Elon MUSK : Objectif Mars !

Vous voulez vous lever le matin et penser que l’avenir sera formidable ? Et c’est en cela que réside le fait d’être une civilisation à la conquête de l’espace. Il s’agit de croire en l’avenir et de penser que celui-ci sera meilleur que le passé. Et je ne peux penser à rien de plus excitant que de sortir et d’être parmi les étoiles.”

Elon MUSK montrant les locaux de SpaceX à Barack OBAMA en 2010

Elon MUSK

Elon MUSK de son nom complet Elon Reeve MUSK est né le 28 juin 1971 à Pretoria en Afrique du Sud. Il obtient la nationalité Canadienne en 1989 et celle Américaine en 2002. Il vit aujourd’hui à Bel Air, quartier de la ville de Los Angeles. Aujourd’hui, Elon MUSK fait partie des hommes les plus riches des États-Unis d’Amérique avec une fortune qui s’élève à 22,4 milliards de dollars. Il est propriétaire à ce jour de plusieurs entreprises telles que Tesla, SpaceX, X.com qui deviendra plus tard Paypal, Neuralink, OpenAl, Powerwall, Hyperloop, Zip2 ou encore The Boring Company.

Comme cité précédemment, Elon MUSK est le dirigeant de SpaceX, entreprise astronautique travaillant dans le domaine des vols spatiaux. L’objectif d’Elon Musk est de concevoir des lanceurs capables de diminuer fortement le coût de mise en orbite et ainsi de permettre l’essor du spatial civil et à long terme, coloniser Mars. Pour cela, Elon MUSK créa plusieurs fusées telles que la Falcon 1, la Falcon 9 et la Falcon Heavy. Pour rendre son objectif possible, il conçut ses fusées sur le thème de la réutilisation, en effet la Falcon 9 est dotée de quatre pieds pour qu’après le décollage, le premier étage puisse atterrir sur Terre et être réutilisé plus tard. La Falcon Heavy est la nouvelle fusée d’Elon MUSK, c’est une Falcon 9 avec deux boosters. Ces derniers sont deux étages de Falcon 9 qui ont déjà volé dans l’espace. Le premier vol de la Falcon Heavy a eu lieu en début février 2018 et a accompli sa mission. Les deux boosters ont réussi à se reposer sur Terre. Malheureusement, l’étage central n’a pas réussi cet exploit et à rater de quelques mètres la barge positionnée dans l’océan Atlantique.

Aujourd’hui, les USA n’ont plus de capacité spatiale pour envoyer des Hommes dans l’espace. La NASA a donc demandé à SpaceX et à Boeing de construire une capsule et un lanceur capable de transporter des astronautes vers la Station Spatiale Internationale (ISS). SpaceX devrait tirer un début d’année 2019 une Crew Dragon non habitée et si tout se passe bien, des Hommes pourraient prendre place dans cette capsule d’ici l’été 2019. SpaceX a été choisi pour lancer sa capsule en premier car Elon MUSK est en coopération avec la NASA. En effet, il envoie régulièrement des cargos Dragon vers l’ISS commandés par l’administration nationale de l’aéronautique et de l’espace.

Vue d’artiste du futur vaisseau habité « Starship » et du futur lanceur « Super Heavy » de SpaceX

Starship et Super Heavy

Le vaisseau spatial SpaceX et le Super Heavy Rocket de SpaceX représentent un système de transport entièrement réutilisable conçu pour répondre à tous les besoins de l’orbite terrestre ainsi que de la Lune et de Mars. Ce véhicule à deux étages, composé de la fusée Super Heavy (booster) et du Starship (navire), remplacera éventuellement la Falcon 9, la Falcon Heavy et la capsule Dragon. En créant un système unique capable de desservir divers marchés, SpaceX peut rediriger des ressources de la Falcon 9, la Falcon Heavy et de la capsule Dragon vers Starship, ce qui rendrait le système abordable. Le 17 septembre 2018, SpaceX a annoncé que l’innovateur de la mode et conservateur d’art reconnu dans le monde entier, Yusaku Maezawa, serait le premier passager privé de la société à voler autour de la Lune en 2023. À ce jour, seules douze personnes ont marché sur la Lune jusqu’en 1972. Ce premier vol privé de passagers lunaires, comportant un survol de la Lune dans le cadre d’une mission d’une semaine, contribuera au financement du développement des vaisseaux SpaceX et Super Heavy (anciennement BFR) de SpaceX, une étape importante pour permettre l’accès aux citoyens ordinaires. qui rêvent de voler dans l’espace.

Sources : www.spacex.com – www.wikipedia.org – www.google.com

Hugo C, Thibaut S, Bétina E, Loïck C, Julien M

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Elon MUSK : Objectif Mars !

Schiappa à Bergerac pour débattre des questions sociales

Après son débat avec des associations et des lycéens, Marlène Schiappa a répondu aux questions des journalistes, dont Daniel Bozec de Sud-Ouest.

Des élèves du Club Presse interviewant Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, en visite à Bergerac.

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a participé, lundi 11 février à Bergerac, à un débat dans l’optique d’une réduction des inégalités sociales entre les femmes et les hommes.

En ce début d’année 2019, il s’agissait du troisième déplacement ministériel en Dordogne. Après les ministres de l’Éducation nationale et des Transports, Jean-Michel Blanquer et Elisabeth Borne fin janvier, c’était au tour de Marlène Schiappa de visiter, pour la première fois lundi 11 février, le département.

En début de matinée, la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les Femmes et les Hommes a visité l’association Pitchouns et Grands à Bergerac. Situés quartier Jean Moulin, les locaux servent de lieu d’accueil et de soutien auprès des familles monoparentales, qui représentent près de 70% des habitants du secteur.

Marlène Schiappa a ensuite pris part à un débat, salle René Coicaud au nord de la ville. L’objectif était une discussion sur les inégalités entre les femmes et les hommes. Un échange entre la secrétaire d’État et des associations a alors eu lieu en fin de matinée. En ce début février, cette visite s’inscrivait fortement dans le cadre du Grand Débat national initié par Emmanuel Macron en réponse au mouvement des “gilets jaunes”.

Pour ce débat, de nombreux élus se sont rassemblés autour de la ministre, comme le nouveau préfet de Dordogne, Frédéric Perissat, les députés des circonscriptions de Bergerac et de Périgueux, Michel Delpon et Philippe Chassaing, le Président du Département Germinal Peiro et le maire de Bergerac Daniel Garrigue.

Ils faisaient face à un public de 200 personnes composé de représentants d’associations et de lycéens, ceux du BTS Économie Sociale Familiale de Sigoulès et du Club presse du lycée Maine de Biran de Bergerac. Monsieur Garrigue n’a pas manqué de faire remarquer la grande proportion de femmes parmi les intervenants.

La forme de la rencontre rappelle les débats initiés par le Président de la République en réponse au mouvement des gilets jaunes. Placés en cercle, les intervenants ont posé une à une leur question à la représentante du gouvernement. Cette dernière répondait, d’une traite, à des séries d’une dizaine de questions.

Un nouveau statut pour les bénévoles ?

La première question fut posée par une femme vêtue d’un gilet jaune. Elle s’est indignée du fait qu’une femme n’ait pas eu accès au débat, à cause de son casier judiciaire non vierge. La ministre a alors promis de prendre connaissance de ce dossier. Le débat commence alors avec une certaine véhémence.

Les questions suivantes ont ensuite évoqué le manque de place en hôpital psychiatrique, un sujet d’actualité à Bergerac. Aussi une femme handicapée a plaidé pour une meilleure vie pour les immobiles. “On est en 2019 quand même”, s’est-elle indignée. Cette même personne est revenue sur le manque de gynécologues à Bergerac.

Le premier sujet récurrent de la discussion a été l’investissement des bénévoles dans les associations. Ceux qui les font fonctionner bénévolement, du planning familial au club Agora, ont interrogé Marlène Schiappa sur leur statut. L’une des bénévoles, travaillant pour la première, a notamment expliqué qu’elle a dû déposer un jour de congé pour venir à la rencontre de la ministre. Un autre, travaillant pour Contact, a notamment proposé l’élaboration d’un nouveau statut. La ministre a ouvert une porte à cette proposition en se disant intéressée.

En fin de débat, la Vice présidente de la CAF de Dordogne a voulu rappeler la bonne gérance du service dans le département. Ce service public a en effet obtenu la première place d’un classement se basant sur le point de vue des allocataires, dans une enquête menée en 2017.

La monoparentalité au centre des questions

La grande thématique du débat a été la monoparentalité. Plusieurs intervenants ont interrogé la ministre sur cette situation précaire vécue par 27% des familles françaises. L’association Base a mis en avant le travail qu’elle fournissait à ces personnes, notamment des femmes. L’une d’elles a témoigné sur son parcours, qui lui a valu d’être écartée du poste de directrice des musées de Bergerac, au profit d’un ami du président de la CAB à l’époque.

Le sujet monoparental a ensuite rejoint celui des crèches. La ministre a rappelé que pour une femme ou un homme seul(e), elle (il) n’était pas forcément bénéfique de travailler et de prendre en charge des frais comme les transports et la garde d’enfant. Plusieurs questions ont dans le même sens posé le problème des crèches et de leurs horaires, parfois non concordants avec ceux du travailleur. Ainsi plusieurs femmes font le choix de rester au foyer. La ministre a soulevé ce problème du “travail à perte”, qui oblige la femme à rester au foyer, et donc à ne plus prendre part à un travail qui intègre le salarié dans le monde “social”.

Aucune annonce

Concrètement, Marlène Schiappa n’a fait aucune annonce, mis à part l’ouverture à un nouveau statut pour les bénévoles. Elle n’a répondu que politiquement aux questions des intervenants, en lâchant des phrases symboliques pour marquer les esprits.

L’un des élus présents dans la salle résume sa présence à un seul but d’apaisement des tensions entre le gouvernement et le peuple. Quelques femmes vêtues d’un gilet jaune étaient présentes dans la salle et ont participé au débat. D’autres, notamment des hommes, étaient présents pacifiquement à l’extérieur, entourés par un nombre équivalent de policiers.

Thomas Guinhut

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Schiappa à Bergerac pour débattre des questions sociales

Peut-on gagner sa vie avec les jeux vidéos ?

Reportage vidéo     Plus connu sous son pseudo Noctale, ce lycéen a commencé les jeux vidéo dès son plus jeune âge sur ordinateur avec Astérix. Gameur dès 4 ans, il continuera tout au long de son enfance avec l’amélioration des consoles DS, PSP puis Playstation III  à 8 ans pour  enfin reprendre les jeux sur ordinateur à 12 ans.

     Le premier jeu qu’il a décidé de présenter en vidéo était Minecraft. Il se fait connaître au fil du temps avec l’enchaînement des vidéos sur Paladins ou encore  Fortnite. En effet, il monte petit à petit avec 300 vues, puis 500 et enfin 3300 avec Minecraft. La vidéo  Cet abonné m’a donné son compte « Le plus rare » de fortnite Battle royal  explose son nombre de vues avec 213 000 vues. Il a été sponsorisé une fois, il n’a pas été rémunéré mais le sponsor lui a donné un casque qu’il a proposé comme don sur une de ses vidéos.

     Le problème est que ce métier demande beaucoup de temps personnel. Effectivement comme il nous l’assure, il passe environ de 1 h à 4 h de jeu par jour avec ensuite 1 h à 2 h de montage qui peut même se prolonger  le lendemain si le montage n’est pas fini. L’ennui est que cette occupation rajoute des heures de travail en plus à ses devoirs. Pour répondre à ce problème, il décide d’abord de privilégier ses études avant de jouer et de faire ses vidéos.

     En effet, la rémunération n’est pas importante. Ce qui l’aide à gagner de l’argent ce sont les vues de chaque vidéo sur Youbube (1 euro pour 1000 vues) et les dons que lui font ses abonnés. Il peut gagner de 80 euros à 500 euros par mois. Ce qui ne lui permet pas de vivre pleinement de cette profession. Il doit donc continuer ses études. Mais grâce à cette activité il pratique le montage vidéo. Cela lui permettra plus tard de rejoindre une école dans l’informatique et de travailler dans cet univers. Sil ne trouve pas d’idées pour son projet d’avenir, il espère percer dans l’univers des youtubeurs afin de développer sa chaîne. Elle lui permettra de récolter des fonds pour financer ses études et ses achats personnels.

Source : Interview réalisé par Arthur W.

Guillaume L, Arthur W, Maxence G, Pierre M, Quentin B, Valentin M.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Peut-on gagner sa vie avec les jeux vidéos ?

Résidence de journaliste : Assises pédagogiques du Centenaire de 14/18

Les journalistes en herbe de la classe de 2nde6 ont été sollicités par le CLEMI (Centre pour l’information aux médias et à l’information) pour couvrir un évènement qui clôture les commémorations de la Première Guerre mondiale :
les Assises pédagogiques du Centenaire 14/18.

Classe de 2nde6 aux Assises du Centenaire à Bordeaux

Accompagnés de leurs professeurs et de Géraldine Ruiz, la journaliste en résidence au lycée qui travaille depuis 5 mois avec cette classe, ils se sont donc rendus à l’Athénée municipal à Bordeaux pour réaliser des reportages et des interviews. Ils ont ensuite, réunis en une véritable salle de rédaction, écrit leurs articles, monté leurs sujets audio ou vidéo. Leurs travaux sont visibles https://blogpeda.ac-bordeaux.fr/blogcentenaire/.
Vous pouvez également les suivre sur Instagram (m2binfos) et Twitter (@InfosM2b).

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Résidence de journaliste : Assises pédagogiques du Centenaire de 14/18

L’intelligence artificielle : un danger pour l’Homme ?

« L’I.A pourrait détruire l’humanité. »

Stephen HAWKING

« Le plus grand danger auquel nous serons confrontés en tant que civilisation.»

Elon MUSK

« Je ne sais pas pourquoi les gens ne sont pas plus inquiets. »

Bill GATES

L’intelligence artificielle est aujourd’hui de plus en plus utilisée dans certains domaines comme la santé, l’informatique,… Mais est-ce que les machines se retourneront un jour contre leurs créateurs ? Pour cela, nous sommes allés interroger des personnes dans la rue ainsi qu’un informaticien pour avoir leurs avis sur la question.

Pepper, premier robot humanoïde capable d’identifier les visages et les émotions humaines (© unsplash.com)

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

Robot Mindstrong® EV3 (Lego® ; © Julien M.)

                     Le terme « intelligence artificielle », créé par John McCarthy, et abrégé par le sigle « I.A » (ou « AI » en anglais, pour Artificial Intelligence). Il est défini comme « la construction de programmes informatiques qui s’adonnent à des tâches qui sont, pour l’instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que : l’apprentissage perceptuel, l’organisation de la mémoire et le raisonnement critique ». On y trouve donc le côté « artificiel » atteint par l’usage des ordinateurs ou des processus électroniques élaborés et le côté « intelligence » associé à son but d’imiter le comportement. Cette imitation peut se faire dans le raisonnement, par exemple dans les jeux ou la pratique des mathématiques, dans la compréhension des langues naturelles, dans la perception : visuelle (interprétation des images et des scènes), auditive (compréhension du langage parlé) ou par d’autres capteurs, dans la commande d’un robot dans un milieu inconnu ou hostile. « L’I.A globalement, à l’heure actuelle c’est un système de contrôle automatique de gestion de l’environnement et de gestion automatique de statistiques et de données. À l’heure actuelle, l’I.A c’est ça, ce n’est pas une conscience comme on pourrait l’entendre en tant qu’intelligence. C’est juste un système d’automatisation du traitement qu’on appelle du coup intelligence mais c’est un système qui après statistiquement va pouvoir auto apprendre. », voilà ce que nous dit le gérant d’un magasin d’informatique de la ville de Bergerac à propos de l’intelligence artificielle.

Dans quels domaines ?

À gauche « Robonaut », robot de la NASA et à droite une combinaison EMU pour les activités extravéhiculaires (EVA), appartenant aussi à l’agence gouvernementale des États-Unis (© www.pexels.com)

Les domaines dans lesquels les I.A sont utilisés sont tellement nombreux qu’il serait impossible de tous les citer. En voici donc quelques exemples.

– Banques : systèmes d’évaluation des risques liés à l’attribution d’un crédit (credit-scoring), … ;

– Militaire : drones, systèmes de commandements d’aide à la décision,… ;

– Médecine : systèmes experts d’aide au diagnostic (ophtalmologie : Google DeepMind), … ;

– Justice : aide à la décision (trancher les cas simples), … ;– Transport : régulation de la circulation (gestion des feux tricolores), … ;

– Jeux : joueurs artificiels (PNJ = personnage non-joueur), … ;

– Spatial : aide aux astronautes dans des situations délicates (CIMON), … .

Des mises en garde !

Terminator du film « The Terminator » de James CAMERON (© www.publicdomainpictures.net)

« Ça prend du travail à des personnes. », « C’est dangereux, à terme, oui, c’est dangereux. », « Est-ce que cela mène à une flemme ? ». Les personnes interrogées sont encore sceptiques par rapport à l’intelligence artificielle comme nous le montrent leurs réponses à la question que nous leur avons posée : « Est-ce que l’I.A est dangereuse pour l’Homme ? » D’après l’informaticien, il n’y a pas de dangers pour l’instant mais seulement pour le futur si certaines précautions ne sont pas respectées :

«Alors on va faire un petit coup de Terminator, mais oui éventuellement, si les puissances de calcul continuent à se développer comme elles le font. Maintenant on voit quand même que depuis 5~6 ans, les fréquences de calculs, les puissances brutes de calculs informatiques ne se développent plus aussi vite qu’avant. Après une I.A ça reste une combinaison de statistiques qui ne va pas, à l’heure actuelle, prendre suffisamment de paramètres en compte. L’idée de base d’une I.A c’est que si une voiture autonome voit qu’elle a un passager à l’intérieur et que si elle continue à avancer elle va à écraser deux personnes statistiquement, on va envoyer la voiture dans le mur au risque de tuer le conducteur pour pouvoir épargner deux vies.Après ça, toutes les I.A sont censées respecter la loi d’Asimov et du coup les lois de la robotique font que normalement une I.A ne devrait pas nuire à son créateur. En l’occurrence, le créateur c’est l’humanité. Et faute de mieux, une I.A prendra toujours la meilleure décision. Ou la moins mauvaise. » En effet, toutes les I.A sont censées respecter la loi d’Asimov qui nous dit :

1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger ;

2. Un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi ;

3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

Un danger pour la société ?

Ordinateur avec un logiciel de codage informatique (© www.pexels.com)

           L‘organisation à but non lucratif OpenAI créée par Elon MUSK et Sam ALTMAN travaille depuis quelques temps sur une I.A capable de générer du texte. Et les concepteurs de cette I.A ont réussi leur pari puisque le programme créé est si puissant qu’il ne sera pas publié. En effet, le programme intitulé GPT-2 inquiète ses concepteurs car ils ont peur que si l’I.A est utilisée à de mauvaises fins, elles puissent créer des « Fakes News » indétectables. Selon eux, le programme pourrait être utilisé pour générer de faux articles de presse pour répandre par exemple des « Fakes News » sur les réseaux sociaux en créant typiquement de toutes pièces une histoire qui semble plausible alors qu’elle a été créée en quelques instants par une intelligence artificielle. Et elle serait capable d’écrire autant des articles de presse que des œuvres de fiction. Pour générer du texte elle analyse la phrase de base qu’on lui donne et détermine la suite la plus logique. L’I.A a notamment été testée sur le roman 1984 de George ORWELL, un roman d’anticipation. Elle a aussi été testée sur des articles du jour et à chaque fois l’I.A produisait une suite cohérente tant en termes de style que de contenu par rapport au texte d’origine. Et selon ses concepteurs, il serait impossible de différencier les écrits de l’I.A par rapport à celle d’un humain. Et c’est pour cela qu’elle serait aussi dangereuse. Voici un exemple de texte rédiger par cette I.A :

Partie écrite par un humain :

« Un wagon contenant des matières nucléaires contrôlées a été volé à Cincinnati aujourd’hui. Sa localisation est inconnue. »

Ce que l’I.A a ensuite écrit  :

« L’incident s’est produit sur la ligne de train du centre-ville, qui relie les gares de Covington et d’Ashland. Dans un courrier électronique adressé aux médias de l’Ohio, le département américain de l’Énergie a annoncé qu’il collaborait avec la Federal Railroad Administration pour trouver le voleur. « Le vol de ces matières nucléaires aura des conséquences négatives importantes sur la santé publique et environnementale, notre main-d’œuvre et l’économie de notre pays », a déclaré Tom Hicks, secrétaire américain à l’Énergie, dans un communiqué. « Notre priorité absolue est de sécuriser le vol et d’éviter que cela ne se reproduise. » Le matériel volé a été pris sur le site de recherche nucléaire du Research Triangle Park de l’Université de Cincinnati, selon un communiqué de presse émanant de responsables du département. La Commission de réglementation nucléaire n’a divulgué immédiatement aucune information. Selon le communiqué, l’Office de la sûreté et de la sécurité des matières nucléaires du département de l’Énergie des États-Unis dirige l’enquête de cette équipe. « La sécurité des personnes, de l’environnement et des stocks nucléaires de la nation est notre plus haute priorité », a déclaré Hicks. «Nous allons aller au fond des choses et ne pas nous excuser. »

Pour conclure, nous venons de voir que l’intelligence artificielle s’impose de plus en plus dans notre quotidien. Malgré ses bénéfices, il y a tout de même de potentiels dangers si elle n’est pas bien régulée. Donc l’Humain doit rester vigilant face à elle !

Sources : https://www.ted.com/talks/margaret_mitchell_how_we_can_build_ai_to_help_humans_not_hurt_us#t-584028 ; https://www.ibm.com ; https://blog.openai.com/better-language-models/ ; https://www.softbankrobotics.com/emea/fr/pepper ; https://www.nasa.gov/ https://www.esa.int

Hugo C, Loïck C, Bétina E, Julien M, Thibaut S

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur L’intelligence artificielle : un danger pour l’Homme ?

L’abandon, une cause qui nous touche

Les causes de l’abandon des animaux de compagnie sont nombreuses. Un déménagement, une séparation, une raison financière, des allergies, des reproductions trop régulières, un animal trop agressif et surtout des départs en vacances. Pourtant il y a des solutions à tout cela. Il existe des familles d’adoption, la stérilisation évite les reproductions, des éducateurs résolvent certains problèmes de comportement, et pour les vacances, il y a sûrement un voisin ou un ami aimable qui voudrait bien s’en occuper et il existe aussi des personnes qui gardent les animaux de compagnie à domicile.

En France, chaque année, 60 000 chiens et chats sont abandonnés par leur maître sur la route des vacances. C’est un crime puni de 2 ans d’emprisonnement et 30 000€ d’amende.

Sur ces 60 000, la SPA en accueille 40 000. En 2015, 120 000 animaux ont été abandonnés. Cela représente 17,4% de plus qu’en 2014 et l’augmentation s’est élevée de 25% en 2017. En 3 ans, le nombre d’abandons a augmenté de 20% pour les chats et de 6,5% pour les chiens.

A Bergerac, la Société Protectrice des Animaux (SPA) est dirigée par Nicole Saijon, il y a un côté SPA et un côté fourrière (les chiens n’y restent qu’une semaine). Ils peuvent accueillir 140 animaux: 70 chiens dans des chenils et 70 chats dans des chatières ou dans des pièces spéciales. Actuellement, ils ont 35 chats et 60 chiens. En 2018, environ 1 860 animaux ont été accueilli à la SPA (environ 2 000 sont reçus par an) dont 300 chats cet été. Ils gardent les animaux jusqu’à leur adoption et ne vendent que ceux stérilisés. Seuls les animaux gravement malades ou blessés sont euthanasiés. Des bénévoles promènent les chiens, nettoient les chenils et chatières, nourrissent les animaux et achètent des croquettes.

 

Deux chiens dans des chenils à la fourrière. Photo Manon

« Il n’y a aucun méchant chien, il n’y a que des mauvais maître »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur L’abandon, une cause qui nous touche

De moins en moins d’oiseaux à Bergerac

D’après la LPO, dans quelques années, les oiseaux disparaîtront de la Dordogne à cause de la pollution, des pesticides et du réchauffement climatique.

Grues, oiseaux migrateurs en direction du Sud. Photo Manon

« Un certain nombre d’oiseaux disparaissent à cause des problèmes climatiques, de la pollution, de l’utilisation des pesticides et de la modification de l’environnement naturel (bétonnage, arrachage de haies…). Nous sommes dans une période critique pour les oiseaux et personne ne s’inquiète. Il faut préserver l’équilibre de la planète. » Nous a dit Claude Soubiran, bénévole de la LPO.

« Il y a quelques endroits où la géographie est faite de telle façon que cela concentre les oiseaux migrateurs » (comme vers la mer ou la chaleur). C’est à ces endroits que, chaque année, la LPO compte le nombre d’oiseaux. Les crises de logements (déforestations), de nourritures (insectes et la flore) et les activités humaines (surtout les pesticides) entraînent la disparition des oiseaux. D’après le chercheur scientifique de la LPO, Yoan Chardenier.

La plupart de la population Bergeracoise ne remarque pas la disparition des oiseaux, et du coup ne connaît pas la LPO. Malgré cela elle veut bien s’impliquer dans la lutte contre cette disparition, même s’il y a plus important comme lutte.

Il y a une Ligue de Protection des Oiseaux (LPO). Elle a été créée en 1912 par un militaire qui s’est révolté contre le massacre des macareux (pingouins de Bretagne avec un bec multicolore). Elle est dirigée par Yves Verilhac. La LPO accueille chaque année des milliers d’oiseaux blessés. Elle œuvre pour la protection et la préservation des différentes espèces d’oiseaux, pour l’éducation et la sensibilisation de l’environnement. La LPO publie aussi des revues : L’oiseau magazine, L’oiseau Mag Junior, Rapace de France, Ornithos.

Camille B.   Anna D.  Emma F.   Manon P.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur De moins en moins d’oiseaux à Bergerac

Les Films à Bergerac

Le film à l’affiche préféré des passants de Bergerac : Le grand bain

Synopsis du film : C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus,Simon, Laurent, Thierry et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui c’est une idée plutôt bizarre, mais ce défi permettra de trouver un sens à leur vie…

Top 10 des films les mieux vendus à Bergerac (Fnac):

Photo Aloïs G.

-1 Coco / -2 Deadpool / -3 L’école buissonnière / -4 Jurassic World / -5 Animal / -6 Le sens de la fête / -7 Solo / -8 Dunkerque / -9 Blade Runner 2049 / -10 Thor Ragnarok

Notre sélection du moment :Les animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (fantastique, horreur)

Notre dernier film vu :

My Sweet Pepper Land est un film de Hiner Saleem sorti en 2014. Le film commence par une scène ridicule : la pendaison ratée d’un criminel, qui devra s’étouffer au bout d’une corde deux fois avant de mourir. Le ton est donné : il s’agit de parler de faits graves mais sur un ton léger et avec un humour déroutant.

Ce film est bien car les personnages nous font percevoir leurs sentiments et leurs ressentis et en plus il y a une belle histoire. Ce qui est moins bien c’est la fin du film car il se termine assez rapidement et brusquement.

Alois G. / Florent B. / Jules B.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Les Films à Bergerac

Des champions de moto à Bergerac ?

La Grappe de Cyrano est organisée le 5 et le 6 mai 2019 pour sa 32ème édition. Elle se déroulera dans les alentours de Bergerac. Elle a rassemblé plus de 670 participants cette année. Cette course ne se déroule qu’une fois par an donc profitez-en !

Marc Germain lors de la Grappe de Cyrano 2011 – le samedi. Photo : Freenduro.com CC BY-SA 4.0

Inscription :Les inscriptions sont ouvertes à tous à partir du 8 décembre 2018. Pour s’inscrire il faut aller sur le site engage-sport.com ce qui permet à tous, sans obligation d’avoir un sponsor, de participer à la compétition.

Réglementation : Au niveau de la réglementation il faut avoir minimum 14 ans et le BSR. Il faut que la moto soit assurée, qu’elle ait une carte grise, que ça soit une enduro, immatriculée et de n’importe quel cylindre (correspondant au permis du conducteur). Si vous avez la chance de terminer dans les six premiers, vous gagnerez une somme d’argent en récompense. Mais pour cela il faudra passer les deux jours d’épreuves comportant huit spéciales (une spéciale est une étape qui est chronométrée) pour déterminer le classement final au bout de 8 étapes. A chaque début de spéciale, il y a un chronométré pour savoir la place des participants au début des courses.

Création : La création de cette course date de 1987. Elle a été créée par des amis qui faisaient une balade en moto dans les alentours de Bergerac. Cela a pris beaucoup d’ampleur, ce qui a donné naissance à la Grappe de Cyrano. De 2005 à 2009, l’épreuve change de nom et s’intitule La Grappe Lazer avant de de devenir La Grappe Dafy Moto de 2010 à 2012. Puis enfin son dernier nom LA Grappe Kreapixel en 2013 jusqu’à retrouver le nom de La Grappe de Cyrano.

source : association bénévole,MC Grappe de Cyrano

Valentin I. / Thibaut S. / Pierre M. / Guillaume L.

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Des champions de moto à Bergerac ?

Des kilomètres pour des soins.

D’après les chiffres rapportés par la CAB (Communauté d’Agglomération Bergeracoise), Bergerac peut compter moins d’un médecin pour mille habitants : cela montre un manque flagrant de médecins dans la ville. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Ce manque a été remarqué par les habitants mais aussi par les médecins. Le médecin bergeracois Michel Belin nous a déclaré que :  « Il y a de plus en plus de demandes de généralistes et mes journées sont plus chargées … ». Certains habitants sont obligés de consulter en dehors de Bergerac à cause de ce manque, une femme âgée d’une soixantaine d’années nous a dit que son nouveau médecin se trouvait à environ 15 km de chez elle.

Nous avons aussi interrogé et enregistré les habitants : pourquoi d’après eux les médecins manquent-ils chez nous ? Une grande majorité a répondu que la plupart des médecins ont atteint l’âge de la retraite. Il n’y a donc personne pour les remplacer : que ce soit les anciens médecins qui ne peuvent plus prendre de clients ou bien les jeunes médecins qui sont plus attirés par les grandes villes. Ensuite une aide-soignante d’une quarantaine d’années nous a dit : « Ce problème est aussi présent dans les hôpitaux avec le manque de spécialistes : gynécologues, cardiologues, dermatologues… Nos patients doivent alors faire plusieurs kilomètres pour faire un examen !  C’est aberrant !»

Ce problème n’est pas seulement à l’échelle locale mais aussi à l’échelle nationale. En effet d’après le Figaro, journal sorti le 06 avril 2018, la France en 10 ans a perdu 9,1 % de ses médecins généralistes.

Ainsi la ville et la CAB ont mis en place plusieurs projets pour remédier à cela. Tout d’abord par l’accueil d’internes à Bergerac avec à la clé un stage avec un médecin généraliste mais aussi un logement : les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP). Ce projet a montré une amélioration dans le nombre de futurs médecins à Bergerac. Nous espérons donc que ce projet résoudra les problèmes de la ville.

Salma S. /  Axel P. / Anais E. /  Eloanne M.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Des kilomètres pour des soins.