Mai 24

Das Porträt des Monats : Heinz Cadera nous fait son cinéma !

Le 15 janvier dernier, les élèves germanistes du lycée René Cassin ont eu le plaisir d’assister à une conférence cinématographique, organisée par leur professeure d’allemand, Mme Elgart. Ils ont accueilli le réalisateur franco-allemand Heinz Cadera au cours de deux rencontres : une première le matin et une seconde l’après-midi, dans laquelle ils ont été rejoints par leurs condisciples de l’option Audiovisuel. L’occasion, donc, pour les élèves de mettre un pied dans l’univers du Cinéma, grâce au témoignage d’un professionnel reconnu.

Un réalisateur qui a gravi les échelons. „Man wird nicht sofort Regisseur. Man muss nach und nach Erfahrung sammeln, um endlich hinter der Kamera zu filmen“ («On n’accède pas immédiatement au métier de réalisateur. Il faut acquérir progressivement de l’expérience pour espérer passer derrière la caméra.»), nous affirme Heinz Cadera. En effet, avant de travailler pour les plus grandes chaînes, le cinéaste a dû passer par plusieurs étapes. Il nous confie d’abord être tombé par hasard dans le monde cinématographique : „Als ich jung war, wollte ich lieber Business studieren“ («Quand j’étais jeune, j’ai préféré étudier le commerce»). Mais, après avoir mis un pied sur un plateau de tournage – en participant à la peinture du décor, il n’a plus jamais quitté cet univers. C’est ainsi que Heinz Cadera nous explique avoir tourné son premier film en 1988, à London East : „Es fehlte ein Kameraassistent, deshalb versuchte ich mein Glück. Zu diesem Zeitpunkt, fühlte ich, dass das meine Berufung war“. («Il manquait un assistant camera, alors j’ai tenté ma chance. A ce moment-là, jai senti que c’était ma vocation.») Le réalisateur s’appuie également sur deux qualités qu’il juge fondamentales pour s’engager dans cette branche : „Es ist nötig, geduldig zu sein und im Team arbeiten zu können“. (« Il faut être patient et savoir travailler en équipe.») En 30 ans d’expérience dans le monde du Cinéma, le cinéaste comptabilise aujourd’hui une multitude de documentaires et de films réalisés tout au long de sa carrière.

L’envers du décor. Le film documentaire représente quelque chose de très important pour Heinz Cadera. Il nous définit lui-même ce genre cinématographique comme „eine Möglichkeit, in viele Länder zu reisen, Offenheit zu erwerben und im Herzen konkreter Situationen zu sein“ («une possibilité de voyager dans de nombreux pays, de s’ouvrir au monde et d’être au coeur de situations concrètes»). Durant toute sa carrière de réalisateur, il a parcouru le monde pour dévoiler aux spectateurs les secrets de notre planète et notre civilisation. Il nous soutient notamment que : „die Menschen brauchen Bilder“ («les gens ont besoin d’images»). Ainsi, cette grande vérité générale l’a poussé à se dépasser pour offrir au public les images dont il a besoin. Le cinéma et les images ont permis au cinéaste de suivre des histoires touchantes avec des personnages attachants. Il a même été jusqu’à affronter les dangers pour nous fournir les meilleurs documentaires qui soient. Heinz Cadera affirme d’ailleurs „man sieht nur durch die Kamera“ («on ne voit que par la caméra»), lorsqu’il évoque un tournage, dans lequel il se trouvait entouré de bêtes tropicales très dangereuses. Nous avons donc réfléchi à cette manière particulière que possède le réalisateur de nous faire « voir » les choses à travers son appareil.

„Was ist ein guter Film?“ («Qu’est-ce qu’un bon film?»). Tout au long de la conférence, les nombreux films et extraits diffusés par le cinéaste mettaient parfois en scène une personne de son entourage cinématographique. Plus particulièrement, Heinz Cadera a réalisé plusieurs interviews commençant toujours par une même question : „Was ist ein guter Film ?“ («Qu’est-ce qu’un bon film?»), afin de comparer les multiples réponses et nous permettre de développer notre propre jugement. Ainsi, son rédacteur en chef dans l’émission Invitation au Voyage et ancien élève de notre lycée, Pacôme Perret, a répondu qu’un film « doit raconter une histoire ». Selon d’autres proches, c’est l’assemblage parfait entre l’image et le son, et notamment de la musique qui – si elle est bien choisie – retranscrit parfaitement les émotions. D’autres encore sont restés indécis. Mais pour ce qui est du réalisateur lui-même, il nous a personnellement glissé à l’oreille que „ein guter Film soll mit Leidenschaft gedreht werden“ («un bon film devrait être fait avec passion»).

Le clap de fin. La conférence avec Heinz Cadera s’est avérée très intéressante, et enrichissante à tous points de vue. À la fin de l’intervention, les élèves ont même eu l’opportunité de prendre des photos avec lui et d’échanger, autour d’un temps consacré aux questions.

Séléna ETCHEGARAY

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


*