Point d’étape

Vers le Marioulet, 01/12/2019

Mme Péducasse, IA-IPR de Mathématiques qui accompagne notre laboratoire, est venue nous rendre visite le mercredi 11 décembre 2019 pour faire un point d’étape. La première partie de l’après-midi était consacrée à une intervention de Patrick Gibel qui a détaillé un travail effectué autour des raisonnements produits par les élèves, et la notion de limite.

Suite aux échanges suscités par la présentation, la réunion a pris la forme d’un tour de table prolongé où, de manière mêlée, chacun a pu à la fois présenter le travail effectué au sein du laboratoire (notamment par les référents de pôles), poser des questions précises et livrer une parole libre dans un contexte difficile. Il est vrai que les efforts effectués par l’équipe pour penser les progressions, anticiper les difficultés, préparer des séquences conformes aux nouveaux programmes, ménager les temps d’oral et de culture historique, poursuivre l’introduction de problèmes stimulants et aménager des TP de programmation, se confrontent à de redoutables écueils. Pour en citer deux majeurs: des marches programmatiques souvent hautes pour les élèves de Seconde et de Première, qui sous-tendent des enjeux de différenciation encore accrus, et la conscience souvent douloureuse d’un temps contraint.

Dans ce fond de scène, les visites croisées entre collègues sont des bulles d’oxygène. Le travail sur les suites s’est poursuivi et donnera lieu à un prochain article où l’on fera le récit d’une expérience de travail de groupes, d’exposés oraux, et d’affiches demandés aux élèves. En classe de Seconde, un binôme d’enseignants a proposé une activité sur le statut des nombres dans trois classes différentes qui sera l’objet d’un compte-rendu.

Parmi les autres temps forts évoqués de ce premier trimestre: les deux séances [1] et [2] de liaison Bac-1/Bac+1, l’atelier MATh.en.JEANS, la question pédagogique et didactique en série STMG, la remédiation et l’aide aux élèves au sens large au Lycée, les rencontres scientifiques, le rapport des jeunes filles aux Mathématiques et aux études supérieures scientifiques.

Sans sacrifier l’essentiel, Mme Péducasse nous a suggéré de continuer à penser les équilibres, en indiquant quelques pistes de réflexion: comment insérer les problématiques et techniques de calcul tout au long de l’année? Comment utiliser les temps d’activités rituelles comme réservoir d’exercices incontournables traités en classe par tous les élèves?  Comment veiller à préserver des temps de recherche pour les classes dans l’esprit du problème présenté par Patrick Gibel? Comment s’inspirer des postures professionnelles de chacun pour être le plus aidant possible envers nos élèves?

Nous remercions Mme Péducasse pour sa venue, son écoute, son accompagnement, et ses éclairages.

Note:

Diaporama de présentation de la visite croisée sur les suites par Luca Zornitta. [3]

 

 

Cette entrée a été publiée dans La vie du labo - Actualités. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*