Fév 24

« Je suis Charlie »


Voltaire présent sur RTI, la webradio du collège de Tarnos, réagit à l’attentat contre le journal Charlie Hebdo de 2015 et aux références suscités avec son Traité pour la tolérance.
Entretien réalisé par Adam, Hugo, Noé, Yann
« Beta »
Lire la suite

Fév 24

Voltaire contre le fanatisme religieux


Dans cette chronique historique nos journalistes de RTI reviennent sur l’engagement de Voltaire pour réhabiliter Jean Calas dans la célèbre « affaire ».
Chronique réalisée par Anthony D;, Anthony L., Noa, Pablo.
« Alpha »
Lire la suite

Fév 24

Voltaire : trois oeuvres incontournables


Voltaire livre aux auditeurs de RTI, Radio Tarnos Info ses conseils de lecture…
Interview réalisée par Enzo, Lily, Lucile (« Delta »)
Lire la suite

Fév 24

Qui était François – Marie Arouet ?


Les chroniqueurs de RTI Radio Tarnos Info, la webradio du collège Langevin Wallon, reviennent avec leur célèbre invité Voltaire sur sa jeunesse et ses études.
Interview réalisée par Clara, Lucas, Maeva, Matteo
« Dzeta »
Lire la suite

Fév 24

Voltaire et l’esclavage : le regard d’une historienne

Madame Richard, historienne, revient sur l’esclavage au XVIIIe, que Voltaire fait découvrir à son personnage dans Candide ou l’optimisme dans le chapitre Le nègre de Surinam .
Les chroniqueurs nous invitent à la lecture de cet extrait du livre.
Entretien réalisé par Charlotte, Elsa, Roxshara (« Eta »)sur RTI, la webradio du collège Langevin Wallon de Tarnos.
Lire la suite

Fév 24

Voltaire : entretien

En direct de RTI, Radio Tarnos Info, Voltaire livre aux auditeurs l’essentiel de ses amours et de sa carrière.
Entretien réalisé par Camille, Chloé, Corentin, Mathéo
« Epsilon »
Lire la suite

Fév 24

Voltaire et la guerre


Deux comédiens invités sur RTI, Radio tarnos Info, nous disent comment Voltaire dénonce la guerre dans son oeuvre Candide ou l’optimisme. Ils nous lisent un extrait, La boucherie héroïque, une vision très ironique de la guerre. Lire la suite

Jan 20

Le Procope? Quel magnifique café !

Chère Emilie,                                                                                                                                          23 Février 1733

Nos discussions me manquent aussi.

Le Procope est un café littéraire richement décoré. On y trouve souvent Montesquieu et le jeune Diderot.. On s’y retrouve pour organiser des débats politiques et nous jugeons les oeuvres littéraires  du moment, tout en dégustant des produits rares comme du café, de la liqueur, du chocolat, des fruits confits, des glaces ou des sorbets.

J’aurais bien aimé vous y voir. Vous auriez pu nous apporter beaucoup.

Au plaisir de vous revoir

Votre ami Voltaire

Jan 20

Les beaux esprits se rencontrent !

Chère Emilie du Châtelet

Je vous remercie premièrement de bien vouloir m’apporter votre aide en m’initiant aux principes de la physique . J’apprends également beaucoup de vous .
Venons en au fait , les nouvelles vont vite !
Lire la suite

Jan 20

Parlons autour d’un café!

Chère Emilie,
Le café Procope est un endroit fantastique. Il est situé à côté de la Comédie Française et attire énormément de monde.
Mes confrères et moi-même y organisons souvent des dîners entre philosophes; nous y discutons de nos idées et écrivons de nombreux textes qui véhiculent notre mode de pensée.J’y ai rencontré de nombreux auteurs et philosophes;  Montesquieu, les jeunes Rousseau et Diderot et bien d’autres.                                                                                              Nous pouvons y discuter librement aussi bien de science que de philosophie; et nous imaginons grâce à cela une société juste basée sur le mérite. Nous parlons également des moyens que nous avons afin d’atteindre cet objectif.

En espérant vous revoir bientôt,
Voltaire

Jan 09

L’Encyclopédie

Aujourd’hui, nous nous demandons si vous voulez bien participer à la création de l’Encyclopédie. Pour vos qualités : vous aimez bien écrire, vous avez un vocabulaire riche, vous avez des connaissances à couper le souffle, il nous faut votre savoir pour le partager dans cet ouvrage.

Nous avons été engagés par Gua de Malves pour la rédaction de cette oeuvre.
Le projet  a été lancé par le libraire Le Breton en 1746. Il a pour but de rassembler le plus grand nombre de connaissances dans le plus grand nombre de domaines.
Cette Encyclopédie sera divisée en plusieurs livres, sur le modèle de La Cyclopaedia d’Ephraïm Chambers.
Nous avons également engagé 55 rédacteurs parmi lesquels figurent les plus grands noms du monde littéraire et scientifique.

Nous espérons de tout cœur que vous nous rejoindrez.
Cordialement
Diderot et d’Alembert.

Jan 09

Le savoir à la portée de tous

                                                                              Cher Voltaire

Nous rédigeons cette lettre pour vous parler d’ un immense projet auquel nous rêverions que le maître des textes philosophiques participe ! Nous avons entendu parler de vous et de vos œuvres. Nous savons que, comme moi et mon ami d ‘ Alembert, vous combattez les privilèges de la noblesse dans vos textes, vos livres, vosœuvres, comme les « Lettres Philosophiques ».

Nous avons  commencé la rédaction d’une Encyclopédie depuis trois mois, mais nous nous sommes rendus compte qu’ il nous fallait une personne comme vous . Ce livre permettra de rassembler les connaissances acquises pour les faire partager à tout le monde . Et nous avons besoin de vous pour critiquer les fanatismes religieux et politiques . Notre préoccupation est de mettre le savoir à la portée de tous. L’ Encyclopédie proposera un système de renvoi très élaboré, qui permettra au lecteur la liberté d ‘ aller d ‘un article  à un autre et donc ainsi de créer des connexions entre les savoirs.

En vous remerciant par avance et en attendant patiemment votre réponse .

Bien cordialement.

Diderot et D’Alembert.

Jan 09

L’Encyclopédie, un incroyable projet !

Fait à Paris                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        le 07/04/1749

Bonjour cher Voltaire,

Nous vous écrivons pour vous faire part d’un nouveau projet, l’Encyclopédie. Cet ouvrage rassemblera l’ensemble des connaissances, pour donner le savoir au plus grand nombre. Son but sera aussi de critiquer les fanatismes religieux et politiques et que chacun puisse avoir un avis libre. Nous voulons donc changer la façon commune de penser et faire comprendre que l’homme est au centre de l’univers et non Dieu.

Nous avons pensé à vous pour nous soutenir dans ce projet, car vous êtes un homme brillant, un écrivain doté d’un énorme talent et un philosophe  remarquable. Une de vos oeuvres, les Lettres philosophique nous montre que nous défendons les mêmes causes: le savoir, la raison, la liberté d’expression et bien d’autres sujets.

Nous vous précisons que nous avons reçu un privilège royal de 20 ans pour la publications de cette oeuvre. Si vous acceptez de faire partie de notre projet, une majestueuse Encyclopédie verra le jour.

En espérant très vite vous compter parmi nous.

Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert

Déc 17

Socrate et Platon êtes-vous des Lumières ?

Qui est Platon ?
C’est un philosophe grec né à Athènes en 428 avant J.C et est mort en 347 avant J.C.
Platon est né dans une famille aristocratique athénienne.
Ancien élève de Socrate.
Il est à l’origine de la pensée philosophique occidentale.

Qui est Socrate ?
C’est un philosophe grec né à Athènes en 470 avant J.C et est mort en 399 avant J.C.Ancien professeur de Platon.

Qu’est ce que « Le Ménon » ?
Le Ménon est un dialogue écrit par
Platon dans lequel Ménon et Socrate essaient de trouver la définition de la vertu.
Ce dialogue parle  de la connaissance de la vertu et  si il est possible ou non de l’enseigner. Le terme vertu ne doit pas être compris au sens de bonne conduite mais au sens grec : le pouvoir de remplir au mieux sa tâche.

Quels liens avec les Lumières ?
Ils ont un lien avec les Lumières car Socrate apprend à
Ménon à penser par lui-même et a apporter des
connaissances à ceux qui lisent ce dialogue.

Source : Encyclopédie encarta 2009

 

 

 

 

Fév 23

Le bonheur, un objectif finalement pas si dur à atteindre

Lettre de Jeannot et Colin

A Monsieur Denis Diderot

Mon cher ami, c’est un grand plaisir pour moi de constater à quel point le contenu du conte philosophique « Jeannot et Colin » que je vais prochainement publier vous intéresse. 
C’est bien pour cela que dans cette lettre je compte vous donner plus d’informations sur ce conte philosophique et ces visées. Me connaissant, vous vous doutez que j’exprimerai le tout avec des touches d’ironie!

Il ne vous surprendra pas que mon imagination et mon ironie viseront à nouveau ces individus de sang noble dont les privilèges ne font que les rendre toujours plus cupides et vaniteux.
C’est ainsi que ces thèmes seront développés dans mon conte à travers les destins croisés de Jeannot et Colin.
Amis d’enfance dans une ville provinciale, on suit les bouleversements suite à l’enrichissement des Parents de Jeannot partis à Paris.

Vous retrouverez la cupidité à travers la volonté permanente d’enrichissement matériel des parents de Jeannot qui les conduira à la démesure puis à la déchéance. Heureux et méritants qu’ils étaient !
Avec toute la richesse et les privilèges qui leur étaient attribués; mais un titre de noblesse acquis  n’épargne pas chute! C’est l’ironie du sort, mon ami.
Un personnage clef pour l’éducation de Jeannot apparaitra, « le Gouverneur « , d’une telle intelligence et de si bons conseils aux yeux de Monsieur et Madame de la Jeannotière, mais qui pourtant ne sait rien .
Son conseil sera de ne suivre aucune éducation si ce n’est celle de séduire les femmes en sachant chanter et danser.
On n’a jamais employé tant d’esprits à vouloir nous rendre bête, mon ami.
La vie de Jeannot sera intégralement consacrée d’amusement.
Je traiterai de l’hypocrisie des nobles par une veuve se présentant comme la future épouse de Jeannot,gentille et attentionnée mais qui au fond ne sera intéressée que par les biens qu’elle pourrait tirer de sa richesse.
Toutes ces tares, Jeannot se les appropriera au fur et à mesure de l’histoire.
Cependant il incarnera plus précisément la vanité des nobles par l’attitude faite d’indifférence et de mépris à l’égard de son ami Colin lors de son ascension sociale.

Colin quant à lui,représente tout ce qu’il y a de bon et de vertueux dans ce conte.Il incarnera le mérite et la simplicité par la vie qu’il aura mené, mais surtout la fidélité et l’altruisme par l’attitude qu’il adoptera à la fin de mon conte.En effet,Colin, que personne n’attendait réapparaitra lorsque Jeannot sera des plus dépourvus. Lorsque tout ces amis du bel air l’auront trahi.
La fidélité des nobles n’est plus à démontrer!
Puis Colin,malgré la manière dont Jeannot l’aura abandonné ,lui proposera son aide et bien plus.Une nouvelle vie dans son ancienne ville de  province.
Colin heureux m’a servi à exprimer mon opinion sur la réelle définition du bonheur qui ne se trouve pas dans la richesse et dans les titres de noblesse, mais dans une vie simple et honnête.

C’est ainsi,que mon conte sera constitué . J’espère avoir pu satisfaire votre curiosité et je vous remercie d’avoir accordé tant d’attention à cette lettre.
Voltaire.

 

Fév 23

Lettre à Diderot : de Jeannot et Colin, conte philosophique

A l’attention de Monsieur Denis Diderot,

Fait à Ferney, 18 avril 1763

Mon cher ami, j’ai effectivement achevé l’écriture de ce conte philosophique, intitulé Jeannot et Colin.
Cette oeuvre raconte et décrit l’ascension fulgurante de Jeannot, un jeune auvergnat, et comment sa conscience sera ternie par les rencontres qu’il va faire et les « valeurs » de la noblesse. Quand le jeune homme perdra tout ce qu’il possède, il sera bien heureux de retrouver son humble ami Colin; ce dernier acceptera avec bonté de lui venir en aide malgré le comportement hautain et plein de vanité dont Jeannot avait fait preuve envers lui.

Ce texte a pour but de dénoncer des problèmes importants de la société: les privilèges de naissance des nobles ainsi que leur vanité, leur fainéantise et leur hypocrisie notamment. En effet, vous n’êtes pas sans savoir que je ne peux rien supporter des « valeurs » et des « mérites » de la noblesse. Ils collectionnent les vices comme ils accumulent les titres, sans aucune limite, et ont pour seule loi la fortune et ses aléas. Quelle vie épanouissante! Car c’est bien connu, rien ne vaut le plaisir d’être cupide et d’écraser le peuple pour obtenir toujours plus. Mais gagne-t-on une quelconque gloire ou une quelconque satisfaction à oppresser le peuple?

L’oeuvre fait aussi comprendre que fortune et bonheur sont deux choses bien distinctes; ainsi, les biens et l’argent n’apportent pas nécessairement la joie et ne rendent pas heureux durablement.

La visée du conte philosophique n’est-elle pas de faire réfléchir le lecteur?

En espérant pouvoir collaborer avec vous bientôt, je reste votre dévoué,

Voltaire.