Mar 24

Classe / pas classe

Classe : se rendre chez le coiffeur la veille de la photo de classe. Pas classe : avoir un énorme bouton sur le front le lendemain.

Classe : se préparer pendant des mois pour une compétition. Pas classe : se blesser la veille.

Classe : présenter son diaporama de TPE. Pas classe : ne pas réussir à l’ouvrir au bon format.

Classe : s’inscrire à un voyage scolaire à l’étranger au lycée. Pas classe : s’apercevoir la veille du départ que sa carte d’identité est périmée.

Classe : flasher sur une fille. Pas classe : la découvrir au bras de son meilleur pote.

Classe : manifester son désaccord avec une réforme en bloquant son lycée. Pas classe : être rentré chez soi à 10 heures.

Classe : manifester sa volonté de changer le climat. Pas classe : en restant dans son lit.

Classe : acheter une montre pour les devoirs sur table. Pas classe : l’oublier sur son bureau.

Classe : faire le Père-Cent le jeudi. Pas classe : avoir DST le vendredi.

Classe : être présent au DST le vendredi. Pas classe : ne pas arriver à lire les consignes.

Classe : protester contre le harcèlement. Pas classe : tenir des propos homophobes deux secondes plus tard.

Classe : sortir ses plus belles chaussures pour venir au lycée. Pas classe : marcher dans une… déjection canine juste avant d’arriver au lycée.

Classe : acheter tous les meilleurs joueurs de football de la planète. Pas classe : se faire éliminer tous les ans en huitièmes de finale d’une simple coupe d’Europe des clubs.

Max Bru et Andoni Castéra

Mar 24

Le Mexique arrive en France…!

       Une passion pour le voyage. Isis Lara Alcaraz, notre assistante d’espagnol, est ici en France depuis septembre. Avant de s’installer à Bayonne, elle a découvert différentes villes de France, comme Paris, Lyon, Toulouse ou encore Grenoble, avec plusieurs de ses camarades étudiantes. Isis est née à Mexico et a vécu avec sa famille à Colima, au bord du Pacifique. Elle a choisi la France comme lieu de destination car elle aime voyager dans d’autres pays, découvrir d’autres cultures et se détacher de ses habitudes. La culture française lui plaît d’abord car les personnes qu’elle rencontre sont gentilles et polies. Elle apprécie également la nourriture : « J’aime beaucoup le pain, le fromage… » Selon elle, la langue française est riche mais dure à apprendre.

                Pero, como convertirse en asistente ? Alors qu’elle était en licence de langues, Isis a dû passer un concours pour obtenir une certification en français : sur 400 personnes, il n’y en a que 130 qui sont retenues. Elle a réussi ¡felicitación! Elle a ensuite déposé sa demande de candidature en ligne auprès du ministère de l’Éducation nationale en France, puis elle a passé un entretien avec des professeurs de langue. Un assistant en langue gagne environ 1000 euros par mois, selon le site glassdoor. Tous les assistants ont le choix de vivre à Cassin dans un internat à part, ou bien à l’extérieur du lycée dans leur propre appartement. Isis a pour sa part choisi de vivre au sein l’établissement, et doit payer un dédommagement pour sa chambre.

                Un métier très bavard. Isis nous a expliqué qu’être assistant consiste à aider les élèves à améliorer leur espagnol avec des exercices oraux. Elle communique beaucoup avec les élèves et les aide en espagnol. Elle fait aussi découvrir différents aspects culturels propres à son pays à l’aide de diaporamas et fait remplir des feuilles aux élèves pour qu’ils s’exercent aussi à l’écrit. Isis les assiste dans ces travaux, fait la traduction, explique en espagnol, parfois en français, mais plus rarement. Pour le moment, Isis, forte de cette expérience, souhaite devenir professeur de français. Ou bien elle se dirigera dans un domaine complètement différent : la boulangerie ! Pour faire du pain français ?!

Manon Carrion et Amélie Ghoulem

Mar 24

Le conseil de Mme Imbernon

       Avec ces giboulets de mars, quoi de mieux que de se blottir sur son canapé accompagné d’un livre passionnant ? Grâce à Mme Imbernon, ce rêve peut devenir réalité ! Ce professeur d’espagnol dans notre lycée a choisi de nous parler d’une œuvre qu’elle a découverte lors d’une discussion entre collègues. Il s’agit de Petit pays, écrit par Gael Faye et publié le 24 août 2016. Ce livre a remporté un grand succès : il a été vendu à plus de 400000 exemplaires en 2016 et récompensé du Prix Goncourt des lycéens la même année.

         Un artiste né. Le nom de Gael Faye ne vous est peut-être pas inconnu… En effet, cet artiste est un auteur, compositeur et interprète de rap. Il a composé d’abord une chanson appelée également « Petit pays » avant d’écrire son livre où les mêmes thèmes sont abordés. Mme Imbernon a été très surprise par cet auteur et chanteur français, qu’elle ne connaissait ni en tant qu’écrivain ni en tant que rappeur. Elle nous a confié qu’elle appréciait ses chansons grâce à « l’écriture du texte et le mélange de textes semi-parlés, semi-chantés. » Et le livre a été pour elle « une lecture savoureuse et poétique comme peut l’être une chanson de rap ».

                Une histoire poignante, inspirée de faits réels de l’auteur. L’histoire se passe en 1993. Le personnage principal est un jeune garçon âgé de dix ans, Gaby, qui vit avec ses deux parents et sa sœur en Afrique de l’Est, au Burundi (cf. l’encadré ci-dessous). Mais un jour, Gaby va devoir supporter la séparation de ses parents et le ravage de son pays à cause de la guerre civile burundaise.

Les conflits latents entre Tutsis et Hutus, deux ethnies de la région des Grands Lacs africains, ont débouché sur la guerre civile burundaise en 1993 et sur le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994, qui coûta la vie de près d’un million de victimes au Rwanda, essentiellement Tutsis. Au Burundi, des milliers de civils tutsis ont été massacrés par les Hutus. Puis l’armée a réagi très violemment et a engagé une répression très dure et le massacre des Hutus : au total, 50 000 à 100 000 personnes (à majorité des Hutus) ont été tuées au Burundi.

D’après Mme Imbernon, les points forts de ce livre sont d’abord ses principaux thèmes : à travers les yeux du personnage, nous découvrons le questionnement d’un jeune enfant, son voyage, ses amitiés, son amour de la nature, sa fuite loin de cette guerre très violente qui a duré de 1993 à 2000, sa famille, la perte de raison de sa mère, la fuite vers la France et son arrivée dans une famille d’accueil, les relations entre les hommes blancs et les hommes noirs. Nous voyons ainsi la naïveté et l’innocence de Gaby s’envoler au cours des événements tragiques qui ont ensanglanté son pays et le Rwanda voisin.

                Une remise en question de notre humanité. La professeure d’espagnol affirme que Petit pays est une véritable œuvre littéraire, grâce à laquelle le lecteur peut se poser de grandes questions sur la civilisation, sur le rapport entre les hommes, sur le racisme, sur la violence. Tous les sujets évoqués le sont à travers les yeux d’un enfant, mais ce sont des thèmes qui touchent tout le monde, et d’autant plus qu’ils sont abordés par un enfant contraint de vivre des expériences déjà douloureuses pour des adultes.

                Merci à Madame Imbernon pour ce précieux conseil ! Nous n’avons plus qu’à courir le plus vite possible au CDI pour emprunter Petit pays ! Bonne lecture à tous !

                                                                                                                       Agathe Pradier et Flora Yèche

Mar 24

Être surveillant à Cassin

        Un métier à part entière. Les « pions », les « surveillants » : ce sont les surnoms les plus populaires donnés à ceux qui exercent ce métier, mais peu savent que la véritable appellation de cette profession est « assistant d’éducation ». Ils sont quatorze au lycée, sont engagés sur C.V. et avec un entretien et sont  « encadrés » par M. Zurell, un des C.P.E du lycée. Les assistants d’éducation sont indispensables au bon fonctionnement de notre établissement et leurs tâches sont multiples, du traitement des absences à la surveillance de l’internat. Leur salaire moyen est de 1520 euros par mois. Au sein du lycée, aucun des surveillants ne fait d’étude en alternance, mais certains d’entre eux préparent des concours, d’autres pratiquent ce travail comme un métier à part entière.

            Les dernières recrues du lycée. Nous avons interrogé les deux dernières recrues de la « brigade » de surveillants de Cassin : Annabelle, travaillant ici de puis le 7 janvier 2019, et Marc, dans nos murs depuis le 4 mars 2019. Ces deux surveillants ne font pas d’étude en parallèle et ce cas se généralise, alors qu’autrefois, les assistants d’éducation étaient exclusivement des étudiants alternant les études et cette activité pour avoir une source de revenu, nous a expliqué M. Zurell.

            Premières impressions. Annabelle et Marc nous ont présenté les avantages et inconvénients de la fonction d’assistant d’éducation. Les principaux points forts sont pour eux les horaires agréables et le contact avec les élèves, qu’ils trouvent sympathiques pour la plupart d’entre eux. Le principal inconvénient est à leurs yeux la fatigue qui peut s’accumuler, notamment quand on travaille en plus à l’internat. Ils nous ont aussi confié que la différence la plus flagrante entre le lycée Cassin et leurs anciens, c’est le nombre impressionnant de disciplines et d’infrastructures spécialisées disponibles dans notre lycée : dans leurs anciens établissements, pas d’options Russe, Chinois, pas de pôles sportifs, de cafeteria ou encore de mur à gauche.

            Nous leur souhaitons de passer de bonnes années au sein de notre établissement et de s’épanouir personnellement et professionnellement.

                                                                                                                               Fulbert Pieplu et Bastien Charlot

Fév 05

Classe / Pas classe

Classe : attendre avec impatience les vacances. Pas classe : tomber malade le premier jour.

Classe : acheter tous ses cadeaux pour Noël. Pas classe : ne plus avoir de papier cadeau.

Classe : recevoir de beaux habits à Noël. Pas classe : qu’ils rétrécissent au premier lavage.

Classe : préparer une fête pour le premier de l’An avec ses amis. Pas classe : devoir rester avec ses parents.

Classe : danser toute la soirée du réveillon. Pas classe : se retrouver avec un bras en écharpe le lendemain.

Classe : ne pas se soucier du lycée pendant les vacances. Pas classe : être débordé(e) le dernier week-end.

Classe : être en Seconde et n’avoir aucun examen à la fin de l’année. Pas classe : tomber sur la réforme du bac l’année  d’après.

Classe : préparer un diaporama pour un exposé. Pas classe : tout perdre au dernier moment.

Classe : aller à une manifestation sans aucune intention de violence. Pas classe : repartir avec la mâchoire broyée.

Classe : être motivé(e) pour faire un devoir sur l’ordinateur au lycée. Pas classe : tous les ordinateurs sont pris.

Classe : être enfin dans une bonne classe. Pas classe : devoir changer l’année suivante.

Classe : se charger de l’article « Classe / Pas classe ». Pas classe : être en panne d’inspiration.

Maywan Lacombe et Esther Manuel

Fév 05

Une nouvelle année qui commence sur les chapeaux de roues !

        Bonne année à vous, bonne santé, et beaucoup de réussite ! En avant les résolutions de 2019, en espérant que vous les tiendrez jusqu’au bout ! Terminées les vacances, terminée la magie de Noël, terminés les énormes repas des fêtes, les boîtes de chocolat, les séries à regarder d’une traite en une seule journée, les siestes au coin du feu, les parties de belote avec le papy Jean… maintenant, au travail !

         Retour sur 2018. Le mois de décembre a été assez mouvementé, avec les nombreuses manifestations des gilets jaunes et, en ce qui concerne plus particulièrement le Pays basque, la venue de notre président de la République… ou pas ! En effet, le président devait se déplacer le mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 qui aura lieu fin août 2019, mais il a finalement annulé sa venue. Rappelons que le « Groupe des sept », ou G7, est le groupe autoproclamé de discussion et de partenariat économique des sept pays réputés pour être les plus grandes puissances économiques du monde occidental : États-Unis, Allemagne, Royaume-Uni, France, Japon, Canada, et Italie. C’est le ministre des affaires étrangères et de l’Europe, Jean Yves Le Drian, qui l’a remplacé au dernier moment. Et ce mardi 18 décembre à Biarritz, le mouvement de gilets jaunes, comportant environ 200 personnes d’après Sud-Ouest, s’est réunis même si le président de la République ne venait pas, pour se faire entendre. Des CRS étaient présents, ont dû lancer des lacrymogènes et ont tiré des balles de défense. Ces tirs peuvent être extrêmement dangereux puisqu’une ancienne élève du lycée Cassin, Lola, a été grièvement blessée par un tir au visage. Cette jeune étudiante en art a aussitôt été amenée à l’hôpital car son visage a été défiguré : mâchoire cassée, des dents fissurées et la joue ouverte. Le lendemain, une manifestation en soutien à Lola a été organisée : il y avait deux fois plus de monde que la veille. Ses camarades d’études d’art ont ouvert une cagnotte en ligne pour soutenir sa famille. Plus de 5000 euros ont déjà été récoltés. Nous souhaitons à Lola un très bon rétablissement.

         Les vœux de 2019 ! En ce début d’année, les élèves du lycée doivent faire des choix importants sur les enseignements de spécialité grâce à la nouvelle réforme. Ces vœux pour l’année prochaine sont très importants ! Alors renseignez-vous, discutez-en avec votre famille, interrogez vos professeurs, consultez le Conseiller d’orientation, questionnez votre vétérinaire, demandez son avis à votre pharmacien, à votre chien, à votre doudou, à votre petit doigt, à votre voyant préféré, au marabout du coin,… Vous pouvez même tester grâce à l’Onisep ce vers quoi peuvent vous mener vos choix d’enseignements de spécialité : tapez www.horizons2021.fr !

Manon Carrion et Agathe Pradier

Fév 05

Muse, une simulation de rock ?

               Après un album de rap, le journal du lycée décide de présenter un album de pop-rock : Simulation theory de Muse. L’album sorti le 9 novembre 2018 est disponible en plusieurs versions : CD, vinyle et super deluxe. La version super deluxe contient deux CD, deux vinyles transparents 12 tours, un livret relié de 20 pages et des impressions d’art à l’allure futuriste dignes du groupe. L’album comprend 11 chansons, qui ne sont pas sans rappeler sa pochette de science-fiction du fait des thèmes abordés et des sonorités employées. Le nombre d’effets à la guitare et à la batterie fait d’ailleurs qu’il est difficile de comprendre l’album à la première écoute. Mais au fil du temps on s’y fait et le plaisir est de retour. Les chansons se valent presque toutes, mais trois sortent tout de même du lot : « Get Up and Fight » , « Thought Contagion » et « Pressure », qui correspondent tout à fait au style qu’on leur connaît et auquel Muse nous a habitué au fil de ces dernières années. Le chanteur dit que cet album est en continuité avec les autres parce qu’il suit les évolutions de leur état d’esprit au fil des années comme avec l’album Drones (5 juin 2015), symbolisant la guerre à distance. La pochette ici reprend les coloris des années 80 qui font penser à des néons. Ce nouveau venu est assez mal accueilli par les critiques, mais les 96% de « j’aime » sur google ne trompent pas : cet album a beaucoup à offrir grâce au nouveau style qu’adopte progressivement Muse.

Fulbert Pieplu

Fév 05

La malbouffe, un fléau chez les jeunes ?

          Les fêtes de fin d’année sont passées, vous avez bien profité des chocolats et du foie gras : il est temps de prendre des bonnes résolutions et de recommencer, ou tout simplement de commencer à manger sainement !

                Pendant les vacances de Noël, nous faisons des repas de famille très copieux et durant l’année et il nous arrive aussi parfois de nous faire plaisir, d’aller de temps en temps avec ses amis au MacDonald’s par exemple. Certains ont pris l’habitude de manger rapidement et le plus souvent de manière non-équilibrée. C’est le principe même du fast food (ou « restauration rapide » pour les personnes non adeptes de la langue de Shakespeare) qui est devenu ces dernières décennies un business international. Contrairement à cela, certaines personnes, plus fréquemment chez les jeunes voulant faire attention à leur apparence physique, ont mis en place des règles assez strictes sur leur alimentation. Mais est-ce réellement recommandé ? Y-a-t-il des alternatives ?

                La malbouffe, une alimentation omniprésente. Pasta Box, MacDonald’s, Burger King… : les fastfoods sont très présents dans notre quotidien. Nous vivons dans un monde où les gens ont de moins en moins de temps, surtout les jeunes qui sont pris par leurs études. Pourquoi cuisiner si certaines personnes ont eu la merveilleuse idée de faciliter la vie des hommes en créant des plats tout préparés, mettent en place le drive ou bien nous permettent de commander sur internet et d’être livrés à notre domicile rapidement ? L’homme cherche la facilité et les créateurs de ses symboles de la malbouffe ont vu juste et ont su s’adapter à l’évolution de notre société. Le premier MacDonald’s est arrivé en 1979 à Strasbourg dans le nord-est de la France. Or, depuis les années 1970, le taux de personnes obèses ou en surpoids a augmenté de 36 % en France, et souvent chez les personnes de moins de 35 ans, qui pratiquent moins la cuisine et qui ont pris l’habitude de manger à l’extérieur. Le fameux slogan « manger cinq fruits et légumes par jour » a été lancé en 2001, avec pour objectif de sensibiliser les gens, surtout les plus jeunes, à manger plus équilibré. En France, en 2017, 7 millions de personnes sont considérées en surpoids ou obèses et ce chiffre ne fait qu’augmenter au fil des années. Alors toujours partant pour un repas de classe chez MacDo ou pour des sodas et des barres chocolatées ? Les états qui possèdent le plus d’obèses sont les États-Unis, suivis du Mexique, de la Nouvelle Zélande et de la Hongrie. Les états les moins touchés par l’obésité sont le Japon, la Corée, l’Italie et la Suisse, qui ont des traditions culinaires qui font intervenir des aliments sains.

                Des nouvelles modes : le véganisme et ses dérivés. Vous avez tous sûrement entendu parler des termes de flexitarien (pour une personne qui limite la viande), de végétarien (pour quelqu’un qui ne consomme aucune viande), de végétalien (pour une personne qui ne consomme aucun produit animal), et même de végane. Mais qu’est-ce-que exactement que le véganisme ? Plus qu’une alimentation, c’est un mode de vie : aucun produit, aucun textile, aucune matière d’origine animale ! La doudoune en plumes d’oie, on oublie, la viande également : tout doit venir d’une source végétale. Selon les véganes, le fait de ne plus manger de viande permettrait une meilleure santé ; le végane est de plus très attaché à la cause animale. Mais d’un point de vue santé, supprimer la principale source de protéines, est-ce vraiment la bonne solution ?

                Le conseil de notre experte. Nous en avons discuté avec l’infirmière du lycée : « Chez les adolescents, il est très important de manger équilibrer. Les muscles sont en pleine croissance, et chaque aliment a un intérêt, tout en restant raisonnable sur les quantités ». Notre infirmière insiste sur le fait que tous les « changements alimentaires » doivent être suivis par un spécialiste. Alors vous qui lisez cet article, retenez-bien ceci : ne jamais se lancer à l’aveugle dans quelque chose de totalement nouveau pour vous, au risque d’être déçu ou de partir dans de mauvais travers. Nous savons tous que la principale cause du changement des habitudes alimentaires chez les jeunes est la volonté de perdre du poids, mais attention, cela n’est pas toujours bénéfique. Mieux vaut suivre un autre mot d’ordre : le sport ! Il faut également manger normalement, à sa faim et ne pas grignoter entre les repas. Nous savons tous qu’il est difficile avec les études, le travail, d’avoir du temps pour soi, mais il est tout de même important de savoir relâcher la pression et comme le dit Montaigne, rien de tel qu’ « un esprit sain dans un corps sain ! »

Olivia Ichas, Emma Lechardoy et Camille Leclerq

Jan 29

Amours Solitaires, un roman 2.0.

           En ce mois de janvier glacé, l’envie d’être bien au chaud dans votre lit tout en sirotant un chocolat chaud s’accompagnera parfaitement de notre coup de cœur, le premier livre de la talentueuse Morgane Ortin Amours Solitaires.

          Une femme « amoureuse de l’amour » et des études. Morgane Ortin est une ancienne éditrice de chez Des Lettres, désormais jeune écrivaine de 27 ans. Passionnée par l’école, elle rêvait de « faire des études toute sa vie ». Elle intègre une classe préparatoire littéraire à Montpellier qui n’est pas à « la hauteur de ses attentes », Morgane rejoint finalement la prestigieuse Sorbonne Nouvelle de Paris, la nouvelle université fondée dans les années 70. Enfant, elle veillait à conserver soigneusement tous ses courriers et lettres de peur de les égarer. Lorsqu’elle débute une correspondance par SMS avec son petit ami, sa seule crainte était de perdre tous ses échanges passionnés. De nature « amoureuse de l’amour » comme elle se décrit, elle décida alors en février 2017 de créer le compte Instagram Amours Solitaires dans lequel elle publie plus de 500 SMS d’amour provenant d’anonymes, des messages exaltés, passionnants mais aussi émouvants et révélant des trésors de leur intimité… Ce compte est désormais suivi par plus de 330 000 internautes. Elle prend donc la décision de publier ce livre, Amours Solitaires, retraçant l’histoire de deux amoureux. Elle crée cet ouvrage en sélectionnant 278 messages d’expéditeurs différents qu’elle a reçus, et qu’elle a regroupés pour créer une unique histoire d’amour. Il n’y a pas de narrateur, seulement des bulles de messages datés.

             Une histoire d’amour d’anonymes derrière un écran. C’est une histoire avec des personnes anonymes : cet anonymat permet de s’identifier aux personnages autant que nous le souhaitons. Les deux amoureux veulent être indépendants jusqu’au jour où l’amour frappe à leur porte, et leur tombe dessus. Cette histoire est passionnante, enivrante. Ce livre est rempli de messages de tendresse et de démonstration d’attention, néanmoins il montre également les tracas de leur quotidien. Il se lit en une soirée, se dévore en une après-midi. Cette romance se savoure en un rien de temps et décrit un amour moderne derrière un écran, comme celui que vivent les jeunes aujourd’hui, un amour épistolaire qui fait rêver et donne envie d’aimer. Pour ceux d’entre vous qui voient la lecture comme un fardeau, ne vous inquiétez pas, ce livre vous remplira de passion. Étant écrit uniquement en « bulles de messages », il est donc très facile de le lire. De plus, la fin nous tient en haleine, ce qui laisse entrevoir une possible suite. En revanche, la critique principale que nous pourrions formuler est le fait que malgré la beauté de l’écriture, même en langage SMS, l’histoire dans le fond n’est pas très originale et recherchée. Bien que les personnages perçoivent leur histoire comme celle d’une vie, nous pouvons davantage l’assimiler à une amourette.

               Un roman qui fait l’unanimité. Cet ouvrage sorti seulement depuis le 31 octobre dernier fait déjà beaucoup parler de lui. Conseillé par Le Figaro, Le Monde, mais également Les Inrocks, il est désormais numéro 1 des ventes à la Fnac.

                La nouvelle génération de l’amour. Si le compte Instagram Amours Solitaires est suivi par plus de 330 000 internautes, l’auteur a créé également Amours Amicales, suivi par 22 000 personnes et destiné aux messages d’amitié sincère, ainsi qu’Amours Familières, avec 26 000 followers à son compte, pour les déclarations d’amours familiales. Ces trois comptes Instagram sont pour de nombreuses personnes l’occasion d’exprimer leur amour autre part que sur du papier, d’une manière moderne tout en gardant l’anonymat, c’est en quelque sorte la « révolution de l’amour » comme le dit bien Morgane. Tout le monde a la possibilité de lui envoyer des bribes de messages grâce à son site internet. Bien que les jeunes utilisent davantage les réseaux sociaux et autres modernités, cela ne fait disparaître en aucun cas l’écriture et la poésie stimulées par l’amour. Lâchez vos écrans et lisez Amours Solitaires !

                                                                                                              Jeanne Quaglia-Wermelinger et Flora Yèche

Jan 29

Les applications indispensables des adolescents

          Il est souvent reproché aux nouvelles générations d’être très souvent sur leurs téléphones ! Mais les adultes d’aujourd’hui sont également adeptes de leur smartphone. Mais savons-nous réellement ce qu’ils y font et dans quel but ? Dans cet article, vous trouverez le top 5 des applications dont les adolescents ne peuvent plus se passer, basé sur un sondage effectué dans une classe de seconde du lycée Cassin. Après le dépouillement des votes, nous découvrons les résultats.

http://www.latreebu.com/blog/construire-application-mobile/

          Des adolescents très studieux. L’application qui arrive à la cinquième position est Pronote ! La fameuse plate-forme créée en 1999 par Index Education permet aux élèves de voir leurs notes, emplois du temps, devoirs ainsi que de nombreuses autres informations. A notre grande surprise, cette application est l’une des plus utilisées. Les élèves n’y vont pas forcément par plaisir ou dans le but de se divertir, mais ils y vont régulièrement dans le cadre de leur scolarité, et c’est ce qui la place en cinquième position de notre classement. Comme quoi, nous n’allons pas sur notre portable seulement pour nous amuser !

          Le cinéma à la maison. La plate-forme Netflix, favorite des amateurs de séries et films et créée par Scotts Valley en 1997, est aujourd’hui l’une des applications les plus utilisées, notamment lors des jours de pluie ou des week-ends à la maison. Elle permet de pouvoir regarder la série ou le film souhaité en un clic, contrairement à la télévision par exemple. Ici, c’est l’utilisateur qui choisit son programme. Riverdale ou bien Gossip girl ? Harry Potter ou le Seigneur des Anneaux ? A vous de décider ! Cette application très appréciée est malgré tout payante, en raison de l’absence de publicités contrairement au streaming, ce qui peut être la raison de sa modeste quatrième place.

          De la création et du divertissement. Arrivée à la troisième position du podium, la fameuse application Youtube, créée en 2005 par Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim, est connue pour ses nombreuses vidéos. Cette plate-forme permet à ses utilisateurs de poster leurs créations s’ils le souhaitent sur une « chaîne YouTube » ou plus simplement de regarder des podcasts, des vidéos de divertissement ou encore des clips de musique autant de fois qu’ils le souhaitent et de manière entièrement gratuite. Elle permet à des personnes de se lancer dans une activité qui leur plaît et pour certains d’en faire véritablement leur métier: celui de « youtubeur et de youtubeuse » grâce aux publicités et placements de produits présents au début de leurs vidéos et permettant leurs rémunérations suivant le nombre de vues. Vite ! Les deux « grands ados »: Mcfly et Carlito vous attendent sur leur chaîne ; alors, qu’attendez-vous ? « Souscrivez à un abonnement ! »

             Le réseau social aux multiples fonctions. Instagram continue à faire le buzz depuis son apparition en octobre 2010 ; elle a été créée par Kévin Systrom et Michel Mike et arrive en deuxième position. C’est le nouveau Facebook, elle sert à partager des photos ou des vidéos qui peuvent être « likées » ou non par les personnes qui vous suivent. Mais il y a aussi de nouveaux concepts comme les stories, qui ont d’abord été inventées par Snapchat puis reprises par Instagram avec de nouvelles options comme les « stories à la une », qui ne durent plus seulement 24 heures mais restent affichées sur votre profil. L’application permet aussi de partager des musiques, de proposer des sondages et même de poser des questions. Elle permet aussi d’acheter des biens plus rapidement ; la personne propose un prix en même temps qu’elle publie la photo et ensuite un lien est proposé si une personne est intéressée.

             Un fantôme qui fait le buzz. Snapchat, plus communément appelé « snap » est l’application préférée des jeunes. Elle est donc classée en première position. Elle a été fondée en septembre 2011 par Evan Spiegel, Reggie Brown ainsi que Robert Cornelius Murphy. Le plus gros point fort de cette application est sa facilité d’utilisation car elle permet en un seul clic de répondre avec une photo ou une vidéo ou tout simplement avec un message. Snapchat a inventé le principe de stories qui consiste à partager des photos ou des vidéos qui ne durent que 24 heures ; elle a également inventé le principe des « flammes » qui consiste à envoyer des photos minimum une fois par jour pour qu’un compteur se mette à côté de la personne destinataire, puis affiche le nombre de jours consécutifs où l’on a discuté avec cette personne. Snapchat est aussi notre deuxième galerie avec « mémories » : elle nous permet d’enregistrer des photos ou vidéos que l’on veut garder. C’est exactement le même principe qu’une galerie photos, mais sur une application. Cette dernière est avant tout faite pour discuter avec ses amis.

                                                                                        Amélie Ghoulem et Pauline Silva