Nov 18

La direction court toujours

      Une passion commune. Le saviez-vous ? Que ce soit le Proviseur, ses deux adjoints ou la Gestionnaire, le personnel de direction du lycée René Cassin aime beaucoup courir. Certains pratiquent ce sport depuis le collège, d’autres seulement depuis quelques années. Monsieur Minier, le Proviseur adjoint et madame Domangé, la Gestionnaire, le pratiquent depuis l’adolescence, tandis que monsieur Veniant, le Proviseur et madame Mochon, la Proviseure adjointe, courent depuis plus récemment. Ils sont tous d’accord sur une chose : la course permet de se vider la tête, de se libérer et de s’entretenir physiquement. Ils aiment se fixer des objectifs à atteindre. Pour eux, la course n’est pas un simple sport, elle est une chose essentielle qui leur permet de décompresser et de retourner en forme travailler le lendemain.

        Un départ différent mais désormais un même parcours. Évidemment, tous n’ont pas commencé pour les mêmes raisons, mais ils continuent de courir avec maintenant le même plaisir. Certains ont démarré la course comme complément d’un autre sport,  à l’image de monsieur Minier, en parallèle du judo ; d’autres pour accompagner des proches comme madame Domangé qui a commencé pour suivre son mari. Tous consacrent environ quatre heures de leur temps par semaine à la course. Ils participent également à des compétitions. Monsieur Minier devait d’ailleurs en faire une durant les vacances de la Toussaint en équipe avec sa femme, mais, comme il était blessé, c’est l’ami de sa fille qui l’a remplacé. Le sport et en particulier la course sont donc une histoire de famille chez les Minier.

      Une équipe soudée. La course est par conséquent un sujet de discussion à la tête du lycée. Selon eux, ce sport est un univers qu’ils ont en commun, ce qui leur permet d’avoir une certaine complicité et d’être une équipe soudée. Certains ont déjà couru ensemble sur des marathons. Monsieur Veniant a par exemple déjà couru avec monsieur Minier. La plupart font également d’autres sports à côté comme du tennis, des sports de glisse, du karaté, du judo… A ce jour, le personnel de direction n’a pas eu besoin de course ni de sport de combat pour canaliser les élèves du lycée, plutôt tranquilles. Certains professeurs courent également, mais nous n’avons pas réussi à obtenir de nom ! Que le fait de courir puisse être effectivement un bon moyen pour se faire bien voir de la direction et espérer une promotion, il y a un grand pas ou plutôt une foulée… que nous ne franchirons pas.

                                                                                                                                                            Charlot Bastien et Esther Manuel

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


*