Fév 05

Muse, une simulation de rock ?

               Après un album de rap, le journal du lycée décide de présenter un album de pop-rock : Simulation theory de Muse. L’album sorti le 9 novembre 2018 est disponible en plusieurs versions : CD, vinyle et super deluxe. La version super deluxe contient deux CD, deux vinyles transparents 12 tours, un livret relié de 20 pages et des impressions d’art à l’allure futuriste dignes du groupe. L’album comprend 11 chansons, qui ne sont pas sans rappeler sa pochette de science-fiction du fait des thèmes abordés et des sonorités employées. Le nombre d’effets à la guitare et à la batterie fait d’ailleurs qu’il est difficile de comprendre l’album à la première écoute. Mais au fil du temps on s’y fait et le plaisir est de retour. Les chansons se valent presque toutes, mais trois sortent tout de même du lot : « Get Up and Fight » , « Thought Contagion » et « Pressure », qui correspondent tout à fait au style qu’on leur connaît et auquel Muse nous a habitué au fil de ces dernières années. Le chanteur dit que cet album est en continuité avec les autres parce qu’il suit les évolutions de leur état d’esprit au fil des années comme avec l’album Drones (5 juin 2015), symbolisant la guerre à distance. La pochette ici reprend les coloris des années 80 qui font penser à des néons. Ce nouveau venu est assez mal accueilli par les critiques, mais les 96% de « j’aime » sur google ne trompent pas : cet album a beaucoup à offrir grâce au nouveau style qu’adopte progressivement Muse.

Fulbert Pieplu

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


*