Mar 24

Être surveillant à Cassin

        Un métier à part entière. Les « pions », les « surveillants » : ce sont les surnoms les plus populaires donnés à ceux qui exercent ce métier, mais peu savent que la véritable appellation de cette profession est « assistant d’éducation ». Ils sont quatorze au lycée, sont engagés sur C.V. et avec un entretien et sont  « encadrés » par M. Zurell, un des C.P.E du lycée. Les assistants d’éducation sont indispensables au bon fonctionnement de notre établissement et leurs tâches sont multiples, du traitement des absences à la surveillance de l’internat. Leur salaire moyen est de 1520 euros par mois. Au sein du lycée, aucun des surveillants ne fait d’étude en alternance, mais certains d’entre eux préparent des concours, d’autres pratiquent ce travail comme un métier à part entière.

            Les dernières recrues du lycée. Nous avons interrogé les deux dernières recrues de la « brigade » de surveillants de Cassin : Annabelle, travaillant ici de puis le 7 janvier 2019, et Marc, dans nos murs depuis le 4 mars 2019. Ces deux surveillants ne font pas d’étude en parallèle et ce cas se généralise, alors qu’autrefois, les assistants d’éducation étaient exclusivement des étudiants alternant les études et cette activité pour avoir une source de revenu, nous a expliqué M. Zurell.

            Premières impressions. Annabelle et Marc nous ont présenté les avantages et inconvénients de la fonction d’assistant d’éducation. Les principaux points forts sont pour eux les horaires agréables et le contact avec les élèves, qu’ils trouvent sympathiques pour la plupart d’entre eux. Le principal inconvénient est à leurs yeux la fatigue qui peut s’accumuler, notamment quand on travaille en plus à l’internat. Ils nous ont aussi confié que la différence la plus flagrante entre le lycée Cassin et leurs anciens, c’est le nombre impressionnant de disciplines et d’infrastructures spécialisées disponibles dans notre lycée : dans leurs anciens établissements, pas d’options Russe, Chinois, pas de pôles sportifs, de cafeteria ou encore de mur à gauche.

            Nous leur souhaitons de passer de bonnes années au sein de notre établissement et de s’épanouir personnellement et professionnellement.

                                                                                                                               Fulbert Pieplu et Bastien Charlot

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


*