↑ Retour à Cinéma

Cinéma russe

LE CINEMA RUSSE РУССКОЕ КИНО

 

I- L’histoire

Le cinéma russe comporte plusieurs grandes périodes et a connu une importante crise dans les années 1990 . Lénine a énoncé une phrase qui a fait le tour du monde dans laquelle il vante le cinéma : « le cinéma est pour nous, de tous les arts, le plus important ». Le cinéma russe connaît deux périodes : la période tsariste et la période soviétique. C’est en 1896 pendant la période tsariste que furent projetés les premiers films en Russie (réalisés par les frères Lumières). Le premier court-métrage russe est Stenka Razine de Vladimir Romachkov , réalisé en 1908 , il rencontre un franc succès. Paradoxalement, la guerre de 1914-1918 renforce le cinéma russe. Lénine signe un décret du 27 août 1919 qui nationalise la production et la distribution cinématographique marque le début du cinéma soviétique. Les films muets commencent à partir de 1924 et ont conquis le public , cette période dura jusqu’en 1933. Le cinéma russe a été aussi utilisé à des fins politiques comme par exemple pour Staline (révolutionnaire russe) ou pour les dirigeants de l’URSS : KHROUCHTCHEV et GORBATCHEV. Voilà comment s’est déroulé l’histoire du cinéma russe .

II – Le cinéma contemporain : peu connu des occidentaux…

a) Caractéristiques, thèmes.

Le cinéma russe s’est renouvelé à partir des années 2000. Il est porté par une volonté des réalisateurs et producteurs russes d’un « cinéma blockbuster » (le terme blockbuster désigne les films à gros budgets et à gros revenus. Night Watch, sorti en 2004, est le film russe qui, selon certains, aurait marqué ce tournant) d’inspiration américaine. Jusqu’à présent les films russes étaient soutenus et contrôlés par l’Etat soviétique. Depuis 1991, cette activité comme toutes les autres a fait son entrée dans l’économie de marché. Après une période de réel vide cinématographique (début et milieu des années 1990), les recettes de films réalisées dans des conditions très proches des studios hollywoodiens se montent à présent à plusieurs dizaines de millions de dollars.

Ce nouveau cinéma est marqué par quatre thèmes principaux :

– les fondements chrétiens de la Russie et la nécessité d’un retour à l’orthodoxie. Exemple : « Pope » (2009) de Vladimir Khotinenko, raconte l’histoire d’un prêtre orthodoxe.

– la réhabilitation des héros des guerres révolutionnaires (« Amiral » d’Andreï Kravtchouk (2008), l’histoire d’un général pendant la guerre civile).

– la mise en évidence de l’héroïsme du soldat russe, par exemple contre la Wehrmacht (« Nous venons du futur » (2008). Alors qu’ils fouillent les champs de bataille de la seconde guerre mondiale, quatre jeunes garçons se trouvent projetés dans le passé et sont forcés d’intégrer les rangs de l’armée rouge).

– l’intégration totale de l’histoire soviétique récente.

Beaucoup de films russes sont produits mettant en évidence le patriotisme russe (quelques fois même de façon un peu naïve) ; ils correspondent à la volonté de Poutine de restaurer l’idée nationale russe et cherchent à concurrencer le cinéma hollywoodien.

b) Pourquoi une si mauvaise exportation du cinéma russe ?

En moyenne, seulement trois films russes sont projetés en France par an car, même si ce sont des films à gros budgets qui ont un succès phénoménal en Russie, ils restent pour la plupart inexploitables à l’étranger. En effet, ils sont trop engagés dans un contexte russe complexe et incompréhensible à la plupart des spectateurs occidentaux, avec trop de références historiques et ont une sensibilité artistique russe difficilement adaptable…

III – Grands réalisateurs du cinéma russe

Il y a de nombreux réalisateurs de cinéma russes célèbres qui datent d’hier et d’aujourd’hui. Parmi les plus anciens Sergueï Eisenstein (1848-1948) est un des plus connus. Ses films sont généralement de la propagande soviétique, ils retracent aussi les grands épisodes de l’histoire de la Russie comme le Cuirassé Potemkine (réalisé en 1925) qui nous montre la révolution russe de 1905, c’est un grand film historique. Deux autres de ces films sont également très connus: Alexandre Nevski (réalisé en 1938) et Ivan le terrible (réalisé entre 1942 et 1944). On connaît aussi Mikhail Kalatozov (1903-1973) pour son film Quand passent les cigognes (réalisé en 1957) qui se déroule pendant la seconde guerre mondiale. Andrei Tarkovski (1932-1986) est devenu célèbre pour son long-métrage L’enfance d’Ivan (réalisé en 1962). les plus connus de nos jours sont Pavel Lounguine qui a sorti son premier film en 1990 mails il connut des éloges en 2006 pour son film L’île. Nikita Mikhalkov connaît un grand succès pour plusieurs de ces films dont Quelques jours de la vie d’Oblomov, réalisé en 1979 et Les Yeux noirs sorti en 1987. La plus part de ces réalisateurs ont eu du succès au festival de Cannes.

Aurélie / Elorri / Alice

 

 

SERGUEI MIKAILOVITCH EISENTEIN- Сергей Михайлович Эйзенштейн

SERGUEI MIKAILOVITCH EISENTEIN- Сергей Михайлович Эйзенштейн   Né à Riga le 10 janvier 1898 de Mikhail Ossiponovitch Eisenstein, un juif d’origine allemande (Михайл Осипович Эйзенштейн), et de Youlia Ivanova Konetskaia, bourgeoise Russe orthodoxe (Юлия Иванова), Serguei Eisenstein était un grand cinéaste russe ayant révolutionné l’art du montage et du montage d’attraction. Il grandit à Riga même …

Voir la page »

Laisser un commentaire