à Петроград  (Petrograd ) car c’est là- bas que ce trouvait la majorité des infirmeries.
  •  Германия ( l’Allemagne ) était pour la Россия ( Russie ) l‘un de leur fournisseur principal en matière première. Les prix augmentent donc, beaucoup d’entreprises ferment car il y a moins d’ouvrier à cause de la guerre et moins de matériaux ce qui amène du chômage.

1915

  • La faim se fait ressentir auprès de la population, il n’y a plus de fourrages pour les animaux, ils ne peuvent plus se chauffer et les médicaments deviennent très chers. Il y a des ruptures de stock de farine et de charbon et il y a des files d’attentes devant les magasins.
  • Les ouvriers sont interdits de jeux de hasard.
  • Les idées de révolution se répandent.

Résultat de recherche d'images pour "петроград 1917"

Петроград в 1917 году

 

1916

  • Les transports de voyageurs sont limités pour favoriser les transports de matières premières et de nourritures. Mais lorsque ils arrivent certains produits sont impropres à la consommation.
  • Les prix augmentent alors davantage. Des trafics de nourritures, de foins, de charbons et de bois de chauffage se crées.

1917

  •  Les révolutions éclatent.
PEYREGNE Jade 2nd12

Le gouvernement provisoire de 1917

Suite à la révolution Russe de février (du 23 février au 3 mars 1917), qui mena à la chute du tsarisme (8-12 mars 1917) et à l’abdication du tsar Nicolas II, le gouvernement provisoire (Временное правительство)

Réunion du gouvernement provisoire russe

fût instauré le 16 mars 1917 à Pétrograd    (St.Pétersbourg/Санкт-Петербург). Le gouvernement provisoire dura 237 jours, il fût constitué de bourgeois et de nobles libéraux; dirigé par un ministre président (Gueorgui Lvev du 23 mars au 7 juillet 1917, et Aleksandr Kerenski du 21 juillet au 8 novembre 1917).

Le gouvernement provisoire dirigea les restes d’une république russe disparue (14 septembre 1917). Il resta favorable à la poursuite de la guerre ainsi qu’a la création de nouvelles réformes politiques cherchant à instaurer une démocratie, et à leurs mise en oeuvre. De part ses projets le gouvernement provisoire s’oppose radicalement au “soviet de Pétrograd » apparût aux même moment.

De même, il ne parvint pas à bloquer le soulèvement des paysans qui s’emparent des terres appartenant aux grands domaines des nobles et à celui du clergé orthodoxe à se les partager ;il ne parvint que de justesse à mettre en échecs le soulèvement des bolchéviks (juillet 1917) et celui des officiers les plus réactionnaires (fin août 1917), qui l’affaiblissent tout de même. Et, c’est ainsi que suite à la révolution d’octobre (7-8 novembre 1917) et au coup d’Etat préparé minutieusement par les bolchéviks qui les amèneront au pouvoir début novembre que le gouvernement provisoire est renversé le 8 novembre 1917.

*soviet de Petrograd : C’est une organisation composée de représentants élus des ouvriers de Pétrograd et des soldats mutinés. Elle est principalement dominée par les idées des sociaux démocrates russes (menchéviks et bolchéviks) et est favorable à la paix et à des réformes sociales et politiques.

*les dates ne sont pas celles du calendrier grégorien alors en vigueur à cette époque en Russie.  

                                                                                                                                                                                                              Camontes Mathilde 2nde 12

Русская революция – Царь Николай II

Российская империя вступила в Первую Мировую войну в 1914 году, это вызвало недовольство народа. Развивались политические движения против царского режима, а именно партия большевиков во главе с Владимиром Лениным. 25 февраля 1917 года царское правительство было свергнуто и царь отрёкся от престола. Власть перешла к временному правительству. Но и оно оказалось неспособным решить социально-экономические проблемы на фоне войны. Это создало почву для октябрьского переворота 1917 года.

Résultat de recherche d'images pour "roi russe 1917"

Tsar de Russie NICOLAS II en 1917

По одной из версий конец династии Романовых связан со смертью Распутина, который , в свою очередь, был приближён к царской семье и лечил больного гемофилий наследника престола. Но в декабре 1916 года Распутин был убит.
Что касается Николая II, последнего императора России, он и его семья были расстреляны большевиками в 1918 году.

Résultat de recherche d'images pour "raspoutine"

RASPOUTINE

Résultat de recherche d'images pour "famille roi russe 1917"

La famille royale ROMANOV

L.STEPANENKO 2nde7

Lénine – Ленин dirigeant des révolutions

Lénine, né Vladimir Ilitch Oulianov, est né à Simbirsk, actuellement Ouliavnosk, le 10 avril 1870, il décèdera le 21 janvier 1924 à Vichnie Gorkie, actuel Gorki Leninski . Il est connu pour avoir dirigé les révolutions de Février et Octobre 1917 visant à prendre le pouvoir russe par la force.  Pour parvenir à ses fins, Lénine crée un parti : le parti Bolchévique (большевик). Lénine s’inspirait des idées du philosophe allemand Karl Marx, il était donc communiste . Après l’abdication du Tsar, Lénine est au pouvoir, et fonde le premier régime communiste de l’histoire « les soviétiques » qui est à l’origine de l’URSS.                                            

De plus, Lénine avait pour objectif d’étendre le communisme au monde entier, ou encore même à son peuple qui n’est pas totalement d’accord avec ses idées. Pour mettre en accord tout le monde Lénine va mettre en place une politique basée sur le fait que chaque « ennemi » de l’URSS devra être éliminé afin de parvenir à ses fins, c’est la politique de la Terreur.

Pour finir, Lénine tombe gravement malade, il ne pourra alors plus assurer son rôle de dirigeant de l’URSS. A sa mort Staline prendra la relève . On peut alors dire que Lénine est un personnage très important du XIXème siècle autant pour la Russie que pour le communisme .

MIR Gauthier 2nde9

Начало русской революции – Le début de la révolution russe

                 La révolution de février annonce le début de la Révolution russe de 1917. Toutes les tensions cumulées déclarent une révolte contre le gouvernement. Pour cause : l’impopularité de Николай Александрович Романов (Nikolaï Aleksandrovitch Romanov) tsar de Russie, les multiplications de grèves (environ 1 millions en 1916), la faiblesse du gouvernement et surtout l’incompétence de la Russie (Россия) à assurer un effort de guerre moderne.

 

L’insurrection débute le 23 (двадцать-три) février lors de la journée internationale des femmes, elles sortent dans les rues (улицы) et se révoltent contre la rumeur du rationnement du pain. Les ouvriers quittent les usines et viennent les soutenir.

Le soir du 25 (двадцать-пять) février Николай II ordonne d’arrêter par la force toutes les agitations de Petrograd. Alors dès le lendemain la police (полиция) attaque les manifestants ce qui fait plus de 150 morts. Le 27 (двадцать-семь) février les choses s’aggravent par la mutinerie de deux régiments d’élite, les soldats et les ouvriers se solidarisent.

Les révolutionnaires essayent alors de canaliser le mouvement, dans la journée 50 militants aux tendances différentes se rassemblent (bolcheviks, mencheviks, socialistes-révolutionnaires) ensemble ils forment le Soviet de Petrograd (600 personnes dirigées par Nicolas Tchkhéidzé). Pendant ce temps à Moscou la grève Générale oblige le gouvernement à créer un Comité révolutionnaire provisoire ce qui impose l’application des réformes démocratiques. Ainsi le 2 (два) mars un double pouvoir s’installe avec deux visions différentes d’un avenir pour la Russie ; le gouvernement provisoire veut que la Russie soit une grande puissance libérale et capitaliste avec une vision parlementariste, tandis que les Soviets tentent d’introduire une autre façon de faire de la politique. Николай II abdique à l’avantage de son frère (брат) qui refuse le trône quelques jours plus tard. Cela marque la fin du tsarisme, cette chute du régime provoque un élan d’enthousiasme et de libération auprès du peuple.

Cette révolution abouti à un total de 1443 morts uniquement dans la ville de Petrograd, à la victoire des révolutionnaires et à la création de la République Russe.

Lou CAMOIN, 2nde9

La Révolution russe de 1917 – Русская революция 1917 года

Русская революция  это решающее событие, открытое европейским конфликтом в 1914 году и закрытое в 1991 году исчезновением СССР.

 

Октябрьская революция известна также как большевистская революция, которая состоялась в Петрограде 25 октября 1917 года (7 ноября 1917 года ). Во время войны политические партии выступали за участие России в конфликте.

Российская армия должна была серьезно пострадать. Заводы не являются продуктивными, а железнодорожная сеть неэффективна. Настойчивость временного правительства в отношении продолжения Первой мировой войны очень непопулярна. Большевистская программа, отраженная в их дисциплин «Мир, Хлеб и Земля» и «Вся власть Советам», отдает предпочтение большевикам.

Осенью 1917 года важны результаты Корнилова: массы перевооружаются, заключенные освобождаются Кронштадтом. Керенский призывал к помощи всех революционных партий, принимавших освобождение и вооружение большевиков. Он потерял поддержку права, не говоря уже о большевистской крайности, на которую Ленин поставил лозунг: «Никакой поддержки Керенскому, борьба с Корниловым».
Некоторые вокруг Каменева и Зиновьева считают, что нужно ждать, потому что партия уже уверена в большинстве в советах и ​​будет находить их отдельными в России. Как в Европе, если он взял власть в одиночку, а не в коалицию революционных партий. Но Ленин и Троцкий побеждают, и после того, как они сопротивляются, Комитет утверждает и организует восстание. Ленин фиксирует дату накануне открытия Второго съезда Советов, который должен состояться 25 октября.В Петрограде создан революционно-военный комитет под руководством Троцкого, который является президентом Петрограда. Он состоит из солдат, моряков и вооруженных рабочих. Он обеспечивает сплочение или нейтралитет капитала и методично подготавливает взятие стратегических точек города. Подготовка переворота почти очевидна, и все знают, что планы Каменева и Зиновьева также доступны в газетах.

Зиновьев, Григорий Евсеевич, настоящее имя – Овсей-Гершон Аронович Радомысльский.

Лев Бори́сович Ка́менев

25 октября 1917 года Ленин и Троцкий основали своих сторонников в вооруженном восстании против правительства под руководством Керенского в Петрограде. Троцкий официально объявляет о роспуске Временного правительства на открытии Конгресса рабочих и крестьянских Советов. Представители Совета всей страны одобряют восстание. Конгресс принимает указы, передающие все полномочия Советам, и принимает указ о земле, мире, народностях и рабочем контроле над производством.

1917, Lénine

Léon Trotski et des soldats de l’Armée rouge

После Октябрьской революции Россия становится первой в истории социалистической страной.

Manukyan   Anahit, 2nde9

L’armée blanche – Белая армия

L’armée blanche (Белый) est une armée qui s’est opposé à l’armée rouge (Красного) des communistes. Elle s’est battu de 1917 à 1922. Elle eut de nombreux support financier et matériel de la part des pays européens qui craignaient l’arrivée du bolchevisme dans leurs pays. De nombreuses personnes s’y joignirent car l’armée blanche reconnaissait l’indépendance de pays comme la Pologne et la Finlande mais perdit des supporters car elle ne reconnaissait pas l’indépendance de l’Ukraine. Elle même si elle reconnaissait le pouvoirs du Tsar elle n’était pas seulement composer de tsaristes mais aussi de républicains d’étrangers  et de tout types d’opposant au pouvoir bolchevique.

Les membres de l’armée possédaient les mêmes uniformes que ceux de leurs ennemies alors pour ce différencier ils se mirent un brassard blancs d’où l’appellation d’armée blanche.

Jusqu’à 1919 les blancs avaient l’avantages des régiment on même était envoyer par les pays européens, les Etat Unis et le Japon mais les fronts tenu par les blancs furent dissous et les rouges reprirent l’avantages jusqu’à la défaite total des blancs en 1922.

Samuel de la Morinerie 2nd 12

Les Bolcheviques – Большевики

« Bolchevique »(большевик) est le nom donné au révolutionnaires Russe faisant opposition au Tsar lors de la révolution Russe de Février et Octobre 1917.

PLACE DE BOLCHEVIQUES DURANT LES REVOLUTIONS RUSSES:

Lors de la Révolution de Février et d’Octobre 1917 , les Bolcheviques incarnaient l’opposition au gouvernement jusque lors en place en 1917 et renversèrent le Tsar (царь) , ses fidèles ainsi que son Empire au profit d’un nouveau , l’URSS (CCCP) .

IDEOLOGIE:


 

 

 

Photo d’une réunion du parti Bolchevique.

Les Bolcheviques soutiennent l’idéologie « Marxiste » plus communément appelé « Marxisme » ou « Communisme » qui fut crée par Karl Marx ainsi que Friedrich Engels ayant pour but l’égalité entre les différentes classes sociales.

ILHARREBORDE MAXIME 2°7

Staline et la révolution russe

Lors du mois d’août 1914,la Russie est reconnue comme étant une grande puissance, mais la guerre révèle rapidement les faiblesses du pays ainsi en 1917, les révolutionnaires prennent le pouvoir.

Lors du mois de février 1917, le Царизм (tsarisme) s’effondre en Россия (Russie). En octobre 1917 , les большевик (bolcheviks) renverse le gouvernement socialiste. Après la mort de Ленин (Lénine), le parti большевик (bolcheviks) garde secret le testament recommandant d’écouter Сталин (Staline) pour privilégier Trotski.

Dès les années 30 , Сталин va reprendre la politique prônée par Trotski il mène une politique d’accumulation , dans laquelle on n’hésite pas à utiliser la famine en Ukraine comme arme

Lucas Tuaillon 2nde9

L’hymne de l’Union Soviétique – Гимн Советского Союза

C’est en 1944 que l’hymne (национальный гимн) de l’Union Soviétique a été adoptée. Composée par Aleksandr Aleksandrov (Александр Александров) et écrite par Sergueï Milkhalkov (Сергей Милхалков), elle remplace « L’Internationale » (международный) devenue l’hymne national du pays en 1922.
A partir de 1955, la politique de « dé-stalinisation » lancée par Khrouchtchev (Хрущев), l’hymne à la gloire de Staline est alors censée être revisitée sans les paroles.

Cependant, en l’absence de paroles de remplacement, elles ont été momentanément modifiées : le passage concernant Staline (Сталин) et la 2nde Guerre Mondiale (вторая мировая война) ont été expurgés, mais la mélodie (мелодия) et la majorité des paroles sont conservées.

A partir de 1990, c’est la chanson patriotique qui est utilisée comme hymne national (Патриотическая Песня ). C’est pendant l’année 2000 que l’histoire de l’hymne (история гимна) continue de s’écrire, quand Vladimir Poutine (Владимир Путин) la restaure avec de nouvelles paroles encore une fois, toujours écrites par Sergueï Milkhalkov, et la définit comme Hymne Nationale de la Russie (национальный гимн России)

Garrot Lisa 2nde9

Victor Serge – Виктор Львович Кибальчич

Victor Lvovitch Kibaltchitch, (Виктор Львович Кибальчич) né à Bruxelles, le 30 décembre 1890, et mort le 17 novembre 1947 à Mexico, est un révolutionnaire et écrivain (писа́тель) belge de parents russes (русские роди́тели) émigrés politiques.

Sa jeunesse

A 16 ans, il commence à fréquenter les milieux anarchistes de Bruxelles et se révolte face aux politiques coloniales belges (au Congo). Il est dessinateur, photographe (фотограф), mais écrit surtout des publications qui participent à des manifestations contestataires.
3 ans plus tard, il quitte la Belgique pour Paris. Dans la foulée, il sera condamné à 5ans de prison à cause de son implication dans des mouvements illégaux. A l’issue de sa peine, il part en Espagne où il devient typographe et écrit pour la revue anarchiste Tierra y Libertad. C’est alors qu’il adoptera le pseudonyme « Victor Serge ».
Il se retrouve à nouveau enfermé, quand il revient en France (Франция) et s’est alors qu’il s’intéresse à la révolution russe (русская революция). En janvier 1919, il est échangé avec d’autres prisonniers dans le cadre d’un accord franco-soviétique et gagne la Russie. Il parle de cette période dans son livre Naissance de notre force(1931).

Son rôle dans la révolution russe

Victor Serge soutient le parti communiste russe en mai 1919. Il exerce plusieurs fonctions pour le parti : journaliste (журналист), traducteur, secrétaire (секретарь). Il en parlera dans La Ville en danger (1924). En 1920, il collaborera aussi avec Zinoviev (Зино́вьев), révolutionnaire (революционе́р) bolchévique notable. L’année suivante, il part pour les pays germanophones. Il écrivit des articles pour la presse communiste internationale, dans L’Humanité par exemple.

Contre le Stalinisme

Victor Serge critique les agissements incontrôlés de la Tchéka (ЧК), police (полиция) combattant les ennemis du nouveau régime bolchévique. Il comprend la nécessité de la répression des contre-révolutionnaires mais il pense néanmoins que cette police use de complots, de blocus.
En 1923, il est membre fondateur de opposition de gauche animée par Léon Trotski (Троцкий).
Cinq en plus tard, placé sous surveillance, sa situation matérielle se dégrada. Il demande l’autorisation d’émigrer, ce que les autorités lui refuse.
En 1933, Victor Serge fut condamné à trois ans de déportation dans l’Oural. Ses manuscrits furent saisis par le Guépéou (ГПУ), branche de la Tchéka.
Finalement, il perdra sa nationalité russe et sera banni d’URSS par Staline en 1936, quelques mois avant les procès de Moscou (
Московские процессы). Il écrira d’ailleurs cette même année, un pamphlet contre la mascarade de ces procès, Seize fusillés à Moscou.

« Il faut être soi-même simplement, pleinement, sans abdication comme sans désir de diminuer autrui. »

Mémoires d’un révolutionnaire – 1943Tabata Garacotche – 1ES1

Octobre, Eisenstein et Aleksandrov – Октябрь, Эйзенштейн и Александров

Affiche du film datant de 1927

C’est 10 ans après la révolution Bolchévique, soit en 1927, qu’est sorti le film Octobre  (Октябрь) réalisé par les célèbres cinéastes Eisenstein (Эйзенштейн) et Aleksandrov (Александров).

Sergueï Eisenstein

Grigori Aleksandrov

Ce film est un classique du 7ème art soviétique. Il s’agit d’un film de propagande, historique, muet et en noir et blanc. Il a été sonorisé en 1967 grâce à des compositions de Chostakovitch comme les symphonies n°11 et n°12 ainsi que le concerto pour violoncelle n°1.

Cliquez sur les images pour pouvoir écouter les musiques sur Youtube:

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Le film a été commandé pour le jubilé du 10ème anniversaire de la révolution par les bolchéviks. C’est une adaptation cinématographique du roman 10 jours qui ébranlèrent le monde de John Reed. Le montage de ce film a du être recommencé à plusieurs reprises. En effet Eisenstein n’était pas satisfait du montage mais Staline ( Сталин ) lui a également demandé de supprimer tous les passages où l’on pouvait apercevoir le personnage de Trotsky ( Троцкий ).

Léon Trotsky

Joseph Staline

Le film nous montre les événements qui se sont déroulés lors de la révolution d’Octobre 1917 de manière très réaliste la réussite du mouvement communiste et le début de l’ URSS (СССР). Afin de réaliser ce film, Eisenstein à fait appel à 11 000 ouvriers et paysans comme figurants, le Palais d’ Hiver, Léningrad ( Ленинград maintenant appelé Saint-Pétersbourg Санкт-Петербу́рг).

Il a 3 principaux objectifs: montrer que la révolution russe est fondatrice au 20ème siècle, mettre en avant le rôle du peuple, divertir et éduquer le peuple.

La révolution m’a donné ce que j’ai de plus cher dans la vie; elle a fait de moi un artiste, et si la révolution m’a conduit à l’art, l’art à son tour m’a entraîné tout entier dans la révolution. Notre art doit être fondé sur le communisme.

Эйзенштейн

Cliquez sur l’image pour pouvoir regarder le film en entier sur Youtube:

https://www.dailymotion.com/video/x3xzpsj

Jeanne Capdeville 1S6

5 oeuvres musicales russes de 1917

Une petite présentation de cinq magnifiques œuvres russes datant de 1917

La révolution russe, bien qu’elle ait causé pas mal de changement, n’a pas arrêté les compositeurs de l’époque. Le début du XXème siècle a été une période durant laquelle beaucoup de compositeurs russes ont dévoilé leurs talents, nous offrant parmi les plus belles œuvres du répertoire classique, qu’elles soient orchestrale, pianistiques ou vocales. Prokofiev, Rachmaninov, Stravinski… Vous avez sûrement déjà entendu parler de ces génies. Et même si ces noms ne vous disent rien, vous avez sûrement déjà entendu certaines de leurs œuvres. Mais si, Pierre et le Loup. Et oui, ça a été composé par Prokofiev. Mais cela date de 1936.

Je vais vous présenter 5 oeuvres composées en 1917 par des russes… ou des ukrainiens

Откройте свои уши !

Visions fugitives

https://www.youtube.com/watch?v=NNyTOy8Wbmc

Si vous êtes fan de piano, vous serez servi avec les visions fugitives opus 22 de Serge Prokofiev ( Сергей Сергеевич Прокофьев ) . C’est une oeuvre de 20 pièces de piano composées entre 1916 et 1917. Un régale à écouter avec attention car cela peut paraître un peu étrange voir mystérieux parfois. Changeant d’état de manière très rapide, elle peut parfois être un peu difficile à suivre mais pour le reste elle est plutôt calme et agréable aux oreilles. Cette oeuvre a notamment inspiré Constantin Balmont dans un poème : « dans chaque vision fugitives je vois des mondes, pleins de jeux changeant et irisés ». Je ne sais pas vous mais moi je suis d’accord avec lui. C’est juste великолепно!

Bildergebnis für prokofiev

 

 

 

 

 

 

 

Études-tableaux

https://www.youtube.com/watch?v=HLbkTbOM-kE

Vu que j’aime beaucoup le piano, nous allons continuer avec une autre autre oeuvre pianistique, celle-ci composée par Sergueï Rachmaninov. Elle commence de manière beaucoup moins calme mais sonne pourtant moins étrange que oeuvres précédentes. Elle a un côté plus romantique, plus majestueux et est très mélodieuse notamment la seconde étude intitulée « la mer et les mouettes ». Rachmaninov s’est inspiré pour cette oeuvre de plusieurs tableaux de Arnold Böcklin dont par exemple « La tempête ». Et comme d’habitude, Rachmaninov n’a pas rendu la tache facile aux interprètes surtout avec l’étude 5 pour laquelle il faut avoir une très, très bonne technique pianistique. On peut aussi noter que l’étude 7 a été inspiré par les funérailles de Scriabine. C’est bien joyeux tout ça! Mais cette oeuvre reste превосходный!

Ähnliches Foto

Le chant du rossignol 

https://www.youtube.com/watch?v=l0TCLpDDmKw

Le chant du rossignol est une poème symphonique composé par Igor Stravinsky (Игорь Фёдорович Стравинский ). Une oeuvre composée en 1917 pour les ballets russes de Serge Diaghilev (Серге́й Па́влович Дя́гилев) , pourtant ils ne furent représentés qu’en 1920.  Avec un si joli titre on titre on s’attend à quelque chose de très mélodieux…comme le chant d’un rossignol quoi. Mais vous allez vite vous apercevoir en l’écoutant que c’est beaucoup moins, comment dire, chantant. Pour les personnes qui connaissent déjà certaines œuvres de Stravinsky vous avez surement remarqué que c’était assez…странно? En tout cas ce n’est pas le genre de musique que l’on écoute en s’endormant. Pourtant, à part le début très fort, le reste est calme et très beau (si on aime le style).

Mazurka Oberek

https://www.youtube.com/watch?v=yPSrqRwwMNs

Voici une magnifique mazurka pour violon et orchestre ou piano composé par Alexandre Glazounov (Алекса́ндр Константи́нович Глазуно́в). Ce nom ne vous dit rien, pas d’inquiétude, il est vrai qu’il n’est pas aussi connu que Stravinsky, Prokofiev ou Rachmaninov, pourtant lui aussi a un grand talent. Cette mazurka est une magnifique oeuvre dans laquelle le violon est énormément mis en valeur. Elle vous donnera envie d’apprendre le violon jusqu’à ce que vous vous rendiez compte que finalement, ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air. Oтважно !

Symphonie 12 : L’année 1917

https://www.youtube.com/watch?v=K_IGkwov3EM

Et enfin une oeuvre…qui n’a pas été écrite en 1917. Oui, je sais, il y avait écrit 5 oeuvres de 1917. Mais cette oeuvre est indispensable pour clore cet article. Écrite en 1961 par Dmitri Chostakovitch (Дмитрий Дмитриевич Шостакович), elle retrace à l’aide de quelques notes toute la révolution russe. A travers ces sons graves, elle traduit toute l’incertitude de cette évènement, mais plus tard dans la musique, on entend ce sentiment de triomphe. Elle fut composéу après la symphonie 11 (logique) qui fut à la mémoire de Lénine. Une oeuvre magistrale et inoubliable. Великолепно!

Description de cette image, également commentée ci-après

 Желаю вам приятного слушания!!!

CADERA Clara, 1èreS6

Плакат пропаганды Сталина  – Affiche de Propagande de Staline

  Ce document est une peinture réalisée suite au « Выступление Сталина » : discours de Staline (Сталин) qui s’est fait sur la place rouge le 7 novembre 1941. Cet oeuvre dénonce l’attaque surprise allemande contre les soviétiques considérés comme des « truands ».

On peut y voir Staline sur la place rouge (красное место) entourée de l’armée rouge (aérien, infanterie et terrestre).
L’affiche est divisée en deux parties. Premièrement on est directement attiré par la taille gigantesque de Staline regardant vers l’Ouest et qui est vêtu d’un uniforme militaire. Ensuite, on apperçoit toutes les forces de l’armée rouge (chars, soldats, avions). On y voit également deux grands drapeaux rouges (большие красные флаги) qui entourent Staline et en arrière plan une horloge rouge (красные часы) qui est celle de la tour de Saint Sauveur (башня Сен-Совер).
Cette peinture représente majoritairement Staline. Habillé de son uniforme militaire (военная форма), il dirige ses troupes vers la victoire (победа). La couleur rouge (sur les drapeaux, l’étoile au-dessus de l’horloge de Saint Sauveur) symbolise le parti communiste (Коммунистическая партия). Les forces militaires qui entourent Staline sont démesurés (un tank à sa droite semble très grand) mais assurent sa victoire.

Cette affiche vise à montrer que les soviétiques sont tous solidaires sous les commandemants de Staline qui les mène vers la victoire avec une main de fer (железная рука). On peut également penser que Staline est considéré comme le sauveur de l’URSS (спасителя СССР) face à l’attaque allemande grâce à la tour Saint Sauveur bien mise en évidence avec les couleurs rouge et blanche et l’étoile.

LOUIS-JEAN Laurine 1ES1

Tatline  – Татлин

Vladimir Tatline (Владимир Татлин) s’appelle (называется)  réellement Vladimir Legrafovitch Tatline (Владимир Леграфович Татлин). Il est né (он родился)  en 1885 (тысяча восемьсот восемьдесят пять) à Moscou (в Москве)  et est mort (он мертв) en 1953 (тысяча девятьсот пятьдесят три)  à Moscou.

C’est un peintre (он художник) et un sculpteur constructiviste russe (он – русский конструктивистский скульптор). Le constructivisme (конструктивизм) est un courant artistique né en Russie (в России) au début du XX ème siècle. Le constructivisme fut de 1917 (тысяча девятьсот семнадцать) à 1921 (тысяча девятьсот двадцать один год), l’art officiel de la Révolution russe (русской революции). On peut parler (мы можем говорить) d’art de la construction. Il est également créateur (он творческий)  de livres illustrés, décorateur de théâtre (театральный дизайнер), désigner et architecte (архитектор). On peut dire que Tatline est un artiste (художник) multiforme.

.                                                    

Tatline a débuté sa carrière en tant que matin, puis il a fréquenté l’Institut de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou, puis l’Ecole des Beaux-Arts de Penza. C’est un passionné pour la peinture et les fresques.

Il a participé à des manifestationsc (событий). Ces manifestations sont appelées  » avant-gardiste ». Avant-gardiste signifie qui est en avance sur son époque en art politique. On dit de Vladimir Tatline qu’il est avant-gardiste, car il anticipe sur les changements politiques. Il utilise les reliefs dans ses peintures. Par exemple (например), il a crée la Tour Tatline, une tour (башня) légendaire (легендарная башня) qui mesure 400 (четыреста) mètres de haut. Elle est très imposante.Elle fut empêchée par la Guerre Civile (гражданская война) à cause du manque de ressources matérielles mais aussi par les limites technologiques. Cette tour (башня) qui est placée parallèlement à l’axe de la Terre (Земля) devait incarner le siège du gouvernement d’un nouvel ordre social. Un ordre social avec une hiérarchie (иерархия) juste.

Après avoir été nommé directeur (директор) de l’Izo, section des arts plastiques, du Narkompros (commisariat à l’Instruction publique), Tatline a enseigné (директор) aux Syomas puis à ceux de Pétrograd. Les Syomas sont des ateliers libres à Moscou. Dans les années 20, Tatline a conçu une sculpture (скульптура) volante et visionnaire qu’il a nommé Letatlin (Летатлин).

Il faut savoir que le rêve de Tatline (Мечта Татлина)  était (был)  de faire voler Letatlin, mais malheureusement (к сожалению) son rêve ne s’est jamais réalisé…

Manon CHABOD 1ère ES1

Croiseur « L’Aurore » – Крейсер « Авро́ра »

Le croiseur « L’Aurore »  a été imaginé par Ратник (RATNIK), le chef du chantier navel de Baltiisk, et construit à partir de l’année 1897, sa construction va durer 3 ans. Il est baptisé le 11 mai 1900 à  Санкт-Петербу́рг, son nom vient d’un autre croiseur qui a defendu la ville de Петропавловск-Камчатский durant la guerre de crimée (1853-1856). Le croiseur est entré officiellement en service en 1903. .

Fiche technique:

Longueur : 127m

Largeur : 17m

Vitesse : 20 noeuds au maximum ( soit environ 40km/h )

Équipage : 20 officiers et 550 matelots.

Croiseur Aurore

Durant la guerre contre le Japon (1904-1905) L’Aurore rejoint la flotte russe de la Балтийского моря, (la mer Baltique) dans la quelle il connaîtra ses premières défaites, ensuite il intègre la deuxième division de croiseurs de l’escadre du pacifique sous le commandements du contre-amiral Оскар (Oscar) . Il participe à la bataille de Тсушима qui fût un désastre pour la flotte russe, durant cette dernière il est touché par une torpille mais réussi malgré tout à atteindre Manille pour être réparé.

Après la guerre du Japon il devient un navire école pour former les futurs équipages, il navigue donc dans beaucoup de régions.

En 1914 quand la grande guerre éclate L’Aurore escorte principalement des convois, et réalise des missions de reconnaissances, par la suite il participe à la défense du golfe de Рига. Durant l’hiver 1916-1917 le croiseur est amarré à Петроград pour subir des modifications de son armement.

L’Aurore se retrouve au milieu de la première révolution russe. Le 12 mars 1917 certains matelots demandent au capitaine de libérer 3 ouvriers bolchéviques. Le capitaine Николски refuse et avec le premier officier Ограновищ tirent sur les matelots en les blessants. Les marins se mutinent et tuent le capitaine. Ils organisent des élections pour un comité révolutionnaire qui sera dominé par les bolchéviques. Le calme revient peu à peu.

Les bolchéviques refusent de quitter le port et désobéissent au ordre du gouvernement provisoire, le croiseur est maintenant totalement sous le contrôle bolchévique  qui contrôle alors la ville de Petrograd sauf  la Palais d’Hiver (Зимний дворец) où se situe le gouvernement provisoire. Au matin du 7 novembre 1917,  Antonov-Ovseenko (Владимир Александрович Антонов Овсеенко) , chef de l’insurrection , demande au croiseur de tirer à blanc, il exécute les ordres et donne ainsi le signal aux troupes bolchéviques de donner l’assaut sur le Palais d’hiver. Au même moment le croiseur diffuse un appel de Ленин aux peuples de Russie. L’Aurore a pour mission de protégé Petrograd des anglais qui finalement n’attaqueront pas .

Il restera en service jusqu’en 1956 et subira de lourd dommage durant la 2ème guerre mondiale. C’est maintenant un musée flottant décoré de l’Ordre de la Révolution d’Octobre en 1968.

Depuis juillet 1992 le drapeau rouge a été remplacé par le drapeau de Saint-André.Il a subi en 1914 un grande révision afin d’être prêt pour le centenaire de la Révolution russe. Il restera à jamais un symbole de la révolution .

https://www.youtube.com/watch?v=NTNVl97MmvE

CHAMPAULT Antoine, 1ère S6

Зимний дворец – Palais d’hiver

Как на самом деле брали Зимний дворец – Comment ils ont réellement pris le Palais d’Hiver

  Иван Владимиров

Aujourd’hui, peu de personnes savent qu’en octobre 1915, le Palais d’hiver (Зимний дворец) a cessé d’être la résidence des Tsars, des Romanov. Ils ont donc déménagé au palais Alexandre de Tsarskoïe Selo où ils vécurent 2 ans. Par la suite, le Palais d’Hiver a été transformé en hôpital militaire uniquement pour soldats blessés durant la Première Guerre mondiale.

Госпитальные палаты в Зимнем дворце –  Lits d’hôpitaux au Palais d’Hiver

Durant la fin du mois de mars 1917, le Palais d’hiver est devenu le siège du gouvernement provisoire. Ce dernier fût tellement faible sous Gueorqui Lvov (Геoргий Евгньевич Львов) et Alexandre Fiodorovitch Kerenski (Александр Фёдорович Керенский) qu’il ne pouvait avoir de gardes devant l’entrée principale car il ne contrôlait même pas la capital ce qui permettra par la suite aux Bolcheviks mené par Vladimir Lénine et Léon Trotski de rentrer facilement et de renverser le pouvoir.

Il faut savoir qu’en Russie (Россия), il y a eu 2 révolutions (революции).

Une en février 1917 et une autre en novembre 1917. La première révolution causa la chute du Tsar Nicolas II et la seconde mené par les bolcheviks dans la nuit du 6 au 7 mena à la prise du pouvoir.

Lorsqu’il y eût la prise du palais, les dégradations commencèrent.                                                                               

De prime abord, les salles par exemple ont été endommagé, le mobilier, les lustres cassés, le papier peint déchiré, les poignets de portes arrachées et les tableaux d’Alexandre III et de Nicolas II troués.                                           De surcroît, la destruction d’une magnifique cave à vin ordonné par Antonov-Ovseïenko dans le but d’éviter l’alcoolisme chez ses soldats provoqua le ruissellement de vins rouges dans les rues ce qui permettra en Russie, la naissance de légendes qui selon lesquelles beaucoup de sang aurait été versé pendant cette lutte alors qu’en réalité le réel bain de sang n’allait arriver que bien plus tard.

Mathias Gulacsy 1ES1

L’affiche de propagande: « poursuivre la révolution communiste »

L’affiche  « poursuivre la révolution communiste » a été commandée par le Parti Communiste d’Union Soviétique (PCUS) Коммунисти́ческая па́ртия Сове́тского Сою́за ou КПСС en 1934.

Lire une Affiche de Propagande - Intellego.fr

Dans cette œuvre on peut observer trois parties :

  • En haut à gauche, cette partie fait référence à l’origine de l’URSS (СССР:  Cоюз Советских Социалистических Республик) avec l’un des plus grands moments de la Révolution d’octobre Октябрьская революция 1917 : la prise du Palais impérial de St Pétersbourg (Санкт-Петербу́рг). On peut y voir Lénine (Влади́мир Ильи́ч Улья́нов) , le fondateur de l’URSS,  avec le slogan de la Révolution « toit le pouvoir aux soviets ». Sur le drapeau que désigne Lénine on aperçoit des symboles communistes : la faucille de Kolkhozien, le marteau du prolétaire, un globe et l’étoile rouge du Parti Communiste.
  • A droite de la grue, dans cette partie on peut y voir Staline (Иосиф Сталин) , qui est le successeur de Lénine, il regarde dans la même direction que Lénine ce qui signifie qu’il regarde vers l’avenir, il est appuyé sur le balcon du mausolée qui est celui de Lénine. Derrière lui, on voit des usines, des grues, une escadrille d’avions militaires… qui symbolisent la puissance industrielle et militaire qu’encourage fortement Staline.
  • En bas de l’affiche, Staline s’appuie sur le peuple des ouvriers qu’on reconnait avec la traditionnelle casquette, cela symbolise sa réussite. Les ouvriers se dirigent vers la droite, les banderoles vers Staline. Ces bannières célèbrent le seul partie autorisé mais avec deux idéaux différents: le Parti Communiste à gauche avec le slogan « Vive le parti invincible de Lénine » et à droite « vive le camarade Staline, guide suprême de la révolution prolétarienne mondiale » c’est le Secrétaire Général du PC.

Cette affiche fait référence au régime autoritaire ( авторитарного режима) de Staline. Il s’agit de louer les réalisations de Staline qui fait de l’URSS une puissance industrielle. Elle soutient également l’effort d’industrialisation. Ici, Staline est représenté comme étant l’héritier de Lénine, celui-ci est représenté sur un fond noir qui rappelle les périodes sombres de la Russie bolchevique alors que Staline, lui se dresse sur un fond clair pour exprimer les lendemains radieux promis par le communiste.

Cette affiche montre également le culte de la personnalité autour du « petit père des peuples », Staline est représenté comme étant proche du peuple. Mais il faut rappeler que les progrès de l’industrie se font au détriment de l’industrie de bien d’équipement et de l’agriculture par exemple il y a eu six millions de morts à cause d’une terrible famine. Egalement qu’en 1934, la dékoulakisation ‘(раскулачивание) est créée ce qui fait que deux millions de koulaks ou paysans riches sont arrêtés et déportés dans les goulags.

Nerea Broussaingaray 1ES1

Alexandra Kollontai – Александра  Коллонтай

Alexandra Kollontaï (Александра  Коллонтай) née le 19 mars 1872 à Saint Petersbourg (Санкт-Петербу́рг) est une femme (женщина) politique socialiste, communiste et militante féministe soviétique. Elle est la fille unique  (дочь) d’un général de l’armée tsariste (царская армия) appelé Mikhaïl Domonvitch (Михаил Домонвич).

 

Premiers engagements politiques:

En 1898, elle adhère au marxisme et s’oppose à la Première Guerre mondiale en 1914 même si elle engageait de son coté sa propre guerre en faveur de l’indépendance de la femme.

En 1903 elle devient mencheviks (меньшевики) et rentre un temps en Russie afin de participer à la révolution (революция) de 1905.

Ambassadrice de l’URSS:

En 1923, en Norvège, la jeune femme (молодая женщина) devient l’ambassadrice de l’union soviétique (Советский Союз). Elle est donc l’une des première femmes (женщина) ambassadrice (la première étant l’arménienne Diana Abgar). A l’époque, les journaux (газеты) l’attaquaient sur sa vie sentimental sulfureuse et la surnommaient même « la scandaleuse » ou « l’immorale ». Un peu plus tard elle effectue un voyage (деловая поездка) au Etats-Unis en tant que représentante du Parti. Mais les journaux l’apprennent et publient un journal avec pour titre « La Kollontaïnette part pour l’étranger; si ça pouvait être pour toujours! ».

Fin de sa vie:

Elle a animé des séminaires sur l’histoire (история) et sur la politique (политика) extérieure soviétique à l’Institut des travailleurs diplomatique créé en novembre 1934 par Maxime Litvinov. En mars 1945 elle renonce à ses fonctions et finie sa vie à Moscou, elle y décède en 1952 et est enterrée au cimetière de Novodevitchi.

Chloé Cunha, 1ES1

Dimanche rouge – Красное воскресенье

Le 9 janvier 1905 marque la rupture  entre le peuple russe et le tsar (Царь) Nicolas II.
Ce qui au début était une manifestation de 150 000 ouvriers (рабочие) avec leurs familles se termina en massacre (резня), 200 tués et 800 blessés dans les rues de St-Pétersbourg. C’est  le dimanche rouge, point de départ de la révolution ( демонстрация).

Les ouvriers se rendaient au palais d’hiver à l’appel du prêtre Gapone pour présenter une « humble et loyale adresse » au tsar afin d’améliorer leurs conditions de vies. Ils étaient impensable que le tsar accepte que les troupes tirent sur la foule.
Trois semaines après l’oncle de Nicolas II est assassiné à Moscou. En octobre, une grève paralyse plusieurs régions de Russie.

Le 30 Octobre, le tsar dut signer un manifeste qui reconnaissait un certain nombres de libertés fondamentales ( права и свободы) et un parlement élu: une Douma. Pourtant, le tsar revient sur  ses concessions libérales et les deux premières Douma fut dissoutes tandis que la troisième Douma dite « Douma des seigneurs » mise en place jusqu’en 1912, fut celle qui affirma le plus les inégalités (неравенства) des conditions sociales entre les citoyens. Le dernier Tsar ne fut jamais un homme de réforme mais au contraire il s’accrochait à des positions conservatrices alors que les ouvriers réclamés un progrès social et que les élites économiques souhaitées une libéralisation politique.

Certes, la première guerre mondial précipita les évènements. Mais, il est probable que sans ce premier conflit mondial, la révolution se serait quand même produite. Nicolas II ne compris pas le véritable message de 1905 et n’en tira pas les leçons qui eu put sauver le régime. 1905 fut pour cela une occasion manquée.

Pelegri Aurore 1ère L3

Affiche de propagande soviétique | Советский пропагандистский плакат

L’affiche de propagande (пропаганда) est tout d’abord un art contrôlé, au service du régime soviétique (советский) qui est conçue pour faire passer un message – rapide et fort – au peuple.

Cette affiche – réalisée par Denu Danopykob – en 1934 pour le dix-septième congrès a d’abord pour but de glorifier les révolutions russes, les dirigeants communistes et les valeurs soviétiques. Staline (Сталин) commence à mettre en place un régime totalitaire et cherche à être le successeur de Lénine, qui est le père de la Révolution Russe (Русская революция) en 1917, et veut se porter garant des projets communistes et de la réussite de l’URSS (CCCP).

Cette affiche de propagande stalinienne appartient au courant artistique du réalisme socialiste : art officiel de l’URSS. Staline utilise donc les affiches de propagande pour convaincre les soviétiques.

L’affiche est noire et rouge (черный и красный), des couleurs simples et symboliques pour une diffusion plus efficace – et la posture de Staline est avantagée et mise en avant : il se montre successeur de Lénine (Ленин) et l’affiche donne l’impression qu’il reçoit tout le soutien de la population.

 Sarah Guedes-T. 1°L3

Léon Trotsky – Лев Давидович Бронштейн

 Léon Trotsky, de son vrai nom Lev Davidovitch Bronstein (Лев Давидович Бронштейн),est un homme politique russe (Российский политик) et le principal opposant (сопротивление) de Staline. Il est né le 7 novembre 1879 à Ianovka, en Ukraine. Il est le fils d’un paysan (крестьянин) juif et d’une femme issue de la bourgeoisie (буржуазия).Début dans la politique (политика)

   En 1898, il est arrêté, puis déporté en Sibérie après avoir milité dans les rangs révolutionnaires à l’université (университет). En 1902, il parvient à s’évader et se réfugie à Londres sous le faux-nom de Trotsky. Là-bas, il rencontre un autre jeune émigré intellectuel, lui aussi marxiste, Vladimir Ilitch Oulianov (Владимир Ильич Ленин) plus connu sous le pseudonyme de Lénine. Il participe alors aux actions du parti social-démocrate russe (Российская социал-демократическая партия), qui donnera naissance au parti bolchevique (Большевистская партия). Il collabore en particulier avec Lénine et quatre autres sociaux-démocrates russes dans la rédaction du journal Iskra (Искра « L’étincelle »). Lors du second congrès du parti social-démocrate de Russie en juillet-août 1903, le parti se divise : d’un côté, la majorité qui se rallie à Lénine ( большевики « les bolcheviks »), de l’autre la minorité qui n’est pas en accord avec les idées de Lénine (меньшевики « les mencheviks »). Trotsky critique les idées de Lénine, cependant il ne se rallie pas aux mencheviks.

     Après le Dimanche rouge en janvier 1905, il retourne en Russie et préside le soviet (cовет) à Saint-Pétersbourg jusqu’en décembre où il est à nouveau arrêté et cette fois-ci condamné à la déportation à vie en Sibérie, il s’évade encore et se réfugie à Vienne.

Son rôle dans la révolution

  Alors qu’il est à New York en février 1917, il apprend qu’une révolution (революция) éclate en Russie (Россия). Il décide donc d’y retourner mais il n’arrivera seulement qu’en mai 1917 à Petrograd après avoir été interné dans un camp de prisonniers au Canada (Канада). Il s’investit alors pleinement dans la révolution, dirigeant l’Organisation interdistricts, une organisation d’intellectuels (организация интеллектуалов) dont les idéaux sont proches de ceux de Lénine. Trotsky est l’un des principaux soutiens (поддержка) de Lénine tout comme Iakov Mikhaïlovitch Sverdlov et Staline. Lorsqu’il participe à l’organisation de l’insurrection (восстание) d’octobre, il est président du soviet de Petrograd et fondateur du comité militaire révolutionnaire du soviet. Suite à la prise de pouvoir il est nommé commissaire aux Affaires étrangères et doit donc participer aux négociations de paix (мир) avec l’Allemagne (Германия). Une guerre civile a débuté lors de la révolution d’octobre, Trotsky devient commissaire à la guerre et crée l’Armée Rouge (Рабоче-крестьянская Красная армия). A la tête de cette armée, il permet la victoire des soviets dans la guerre civile (гражданская война).

L’ennemi de Staline

  Le 21 janvier 1924, Lénine meurt. Il faut donc lui trouver un successeur (преемник) : Léon Trotsky, chef de l’Armée Rouge ou bien Joseph Staline, secrétaire général du parti communiste jugé « trop brutal » par Lénine dans son testament (воли). Trotsky dénonce la bureaucratisation du parti et son secrétaire général (генеральный секретарь). En janvier 1925, il est relevé de ses fonctions de commissaire à la guerre, en 1927 il est banni du parti communiste (Коммунистическая партия) permettant à Staline d’en devenir le dirigeant. Il s’exile alors au Kazakhstan (Казахстан) et est ensuite expulsé d’URSS (СССР) en 1929. Débute alors un long exil (ссылка), il se réfugie d’abord en Turquie, puis en France, en Norvège et finalement au Mexique. C’est dans la capitale, Mexico, qu’il mourra le 21 août 1940 assassiné (убитый) par l’espagnol Ramón Mercader. Son meurtre (убийство) a probablement été commandité par Staline.

Hiriart Marie-Camille 1L3

Persécutions anticléricales au moment de la Révolution d’Octobre

Durant cette période sombre de l’histoire de la Russie, que fut la Révolution, революция, un certain type de persécution, moins
appris à l’école, s’opéra : les persécutions anticléricales (=contre l’Église).

Les communistes condamnèrent bon nombre d’opposants politiques, dont le clergé:

  • Ennemi de la classe, враг народа : personne pouvant être condamnée, non à causes de ses actes, mais à cause de son origine sociale (aristocratie, bourgeoisie…) ou de sa profession (clergé, fermier possédant assez de terres pour employer des ouvriers (кулак))
  • Ennemi du prolétariat : propriétaire d’usine qui fournit de l’emploi, soit en langage communiste : qui exploite le prolétariat.
  • Ennemi du peuple, враг народа : personne ayant commis un délit plus personnel et volontaire. L’accusation est alors plus importante.

Le Parti s’attaqua à toutes les religions pratiquées sur le territoire, mais l’Eglise Orthodoxe, Православная Церковь, fut sa plus grande cible. Elle présentait un ennemi majeur de par son importance (100 millions de fidèles, 67 diocèses, 54 457 églises, 57 105 prêtres et diacres, 1 488 institutions monastiques qui regroupent 94 629 moines, religieuses et novices) et du fait que le Dieu adoré des chrétiens ne s’appelle pas Lénine.

«Aucune puissance spirituelle ne doit disputer le monopole du pouvoir idéologique au parti.»

I- Idéologie anticléricale communiste : Athéisme communiste

Athéisme : Au début du XXI e siècle, l’athéisme est défini, notamment, comme l’absence ou le refus de toute croyance en quelque divinité que ce soit, ou comme une attitude sociale ou politique, ou une doctrine niant l’existence de quelque dieu ou divinité que ce soit.

Faut-il encore prouver que Lénine était un monstre tout droit sorti de l’enfer ? Si vous n’en êtes pas encore parfaitement convaincu, laissez-moi introduire cet article (qui vous le prouvera) par cette phrase de Lénine, Влади́мир Ильи́ч Улья́нов,  (1870-1924) :

« Si pour parvenir à nos fins il faut exterminer 90% de la population, nous ne devons pas hésiter »

Aussi Karl MARX (1818-1883), inspirateur du léninisme a prononcé ces mots qui furent souvent repris : la religion est « l’opium du peuple »

Ainsi Lénine déclarait : « Notre propagande comprend nécessairement celle de l’athéisme»

Aussi le slogan de la Ligue des militants athées, (Союз воинствующих безбожников), organisation anti-religieuse formée de citoyens soviétiques était : « Le combat contre la religion est un combat pour le socialisme ».

Mariage socialiste : le rituel de la Flamme Eternelle

Essai du gouvernement de remplacer la religion :

Les soviétiques, ne se marient pas religieusement et ne baptisent pas leurs enfants à l’église. On observe très bien la volonté du gouvernement de remplacer la religion dans ces deux cas précis.

Des sortes de rites, plus ou moins étranges furent mis en place pour les mariages civils et pour donner un nom à son enfant. On observe une forte similitude entre les mariages religieux et ces mariages socialistes :

et entre les baptêmes religieux et ces baptêmes civils :

 

En novembre 1959, à Leningrad, Ленинград, (St Pétersbourg, Санкт-Петербург), furent célébrées les premières unions civiles. Ces structures, palais dans les zones urbaines ou bâtiments plus modestes dans les zones rurales furent dispersées dans le pays, страна.

L’église, церковь, est remplacée par de grandes salles de bâtiments.

Le prêtre est remplacé par des fonctionnaires de l’Etat.

Le son des cloches est remplacé par le Concerto pour violon numéro 2 de Mendelssohn

Les rites religieux sont remplacés par un protocole spécifique.

L’eau du baptême est remplacée par « la Flamme Eternelle ».

Dans le cas du mariage, les jeunes mariés allument une torche, qui sera plus tard conservée par le couple comme une relique, puis brûlée lors d’événements familiaux.

II- La première vague de persécutions : 1918-1920

Décret de la séparation de l’Eglise et de l’Etat : 20 janvier 1918

L’article 9, статья номер девять, du décret interdit à l’Eglise (considérée comme un organisme privé) de donner des cours de catéchisme dans ses écoles, в школах :

9. L’école est séparée de l’Eglise. L’ enseignement des dogmes religieux n’ est pas admis dans les établissements d’enseignement général, qu’ils soient assurés par l’Etat, par une collectivité ou privés. Les citoyens peuvent enseigner ou étudier la religion de façon privée.

La quête à l’église est également déclarée illégale par l’article 11 et enfin, les articles 12 et 13 déclarent «biens du peuple» tous les objets et bâtiments destinés au culte :

12. Les associations ecclésiastiques ou religieuses n’ont pas le droit de propriété. Elles n’ont pas la personnalité juridique.

13. Tous les biens des associations ecclésiastiques et religieuses qui existent en Russie sont déclarés biens du peuple. Le mode d’enregistrement, de garde et d’utilisation des bâtiments ou objets destinés expressément au culte est défini par un décret des autorités étatiques centrales ou locales.

C’est ainsi, par le vol, воровство, et le génocide, que Lénine décida de régler la dette et la pauvreté (qu’il avait lui même engendré) qui affamait son peuple. Rien n’est plus parlant que la lettre adressée aux membres du Bureau politique, qu’il écrivit le 19 mars 1922 :

« […] Je pense que notre ennemi est en train de commettre une erreur stratégique monumentale. En effet, le moment actuel est exceptionnellement favorable pour nous, et non pour eux. Nous avons 99% de chances de frapper mortellement l’ennemi à la tête avec un succès total, et de nous garantir des positions, pour nous essentielles, pour les décennies à venir. Avec tous ces gens affamés qui se nourrissent de chair humaine, avec les routes jonchées de centaines, de milliers de cadavres, c’est maintenant et seulement maintenant que nous pouvons ( et par conséquent devons) confisquer les biens de l’Église avec une énergie farouche, impitoyable. C’est précisément maintenant et seulement maintenant que l’immense majorité des masses paysannes peut nous soutenir ou, plus exactement, peut ne pas être en mesure de soutenir cette poignée de cléricaux Cent-Noirs et de petits-bourgeois réactionnaires… Nous pouvons ainsi nous procurer un trésor de plusieurs centaines de millions de roubles-or (songez aux richesses de certains monastères !). Sans ce trésor, aucune activité étatique en général, aucune édification économique en particulier, et aucune défense de nos positions n’est concevable. Nous devons coûte que coûte nous approprier ce trésor de plusieurs centaines de millions de roubles (peut-être même de plusieurs milliards !). Tout ceci ne peut être fait, avec succès, que maintenant.
Tout indique que nous n’arriverons pas à nos fins à un autre moment, parce que seul le désespoir engendré par la faim peut entraîner une attitude bienveillante, ou du moins, neutre, des masses à notre égard… Aussi, j’en arrive à la conclusion catégorique que c’est le moment d’écraser le clergé Cent-Noirs de la manière la plus décisive et la plus impitoyable, avec une telle brutalité qu’il s’en souvienne pour des décennies.
[…] Plus le nombre de représentants du clergé réactionnaire et de la bourgeoisie réactionnaire passés par les armes sera important, et mieux cela sera pour nous. Nous devons donner immédiatement une leçon à tous ces gens de telle sorte qu’ils ne songeront même plus à quelque résistance que ce soit des décennies durant… »
Les actes de résistance à la nationalisation forcée des biens ecclésiastiques, à leur confiscation et à la fermeture d’églises et de monastères occasionnèrent, lors de ces deux années, pendant deux ans, во время два года, plus de 20 000 exécutions :

  • 28 évêques
  • plusieurs milliers de prêtres, de moines et de moniales
  • douze mille fidèles

 

 

 

Après toutes les horreurs que vous avez lues, je vous propose ce dessin animé russe orthodoxe, relatant de manière innocente, les début des persécutions soviétiques contre les idoles orthodoxes :

https://www.youtube.com/watch?v=WNGpXuj4wro

III- L’Eglise vivante, Живая Церков

En 1922, une église, appelée « L’Eglise vivante » est constituée par des membres de la Guépéou, ГПУ (suite de la Tchéka) et de prêtres révolutionnaires. Elle est issue de « l’église du Renouveau », qui avait fait allégeance au gouvernement en 1918. Le but premier de cette organisation  » rénovationiste  » fut de lutter contre le patriarche Tikhon (voir la fin de l’article), soit contre l’Eglise orthodoxe traditionnelle. 80 évêques qui refusèrent cette église furent jetés en prison.

Cette organisation instaure certaines réformes liturgiques : des prêtres qui peuvent se marier et se remarier. Leur calendrier devient le calendrier grégorien.

En 1925, il y a autant d’églises rénovationistes que d’églises orthodoxes, seulement leurs églises sont vides : le peuple n’a pas suivi ce schisme.

IV- La Terreur Rouge, Красный террор

La Tchéka, ЧК, : police secrète créée le 7 décembre 1917, ancêtre de la G.P.U, ГПУ, qui deviendra le N.K.V.D, НКВД, puis le K.G.B, КГБ. La mission de cette organisation était de «mettre hors état de nuire les contre-révolutionnaires», ce qui signifie, exterminer l’Eglise orthodoxe, son clergé et ses fidèles.

Le fondateur de la Tchéka, Felix Dzierżyński ,Феликс Эдмундович Дзержинский (1877-1926), disait : « faire souffrir le plus longtemps possible, le plus possible »

La répression frappait d’abord essentiellement les ennemis de la classe (bourgeois, nobles, clergé…). Mais

« Paix et Liberté en Sovdepie », affiche de propagande des contre-révolutionnaires, 1919

elle s’est étendue à des membres des classes populaires :

  • à des citadins affamés qui tentent d’échanger des produits contre de la nourriture, еда, sont arrêtés pour « spéculation »
  • à des ouvriers en grève
  • à des déserteurs de l’Armée rouge, Красная Армия
  • à des paysans, крестьяне, se rebellant contre les réquisitions de récoltes… Des villages, деревни, entiers furent bombardés

Le début du génocide (=extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée d’un groupe ou d’une partie d’un groupe en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales.) commence après l’assasinat de Moïsseï Ouritski, Моисей Соломонович Урицкий, président de la Tchéka, le 30 août 1918.

Cet événement marque le début de la Terreur Rouge, c’est-à-dire (то есть) de l’élimination systématique des contre-révolutionnaires, le 2 septembre.

Les méthodes punitives étaient nombreuses :

  • Goulags, гулаги (camps de travail puis camps d’extermination, desquels Hitler, Гитлер, s’inspira)
  • Exécutions sommaires
  • Internements en hôpital psychiatrique, психушкa, où les gardiens prenaient souvent la nourriture déjà pauvre, des internés, en raison de la famine. Certains détenus n’avaient qu’une heure de sortie de leur chambre autorisée par jour, d’autres n’en avaient aucune.

Entre 1918 et 1980, 400 évêques ont été poursuivis dont 250 exécutés ou morts au Goulag, 500 000 membres du clergé emprisonnés dont 200 000 tués, des millions de laïcs anéantis, tous des véritables martyrs de la Foi et souvent exécutés d’une manière sadique.

Exemples de quelques saints orthodoxes, martyrs de la révolution de 1917 :

  • Mgr Teofilio Matulionis, (1873-1962) : en 1923, l’abbé lituanien et catholique Matulionis est emprisonné  durant 2 ans à Moscou, Москва, pour avoir refusé de céder les biens de l’Eglise à l’Etat. En 1929, il se fait clandestinement ordonner évêque, à Léningrad. Arrêté de nouveau, il est envoyé au goulag, sur les Îles Solovki, Солове́цкие острова́, en Carélie russe (Nord Ouest du pays). Il y subit des épreuves très difficiles, очень сложны : travaux forcés, confinement et malnutrition. Condamné sans procès pour dix années, десять лет, il est finalement relâché après quatre années, четыре года, d’internement.
  • Mgr Ioan Ploscaru, (1911-1998) : évêque gréco-catholique roumain, il fut arrêté en 1950 pour être resté fidèle à Rome et n’être pas passé à l’Église orthodoxe rénovationiste comme l’exigeait le régime communiste. Il purgea quinze années, пятнадцать лет, de prison après avoir été secrètement ordonné évêque. Il fait le récit des tortures et des humiliations en tous genres qu’il vécu dans son livre CHAÎNES ET TERREUR. UN ÉVÊQUE DANS LES GEÔLES COMMUNISTES. Un ami évêque raconte de lui que « la torture était devenue une seconde nature ». Pour survivre, il « avait réinventé une vie monastique en prison où les moindres détails – un papillon de nuit, un rat – étaient une occasion de rendre grâces ».
  • Saint John Kochurov, Иоанн Александрович Кочуров (1871-1917) : premier, первый, martyr du XXème siècle, il fut assassiné par les bolcheviques, большевики, entrés de force dans sa ville, Tsarskoye
    Selo, Ца́рскоеСело́, le 31 octobre 1917. Il fut canonisé en 1994.
  • Saint Alexis d’Ugine, né Alexis Medvedkov (1867-1934): Il est arrêté par la Tcheka, jeté en prison et torturé. Ses bourreaux lui brisèrent bras et jambes, ils furent si violents que son nerf faciale fut en partie déchiré. Toute sa vie, son visage, лицо, resta marqué des tortures qu’il subit. Condamné à mort pour ne pas avoir renié le Christ, Христос, il n’y échappa que grâce à l’intervention de sa fille, дочка, aînée qui se fit otage pour lui. Il fut alors libéré. Il émigra de Russie, oн эмигрировал из России, en Estonie, Эстония, puis en France, Франция, où il mourut.
  • Le tsar Nicolas II, Николай АлександровичРоманов (1868-1918) : Dernier tsar, последний царь, de l’empire russe que renversèrent les bolchéviques. Ils furent 11 à être assassinés,  dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, par des ruses communistes, alors qu’ils étaient leur captif depuis déjà de longs mois.

 

  • Sainte Barbara d’Alapaïevsk, Варвара Яковлева (1882-1918) : moniale et servante de la soeur de la femme, сестры женщиныdu tsar, elle mourut en martyr avec les Romanov, с Романовыми, cette nuit-là. Elle agonisa au fond d’un puit où elle fut jetée par les bolcheviques, entourés des cadavres du tsar et de sa famille, Царь и его семья.

 

  • Saint Tikhon de Moscou, né Василий Иванович Беллавин, (1865-1925) :  Patriarche anti-bolchévqiue, il protesta ouvertement contre :
    • l’assassinat du tsar en 1918
    • les violences des bolchéviques à l’égard de l’Eglise
    • la nationalisation des églises et les vols des objets religieux.

Il eut aussi le courage de déclarer anathème (expulsés de l’Eglise et donc du royaume de Dieu), tous ceux qui perpétreraient des crimes contre les chrétiens, против христиане, par ces mots :

 La Sainte Eglise du Christ en terre russe traverse une bien triste époque  : les ennemis déclarés ou clandestins de la vérité du Christ persécutent cette vérité (…). Chaque jour nous parviennent les échos de massacres horribles et cruels dont sont victimes des personnes innocentes (…). Rentrez en vous-même, insensés, et cesser vos massacres

La réponse du gouvernement à cette interpellation fut le décret séparant l’Eglise de l’Etat, rendant presque la religion orthodoxe hors la loi.

Avant sa mort, до смерти, il prédit pour la Russie :  « la nuit sera sombre et longue, très longue ».

Bien sûr, de nombreux pays occidentaux chrétiens manifestèrent leur soutien aux chrétiens d’URSS, il y eut des prières publiques et des récitations de chapelets à Rome, à Fàtima, в Риме, в Фатиме, et à d’autres endroits pour ces chrétiens. Ces prières, même si pour l’instant elles n’ont pas encore eues l’effet escompté de faire consacrer au Pape, la Russie aux Saints Cœurs de Jésus et de Marie (cf. demandes de Notre-Dame à Fatima), ont tout de même permis aux persécutions de cesser un certain temps : Staline, Иосиф Сталин, ne pouvant se permettre d’ignorer totalement l’Occident puisqu’il avait encore besoin de ses crédits et de machines pour l’industrialisation du pays.

Claire Dussart, 1èreS6

Inès Armand, une des maîtresses de Lénine

Inès Armand, née Élisabeth Pécheux d’Herbenville est née le 8 mai 1874 à Paris et est morte le 24 septembre 1920 Naltchik ( Нальчи)

C’était une communiste d’origine française, et elle fut une des maîtresses de Lénine (Ленин).

Moins connue que Kollontai (Коллонтай ), elle a pourtant occupé plus de postes à responsabilité et influencé Lénine qu’elle.

A 6 ans, elle part en Russie, plus précisément à Moscou (Москва)avec sa tante professeure de musique dans une grande famille riche, celle de Ievgueni Yakovlevitch Armand. Elle finira par se marier avec l’ainé de la famille, Alexandre Armand. Plus tard, elle devient membre d’une association pour l’amélioration de la condition des femmes et elle en devient la présidente en 1900. Finalement, elle quitte Alexandre pour son cadet, Vladimir, et ils s’installent à Naples.

De retour à Moscou, elle s’engage pour la cause bolchevique. Elle découvre ensuite les écrits de Lénine et adhère définitivement au marxisme. Devenue socialiste active au sein du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, elle est emprisonnée à plusieurs reprises à cause de son implication dans la Révolution russe de 1905. Dans le comité central du Parti Bolchevique, elle est à l’origine d’une section féminine, pour l’émancipation et la libération sexuelle.

En 1910, elle rencontre enfin Vladimir Ilitch Oulianov (владимир илич Ульянов), avec qui elle va vivre une relation passionnée. « Je t’ai aimé du premier instant où je t’ai vu, comme je le fais aujourd’hui. Je pourrais accepter de ne pas t’embrasser, si seulement je pouvais te voir. Pourquoi dois-je être privée de ta vue ? » elle écrit dans une lettre. Ils correspondent beaucoup. D’après le socialiste Charles RAPPOPORT, Lénine était incapable de « détacher ses yeux mongols de la petite ».

Pourtant, Lénine, qui est prude dans sa vie privée, choisit de rester avec son épouse car rien ne doit porter atteinte à son image de parfait époux ; et Inès souffre de cette situation. Lénine et sa femme habitent à quelques maison d’Inès à Paris, elle fut une privilégiée à avoir une ligne de téléphone reliée directement au Kremlin (Московский Кремль)… Toutes ces choses montre que son amant tenait à elle. 

Hélas, Lénine finit par ne plus avoir beaucoup de temps à lui accorder et ils deviennent distants alors qu’il commence juste à assumer ses sentiments envers elle.  Finalement, Inès tombe gravement malade et suivant les conseils de son amant, elle part se faire soigner dans le Caucase (Кавказ) au lieu de rentrer en France. Elle mourra deux semaines plus tard.  Oulianov fut tellement touché que Kollontai écrivit même à son sujet qu’ « il n’était jamais parvenu à surmonter la mort d’Inès ».  Aujourd’hui, Lénine et Inès reposent à quelques dizaines de mètres l’un de l’autre. 

Océane Ellier, 1L3

Nicolas II – Николай Александрович Романов

Nicolas II (Николай Александрович Романов) est né le 6 mai 1868 à Pouchkine (Пушкин), anciennement appelé Tsarkoïe Selo (Царское Село); et est mort le 17 juillet 1918 à Ekaterinbourg (Екатеринбург). Il fût empereur de Russie (1894-1917), roi de Pologne (1894-1915)  et grand prince de Finlande.

Nicolas est l’un des fils du futur tsar (царь)  Alexandre III et de la princesse Dagmar de Danemark. Lui et ses frères sont éduqués de manière rudimentaire. En 1881, il assiste à la mort de son grand-pere (le tsar Alexandre II de Russie) et devient donc tsarévitch. Il migre ensuite avec sa famille au palais de Gatchina (Гатчина) en raison de problèmes de sécurité dus à l’importance des mouvements révolutionnaires. Quelques années plus tard il rencontre sa cousine allemande et en tombe amoureux, l’idée d’un éventuel mariage ne plait ni au tsar ni à la tsarine. Dix ans après en avril 1894,  Nicolas II épouse officiellement Alix de Hesse-Darmstadt (connu sous le nom de Alexandra Féodorovna en Russie). Ils auront ensemble cinq enfants. Quelques mois plus tard en novembre, Alexandre III décède et Nicolas II succède à son père en devenant Tsar.

Le 26 mai 1896 est le jour de son couronnement. Il devient alors empereur et autocrate de toutes les Russies (Божию Милостию, Император и Самодержец Всероссийский). Il couronnera ensuite Alexandra. Une cérémonie a eu lieu le lendemain au champ Khodynka. De la nourriture et des boissons devaient être délivrées gratuitement, ce qui attira la foule en masse en plus de l’enthousiasme de couronnement. Une immense bousculade fut provoqué et des centaines de personnes moururent. C’est la tragédie de Khodynka (Ходынка).

Durant les premières années qui suivent son sacre, l’empereur entretient le développement de la politique de son père. Ses conseillers sont les principaux acteurs l’industrialisation de la Russie. La Russie passe de nombreux accords avec les pays européens ce qui permet aux entreprise d’investir et de se développer. Le rouble-or est créé et devient une monnaie stable. La dette de la Russie diminue de 100m millions de roubles en moins de 15 ans.

En 1904, la Russie s’engage dans une guerre contre le Japon (Япония) après que les Japonais aient attaqués une flotte russe à Port Arthur. Ils ont attaqués en raison de tensions liés au partage de la péninsule coréenne. Cette guerre d’un an et demi se soldera par un échec de la part des Russes. Cette même année, l’échec accentue les révoltes, c’est la révolution de 1905. Nicolas II est forcé d’offrir plus de liberté au peuple, il créé alors la Douma, assemblée représentative qui marque cette avancée libérale. Pus tard il dissoudra cette assemblée et fera cesser les révoltes lors du dimanche rouge.

Entre 1908 et 1914 les tensions avec l’Autriche-Hongrie (Австро-Венгрия) s’amplifient dans les Balkans. Tout d’abord avec l’annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie. La Russie ne voulait pas s’incliner mais elle y fut obligée, en raison d’un mauvais soutien de la France. En 1913, Lenine perçoit ses rivalités comme la possibilité d’une guerre qui lui serait profitable. Il écrira à Gorki « Une guerre entre la Russie et l’Autriche serait très profitable à la Révolution (революция) . Mais il y a peu de chances que François-Joseph et Nikki nous fassent ce plaisir ».

La 1ere Guerre Mondiale (Первая мировая война) : L’assassinat de l’archiduc Francois-Ferdiand déclenche une guerre mondiale impliquant la Russie par des jeux d’alliances. En effet, les serbes ayant assassiné l’héritier du trône austro-hongrois, ils reçoivent un ultimatum de la part des du gouvernement d’Autriche Hongrie et les Russes étant alliés à la Serbie, s’engagent dans la guerre. Les Russes sont nombreux mais très mal équipés, mal dirigés, mal entrainés et ne sont pas motivés. Ils seront battus par les Allemands le 30 août 1914 à Tannenberg. En 1915, les allemands occupaient la Pologne et la Lituanie. Les armées avaient perdus beaucoup d’hommes et l’apparence d’une guerre brève s’effaça  pour  laisser place à une guerre  longue et totale. Toutes les initiatives russes en termes d’attaques ont échoués, les hommes sont démoralisés et désertes de plus en plus fréquemment. À ce moment là, le pays s’effondre sur le plan économique : production agricole en chute libre, pénurie, augmentation des prix, restrictions etc…, sur le plan sociale : grèves, manifestations…, et sur le plan politique : il se crée un complot (заговор) contre le tsar dans le but de le destituer, et Raspoutine (Распутин) (moine guérisseur) est assassiné. Cette crise nationale renforce les bolcheviks (большевики) dans leur idée de transformer cette guerre « impérialiste » en véritable révolution.

La Révolution qui renversa le tsar, a commencé avec l’instauration d’un régime provisoire au double pouvoir, d’une part celui de la Douma d’État de l’Empire russe et d’autre part celui du Soviet de Petrograd. Ce régime décida de conserver l’état major tsariste et de continuer à se battre auprès des pays de la Triple Entente, bien que Lénine voulu une interruption immédiate de la guerre.                                                                                                                       Plus tard, les bolcheviks étant majoritaire au soviet de Petrograd firent chassés le gouvernement provisoire. Ce pouvoir bolcheviks divulgua un décret devant aboutir à la paix avec l’Allemagne et demandant un armistice (прекращение военных действий). Les hostilités cessent le 15 décembre 1917  entre la Russie et l’Allemagne. En février 1918 les combats reprennent et menacent Petrograd. Lénine cherche à mettre fin a la guerre une nouvelle fois et la Russie signera le 3 mars 1918 un traité de paix entrainant la perte de plusieurs territoires.                                                                                                                                                                                                                 Au printemps 1918, la Triple Entente envoie plusieurs groupes de soldats contre l’armée rouge dans le but : de punir les bolcheviks d’avoir signé un traité séparé, et pour faire cesser la révolution avant qu’elle ne se propage dans les pays d’Europe. Cette intervention échoua et fit prolonger la guerre civile. L’État soviétique vainqueur de cette guerre civile hérita d’un pays faibles dans plusieurs domaines et d’un petit territoire comparé a ce qu’était l’Empire tsariste. En juillet 1918, le tsar qui avait abdiqué en février 1917 fut exécuté avec toute sa famille à Ekaterinburg (Екатеринбург).

Nicolas Dufour 1èreS6

L’armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne

L’armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne qui est aussi appelée « Makhnovchtchina » est un mouvement anarchiste formé par Nestor Makhno qui apparu suite au traité de Brest-Litovsk qui consistait à céder l’Ukraine à l’Allemagne.


Suite à l’armistice de Brest-Litovsk, les armées austro-allemandes s’empare aussitôt de l’Ukraine « grenier à blé et cœur industriel de la Russie ». Parfait, pour l’Allemagne qui y réquisitionne nourriture et matière première en situation de crise du à la guerre. Cela confronte la Russie à une guerre étrangère avec ces anciens alliés qui s’estiment trahis ainsi qu’à une guerre civile avec les bolchéviks, les blancs, les rouges, les verts, l’armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne et de mêmes que plusieurs « bandes armées » menés par des chefs de guerre. L’armée révolutionnaire combattait les allemands et les blancs et s’opposaient à la doctrine des bolchéviks. Cette armée se composait essentiellement de paysans indépendant et était surtout très active dans le sud de l’Ukraine.

Ce groupe avait débuté en septembre 1918 par l’association de Makhno (futur représentant du groupe révolutionnaire) et de Fedir Shchus (ancien matelot chef d’un petit groupe de résistant contre l’occupation). Qui s’était attaqué aux envahisseurs de la ville de Goulaï-Polié, avec seulement une douzaine d’hommes à leurs effectifs. Provoquant le soulèvement des habitants ils avaient réussi à reprendre la ville ainsi que par la même occasion à s’établir une belle réputation. Suite à ce succès, plusieurs autres détachements de résistant se joignent à Makhno et surtout celui du cheminot Victor Bellach ce qui lui permit de devenir l’armée d’Ukraine « chasseuse d’allemands ».

Le mouvement avait pour but « la lutte pour la libération totale des travailleurs ukrainiens du joug de telle ou telle autre tyrannie et pour la création d’une véritable constitution socialiste au mouvement » Ils étaient pour les bolchéviks mais contre le communisme à car ils effectuaient les réquisitions et qu’ils prenaient les plein pouvoirs.

Alexandre Comet 1èreS6

Dessin-animé Anastasia – мультфильм Анастасия

Anastasia est un film d’animation réalisé par Gary Goldam et Don Bluth pour la Fox Animation Studios, il est sorti en 1997.

L’histoire du film est basée autour du personnage principal Anastasia Nikolaïevna Romanov.

Présentation de la famille :

Nicolas II (Николай Александрович Романов), ancien empereur de Russie.

Alix de Hesse-Darmstadt, dernière impératrice de Russie sous le nom d’Alexandra Fedorovna

Romanova (Александра Фёдоровна Романова).

Olga Nikolaïevna Romanov de Russie (Ольга Николаевна Романова), fille aînée du tsar Nicolas II et d’Alexandra Fedorovna.

Tatiana Nikolaïevna Romanov de Russie (Татьяна Николаевна Романова), deuxième fille.

Maria Nikolaïevna Romanov de Russie (Мария Николаевна Романова), troisième fille.

Anastasia Nikolaïevna Romanov de Russie (Анастасия Николаевна Романова), quatrième fille.

Alexis Nikolaïevitch de Russie (Алексей Николаевич Романов), cadet de la famille Romanov.Vraie histoire :

La famille Romanov (Романов) avait été conduite à Ekaterinbourg (Екатеринбург) car c’était une ville très révolutionnaire donc il était plus facile de les surveiller.

Le 17 juillet 1918 Lénine (Ленин) ordonne de tuer la famille impériale russe, et les Bolcheviques passent donc à l’action.

Entre 1h et 2h du matin le commandant de la maison Ipatiev, Iouroski (Юровский), explique à la famille impériale qu’ils doivent tous se réfugier au rez-de-chaussée en vu d’une possible attaque. Lorsque tout le monde (la famille ainsi que des serviteurs) furent dans la pièce le massacre commença et le tsar fut d’abord assassiné, puis se fut au tour du reste de la famille.

Les filles du tsars ont mit du temps a être assassinées car elles tenaient au niveau du cœur des pierreries ce qui faisaient ricocher les balles, mais elles furent assassinées à coup de baïonnette et de couteau.

Le commandant enterra les corps dans la forêt après les avoir aspergé d’acide sulfurique pour les rendre méconnaissable. Mais il manque deux corps celui d’Alexis (Алексей), et celui d’Anastasia (Анастасия) ou de Maria (Мария).

Des années plus tard une fille dans un asile psychiatrique ressemble énormément à Anastasia Romanov, mais elle ne savait pas parler russe et certains membres des Romanov ne la reconnaissaient pas. Aujourd’hui nous ne savons toujours pas si c’est vraiment elle.

Histoire du dessin-animé :

Dans le dessin animé « Anastasia » des studios d’animation Fox, les Romanov quittent le royaume à cause des Bolcheviques mais malheureusement Anastasia n’arrive pas à monter dans le train, elle est donc séparée de sa famille.

Elle se retrouve dans un orphelinat et ne sait rien de son passé, il ne lui reste plus qu’un pendentif où il est écrit « ensemble à Paris ».

Après l’annonce de la rumeur comme quoi Anastasia serait toujours en vie plusieurs filles prétendirent être la princesse. Un jour deux escrocs rencontrèrent la paysanne Anya et ils lui firent croire que c’était la princesse, celle-ci les crut ne se souvenant plus de son passé. Mais leur plan changea quand ils comprirent que c’était vraiment la princesse. Ils essayèrent donc de l’amener à Paris tout en essayant de fuir le méchant Raspoutine.

Différences entre la réalité et le dessin-animé :

  • D’abord dans le dessin animé, Raspoutine (Григорий Ефимович Распутин-Новый) est un méchant qui veut anéantir la famille impériale russe.

    Tandis qu’en réalité il les a aidé car il était moine guérisseur, donc la tsarine lui a fait appel pour qu’il les aide avec leur fils qui est hémophile et plusieurs fois il a réussi à lui atténuer les douleurs. Alexandra commence rapidement à le vénérer en disant qu’il va sauver son fils et la Russie. Son influence est de plus en plus importante pour la tsarine et pour ceux de la cours.

    Mais les défaites de la Russie et la décomposition provoque une énorme indignation pour le peuple et directement tout le monde accuse Raspoutine, et dit qu’il a une mauvaise influence sur le tsar. Cela à donc provoqué son assassinat.

  • Dans le dessin animé rejoint sa grand-mère à Paris alors que réellement aucun des Romanov n’est à Paris.

  • Dans le dessin animé, les frères et sœurs d’Anastasia ne sont pas cités.

Lisa Helou 1èreES1