Témoignages élèves

Étudiant en droit à Bordeaux je souhaitais écrire ces quelques lignes afin de promouvoir l’enseignement du russe à  Cassin,  dans des conditions optimales évidemment.

Tout d’abord, j’ai choisi le russe en seconde car je souhaitais étudier quelque chose qui sorte de l’ordinaire, un autre alphabet. Ainsi,  ma curiosité et le russe semblait totalement en adéquation. Ensuite durant ces années d’apprentissage Mme Ricci m’a appris à renoncer à certains préjugés que beaucoup d’occidentaux ont sur la Russie.
J’étais tombé amoureux de cette langue mais m’arrêter là aurait été renoncer à trois années d’efforts pour l’apprentissage de cette langue difficile qui m’eut permit de gagner des points pour ma mention au BAC également !
C’est ainsi que je continue aujourd’hui l’apprentissage du russe afin d’étudier en Russie après ma licence.  En effet partir permettrait une maitrise quasi totale du russe ce qui serait l’aboutissement de ces années d’effort.  De surcroit une expérience à l’étranger hors de ce cursus occidental classique USA et Grande Bretagne est assurément un atout pour le CV.
Enfin, dans le cadre de relations internationales tendues entre la Russie et la France je souhaiterais souligner qu’enseigner le russe à des jeunes français (sans faire de la propagande pour autant) c’est aussi rapprocher deux nations afin d’éviter toute sorte d’amalgames, c’est éviter cette fragmentation de l’opinion publique entre nos fameux bloc de l’ouest et bloc de l’est qui, il ne faut pas s’y méprendre, n’est à ne pas sous estimer. Toujours dans cette lignée voilà pourquoi l’échange entre Pskov et le lycée Cassin est également important.
Я мог бы продолжать писать долго,  как вы поняли,  это история любви  к языку,  d’ouverture d’esprit dont il faut voir l’horizon de son bénéfice beaucoup plus loin que dans une classe de lycée.
Adrien D.
J’ai fait Russe LV3 à Cassin et ce sont des souvenirs merveilleux.
Thomas

Ancienne élève du Lycée Cassin estimant avec beaucoup de valeur la chance qu’elle a eu de pouvoir étudier le russe au lycée. C’est aujourd’hui la plus-value sur mon CV de jeune dans la vie active sur le marché du travail.

Mathilde

Tellement contente d’avoir pu apprendre le russe au lycée Cassin.

Delphine