Échec lors du premier test de l’atterrisseur de la mission ExoMars

L’atterrisseur expérimental développé par l’Agence spatiale européenne (ESA), s’est écrasé à l’atterrissage sur la planète Mars le 19 octobre 2016, en raison de l’échec de la procédure de freinage.

Carte de Mars réalisée par Giovanni Schiapparelli
Carte de Mars réalisée par Giovanni Schiaparelli

La mission de Schiaparelli, nom attribué en l’honneur de l’astronome italien Giovanni Schiaparelli auteur d’une première cartographie de la planète Mars, devait permettre de valider les techniques de rentrée atmosphérique et d’atterrissage qui seront mises en œuvre par de futures missions martiennes européennes. L’engin spatial est développé dans le cadre du programme ExoMars de l’ESA, avec la participation de l’agence spatiale russe Roscosmos.

Maquette de l'atterrisseur Schiaparelli
Maquette de l’atterrisseur Schiaparelli

Schiaparelli est lancé le 14 mars 2016 par une fusée russe Proton avec l’orbiteur martien ExoMars Trace Gas Orbiter, qui assure son transport jusqu’à proximité de Mars. Le 19 octobre 2016, il entame sa descente vers le sol martien mais tout contact est perdu peu après le largage du bouclier thermique et une trentaine de secondes avant l’atterrissage. L’orbiteur de la NASA MRO parvient à photographier les traces de l’impact de Schiaparelli qui s’est écrasé à quelques kilomètres du centre de la zone d’atterrissage prévue.

zooming_in_on_schiaparelli_components_on_mars

L’engin spatial d’une masse totale de 577 kg utilisait un véhicule de descente équipé d’un bouclier thermique le protégeant de la chaleur générée par la rentrée atmosphérique à grande vitesse, d’un parachute déployé une fois la vitesse tombée à Mach 2, et enfin, de moteurs-fusées à ergols liquides qui devaient lui permettre de se poser en douceur. Il emportait également une petite charge utile scientifique, mais sa durée de vie prévue sur le sol martien était limitée à 8 jours environ en raison de la capacité de ses batteries qui n’étaient pas rechargeables.

 

Plus d’informations sur la mission « ExoMars » sur le site de l’agence spatiale européenne.

Plus d’informations sur l’atterrisseur Schiaparelli sur wikipedia.

 

Auteur : Grégoire GARRIDO

Professeur de physique chimie au lycée Philippe COUSTEAU de Saint-André de Cubzac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*