Oct 02

Dors si tu ne veux pas être idiot !

         Tu éprouves des difficultés à te concentrer en classe ? Tu as des difficultés à rester éveillé ? Tu trouves difficile de sortir du lit le matin pour te rendre en cours ? Tu as des sautes d’humeur ou tu es déprimé ? Alors tu manques considérablement de sommeil ! Mais ne t’en fais pas, tu es loin d’être le seul, environ 38 % des 15 à 24 ans dorment moins de 7h par nuit en semaine.

Source : vousnousils.fr

         Sortir de sa tanière. Après 2 mois de vacances bien agrémentées de grasses matinées, il est temps de rependre le rythme scolaire ! Le lever à 6 heures du matin pour pouvoir prendre le bus à l’heure, c’est pas toujours gagné surtout si tu es resté jusqu’à 1 heure du matin sur ton téléphone à jouer à Fortnite ou à tchatter avec tes amis sur snap alors que tes parents te l’ont formellement interdit après 21 heures  !

          Un fléau : les écrans. Les téléphones portables en tout premier lieu sont la principale cause du manque de sommeil chez les adolescents. Le fait est que la lumière émise par ces derniers induisent le cerveau en erreur en l’excitant. De plus, les ondes qu’il émet en masse troublent le sommeil, c’est la raison pour laquelle il est recommandé de le mettre en « mode avion » ou encore mieux de l’éteindre pendant la nuit (et de ne pas se cacher sous la couette à regarder des vidéos sur YouTube !!!)

           A chacun son sommeil. Il y a de gros ainsi que de petits dormeurs. En moyenne, un adolescent a besoin de 9 à 10 heures de sommeil, ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’adolescents qui négligent leur sommeil ; la preuve en est fournie par Loan, élève à Cassin, qui dit n’avoir que 5h de sommeil par nuit ! Celui-ci est constitué de 4 à 6 cycles. Un lycéen a un cycle de sommeil d’environ 90 minutes en commençant par un sommeil léger et se terminant par un sommeil paradoxal. Un jeune adulte voit une diminution considérable de son sommeil lent et profond, qui est le moment le plus récupérateur par rapport au sommeil léger. D’où la fatigue des adolescents ! Un conseil : pour garder un bon sommeil sans changer son horloge biologique, il est plus juste de se lever toujours à la même heure le matin, même si la veille le coucher a été plus tardif. En outre, si la nuit a été très courte, il est préférable de récupérer la nuit suivante car elle est meilleure. Attention ! Un sommeil irrégulier peut provoquer chez la personne un très fort trouble du sommeil.

         Pas de stress ! On a beau dire, les causes du manque de sommeil chez les ados sont diverses et ne sont pas toutes aussi faciles à éliminer que celles précédemment citées ; le stress, bien connu des jeunes peut causer des troubles du sommeil ; le manque de sport, un bruit ou une atmosphère d’endormissement non favorable au repos du corps et surtout de l’esprit, peuvent aussi causer bien des dégâts.

          Le sport fatigue. Chez un sportif, une activité physique régulière provoque un endormissement plus rapide et les nuits sont plus complètes. De plus, il récupère davantage grâce à son sommeil profond. En définitive, le sport est bénéfique pour le sommeil , mais il a aussi des inconvénients… C’est ce que nous confirme Clémence, élève de 2nde, pratiquant la natation de façon intensive et régulière : « Effectivement, j’ai des facilités à m’endormir, sans aucun doute, mais avec le manque d’organisation dans mon travail, je me couche excessivement tard par rapport à mes amis », ce qui a des répercussions sur sa concentration et sa capacité à bien suivre en classe.

            L’expertise. Nous avons enfin interrogé Mme Renaud, l’infirmière du lycée René CASSIN qui nous a dit que  « Dormir est un besoin physiologique tout comme boire et manger, ce n’est pas une option ! En outre, le manque de sommeil s’accumule et peut causer une augmentation de l’agressivité, des troubles de la concentration et des études américaines montrent même à long terme que le manque de sommeil cause une baisse de matière grise, ce qui équivaut à une perte progressive de neurones ! » En conclusion, mieux vaut dormir si tu ne veux pas être simplet !

Olivia Ichas, Camille Leclercq et Fulbert Pieplu

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


*