Yes, we slam !

Pour clore le chapitre Black and White America, les 3èmes Charpak et Dylan ont écrit des slams contre les discriminations.

Slams Dylan

Today women have something to say
Because we’re all the same !

So, we write a slam against sexism
This is a discrimination
We find this illegal
We’re all equal

Nowadays a woman is treated like object
But man isn’t more perfect

So, it’s time to stand up
It’s time to be heard

We need to be respected
We need to be accepted
By Carlina and Marika

We have chosen homophobia because this topic is important to us

I want to write a slam for people
I want to write a slam for people who love each other
I want to write a slam for people who have the same gender

I am in love and this is my story
Who cares about who shares my bed at night ?
We slam in the middle of joking and insulting
Not long ago, People couldn’t give each other a ring

By Lea, Célia and Marion

Yes, we slam !
As some people say
It’s okay to be gay
Remember the seventeenth of July two thousand and thirteen
When marriage for all was accepted
People said there was something wrong
And homosexual people had to stay strong

Nowadays we all have the same rights
But that is after a long fight
But some people keep thinking they’re not the same And that’s a shame …!
But you know love is love
And they don’t have to be rejected
They just want to be accepted
Let free the dove

Why hate lesbians, gays, genderfluids, transsexuals, bisexuals, transgender ?
What’s the problem with loving the same gender ?
Or not like our original gender ?
If everyone loved each other, that’d be better.

As some people say
It’s okay to be gay
By Kinali and Alexia

I have a dream that one day
We get equality for lesbian and gay
Don’t be ashamed
We are the same

LGBT is strong
It’s not wrong
Mentalities have changed, we hope…
Their love is not a joke

2 loving hearts can’t be kept separate
We should never be desperate

Society will change
It’s our challenge

By Mira Ceti and Marina

We’d like to talk about bullying because it’s a topic which hurts people

You think you’re not the same
So you feel ashamed

You think of suicide
Cause your parents aren’t on your side

Everybody tells you “You’re a good person”
But at your school everybody tells you “you need to be someone”

In your dream, you’re in a fairy tale
But for real your life is a true fail

You think you’re inferior
And You think of the future of your son or daughter

Your words can be like real swords

She said “ Daddy, why am I bullied ?”
And you said “you’re just rejected”

Someone said “ everybody is unique”
And you need to believe in yourself cause it’s never too late !

By Baptiste T. and Logan

Today, we’re gonna talk about racism .
I remember Martin Luther King was against segregation
Every day they lived in segregation.
Every day, I see discrimination
Every day I remember black people waiting for abolition.
Every day I remember white people acting for destruction.

Every day I see some white people think that they are superior.

But it isn’t because we don’t have the same colour that we are superior.

By Baptiste C., Lilian and Ethan.

Today, we’re talking about bullying. This is an issue that concerns everybody.
I write a slam against bullying
I write a slam for the guy who feels lonely.
I write a slam to ask for equality
I write a slam against brutality

Some people are the victims of humiliation
They are victims of self destruction
A bully feels alone in his nation
A bully is a victim of exclusion

Ask an adult, ask a teacher
You’re not inferior !

By Lucas and Théo

Today we’re going to talk about RACISM. This problem is still on today.

We have the same veins
But we don’t have the same pains

Remember segregation
We had to obey
and we lived in despair

Today still discrimination
We are rejected
We are disrespected

It starts with inequality
And it ends in suicide
We have to fight hatred
We are on the right side

Now we all are equal
Now we have the same rights.
By Ugo and Hugo

Marie Lou and Lisa
Today we’d like to talk about racial discrimination because we think it’s not human.

STOP Racism
Don’t forget we are the same
STOP Discrimination
Don’t forget we have the same veins

Remember much blood, sweat and tears shed
Wand we keep on rejecting you
Like the wolf after his prey
It’s high time you grew !

But one day
One man said
“ I have a dream”
Finally we are free…

STOP Racism
Don’t forget we are the same
STOP Discrimination
Don’t forget we have the same veins
STOP DISCRIMINATION !

Victoria and Alexandre
We wrote a slam against violence
We must heal wounds !
We must nurse bruises !
We want justice ! No more fighting !
We must resist! No more punching !
We must think of consequences
We must unite against violence
We must live in peace
We must fight for peace
THINK OF THE CONSEQUENCES !

Xavier and Bryan
We wrote about racial discrimination because you must remember segregation in 1964 in the USA.

We speak against racial discrimination
We speak for justice
We speak for human rights
We speak for freedom

DISCRIMINATION, JUSTICE, HUMAN RIGHTS, FREEDOM

We speak against racial superiority
We speak for equality
We speak against brutality
We speak against inferiority

SUPERIORITY, EQUALITY, BRUTALITY, INFERIORITY

We speak to remember
We speak to remember the violence
We speak to remember people’s suffering
We speak to remember humanity

We speak not to forget discrimination,
Justice, human rights, freedom, superiority
Equality, brutality, inferiority, violence,
Suffering, humanity.
YOU NEVER FORGET !

Leo and Lola

We’re gonna talk about bullying because that’s too bad ! We’re all equal, don’t forget that !

My name is Stace
All day I’m stressed
Cause of my differences
I pay the consequences

We are against bullying
We are against brutality
We need to be loving
Because that would be fatality

I wait for abolition
But they wait for my destruction
Now I know brutality
But I don’t know any equality

Welcome to my story
I’m always lonely
I cry all night
I don’t have the same right

STOP BULLYING
Be caring
We have to be together
And not be inferior

Joshua and Valentin

Today we slam for segregation
We wrote a slam against racism
We wrote a slam for black people
We wrote a slam for MLK

For black people there was no welcome
For black people there was no freedom
Black people endured segregation
Black people endured discrimination.

BLACKNESS
SADNESS
MADNESS
DIFFERENCES
CONSEQUENCES
SUPERIOR
INFERIOR
COLOUR
BRUTALITY
AEQUALITY
LIBERTY
I have a dream
Don’t judge by the colour of the skin.

Angelina and Ludivine

We’re gonna speak about Physical violence

I would like to write a slam against discrimination
I would like to write a slam against exclusion
I would like to write a slam against physical violence
I would like to write a slam against moral violence

It starts with shame
Because you’re not the same
It finishes with brands
Hit by the gangs

He’s not inferior
Because you’re superior
Okay he’s fat
Okay he’s black
Of course he wears glasses
Of course he has braces
Okay he’s small
Okay he’s tall
Of course he’s ugly
Of course he’s spooky…

But why hurting them ?
These people are crying
These people are mutilated
These people think of suicide
These people are scared
These people fall into depression
STOP DISCRIMINATION !

Karlkayny and Arthur

Don’t be nasty, we are the same dinasty
Back people deserve equality
If you’re racist, shame on you !
Black people can do everything like you !

Don’t close your eyes on segregation
This is not the fruit of your imagination
Good bye segregation !
Welcome to integration
BLACK OR WHITE
WE ALL BE ALL RIGHT !

Celia, Pauline and Chléa
We chose to speak about sexism because we think it’s important to fight against it

Where is women’s status in society ?
Why so much gender inequality ?
This is our fight for all these years…
Many tears
Much prejudice
We need justice
No more forced marriages
No more beaten wives
Let’s take a stand for the women’s movement
Women can do more than cooking
Women are not just housewives
PREJUDICE
INEQUALITY
CHAUVINISM
CLICHÉ
These four words are the reason for our fight !
Camille and Zélie
I speak for the victims of bullying
They are bullied because they are big or small
They are bullied because they are ugly or thin
Stop spreading rumours

I have a big nose and red hair
My name is Pierre
And I don’t like myself
I get up with a node in the stomach
When we begin to leave I already want to finish
One hit me, one attacked me , insulted me, pushed me.
Already I’m bleeding behind my laptop
I think of suicide
I am lonely

I speak for the victims of bullying
They are bullied because they are big or small
They are bullied because they are ugly or thin
Stop spreading rumours
STOP DISCRIMINATIONS !

David and Romain
I want to write a slam for the homeless
I want to write a slam for people’s sadness
I want to write a slam for people’s loneliness

The right to equality for everyone
The rich can’t be superior
The homeless can’t be inferior

STOP MISERY
STOP POVERTY
Fight for EQUALITY !

Nolwenn

I chose racial discrimination because it is an important issue to me.

No difference
No consequence
Black and white
Sadness night
Welcome to the kingdom
We are all humans
Your colour makes no difference
Don’t forget we’re all the same !
Separate
Set apart
Stop destruction
Less discrimination

No difference
No consequence
Black and white
Welcome to the kingdom
Stop destruction
Less discrimination

L’interview d’un enfant ouvrier au XIXème s

Les élèves de 4ème ont imaginé l’interview  d’un enfant ouvrier à la manufacture de vaisselle Johnston à Bordeaux-Bacalan par un journaliste du Courrier de la Gironde en mars 1843.  Ils ont préalablement étudié un document d’archive, le rapport sur le travail des enfants dans cette manufacture 1 an après la loi de 1841 sur l’interdiction du travail des enfants de moins de 8 ans et l’école obligatoire.

Voici quelques unes de leurs réalisations :

Interview imaginée par Cindy Caillau et Maryssa Cao, 4ème Auckland

« Bonjour, je m’appelle Jean Jalon, journaliste au Courrier de la Gironde, et je voudrais te poser quelques questions. Peux-tu y répondre ?

  • Bonjour ! Bien sûr…
  • Comment t’appelles-tu ?
  • Je m’appelle Pierre.
  • Et quel âge as-tu ?
  • J’ai 13 ans.
  • Quel métier exerces-tu ?
  • Je fais la décoration sur la vaisselle. C’est très difficile car il faut rester précis.
  • Combien d’heures de travail fais-tu par jour ?
  • Oh… je travaille entre 12 et 14 heures…
  • A quelle heure commences-tu le travail ? Et quand termines-tu ?
  • Je commence à 5h du matin et je termine à 19h, car je dois aller à l’école après !
  • Tu ne travailles que de jour ?
  • Le plus souvent. Mais quelque fois on me fait travailler la nuit. C’est très pénible car je dois enchaîner mes journées de travail et l’école !!!
  • Comment faites-vous pour vous éclairer le soir ?
  • Nous travaillons grâce à des lames à huile, mais qui n’éclairent pas beaucoup. Nous prenons du retard, alors nous nous faisons fâcher !
  • Où vas-tu à l’école ?
  • J’étudie dans la manufacture où je travaille.
  • Si tu ne vas pas à l’école, y-a-t-il une sanction ?
  • Si je ne me présentais pas en classe, j’aurais une amende de 25 sous !!!
  • Combien de temps durent les cours ?
  • Dès que je finis le travail, vers 19h, je vais à l’école, et je finis à 21h. Les journées sont si longues ! Et mes nuits de sommeil sont si courtes !!!
  • Quelles matières te fait-on étudier ?
  • Je fais de la lecture, un peu d’écriture, des calculs. J’ai du mal à me concentrer après ma journée de travail ! C’est Monsieur le curé qui nous apprend à lire, écrire et compter.
  • Pauvre enfant… As-tu du temps pour te reposer ?
  • Les dimanches. Et les jours fériés !!!
  • Ce que tu me racontes montre que tu mènes une vie bien difficile pour un enfant. Dans mon article, je vais dénoncer le travail des enfants et tenter de faire réagir les gens, je te le promets !
  • Merci Monsieur.
  • Au revoir, Pierre.
  • Au revoir Monsieur. »

Interview imaginée par Maëva Tillard, Eloïse Maumela et Léonie Letainturier, 4ème Berlin

« Bonjour, je suis Roger Cosivart, journaliste au Courrier de la Gironde. Et toi, comment t’appelles-tu ?

  • Bonjour, je m’appelle Madelaine.
  • Es-tu d’accord pour que je t’interviewe ?
  • Ouais…
  • Quel âge as-tu ?
  • J’ai 9 ans.
  • Tu travailles dans l’usine Johnston, est-ce pénible ?
  • Oh oui !
  • Pourquoi ?
  • Les heures passent trop lentement, c’est tellement ennuyant !!!
  • Combien de temps travailles-tu par jour ?
  • J’travaille 12 heures par jour, et après j’dois encore aller pendant 2 heures en classe, c’est vraiment trop long !!!!
  • As-tu assez d’heures de pause ?
  • Nan ! J’ai qu’deux heures de repos.
  • Travailles-tu les dimanches et jours de fête ?
  • Normalement non, mais c’est d’jà arrivé.
  • A combien s’élève ton salaire ?
  • J’gagne 12 à 15 sols par jour, ça dépend…
  • Que fais-tu donc pour gagner si peu ?
  • J’fais un p’tit détail sur le décor des assiettes…
  • Est-ce que les ouvriers vous battent ou vous font du mal ?
  • Moi, non. Mais des amis à moi ont été battus jusqu’à en saigner !!!
  • Tu as été choqué ?
  • Oh oui ! C’était tellement violent !
  • Merci Madelaine d’avoir répondu à mes questions. Je vais écrire un article pour dénoncer le travail des enfants et ce que tu m’as raconté va m’être bien utile. Bon courage à toi !
  • Merci, m’sieur. Au revoir. »

Interview imaginée par Pauline Priou et Sarah Dupuy, 4ème New York

« Bonjour, je m’appelle Théodore Wilston. Je voudrais te poser des questions sur ton travail à la manufacture. Est-ce que tu veux bien y répondre ?

  • Oui, bien sûr !
  • Quel est ton prénom, jeune-fille ?
  • Je m’appelle Jeanne.
  • Ça fait longtemps que tu travailles dans l’usine Johnston ?
  • Oh oui… Ça doit faire quatre ans que je travaille dans cette usine de malheur !
  • Ah bon ? Mais quel âge as-tu donc pour y travailler depuis si longtemps ?
  • J’ai douze ans.
  • Combien d’heures travailles-tu par jour ?
  • Je travaille entre 12 et 14 heures par jour.
  • Puis-je savoir à quelle heure tu commences ?
  • Oui, bien sûr. En hiver, j’embauche à 6 heures du matin, jusqu’à 18 heures le soir. Mais l’été c’est différent, on commence à 5 heures et on ne finit qu’à 19 heures le soir.
  • Et vous avez des pauses ?
  • Oui, une heure le matin et une autre l’après-midi.
  • Travailles-tu les dimanches et jours fériés ?
  • Malheureusement oui, les jours fériés, il arrive qu’on travaille quand même, quand il y a une grosse commande, le patron ne nous laisse pas le choix !
  • Quel est ton salaire ?
  • Si je travaille vite, je gagne 1 franc par jour, mais parfois, quand je vais plus lentement, je ne touche que 60 ou 80 centimes.
  • Ton travail est-il pénible ?
  • Oh oui, surtout en été ! Le soleil se reflète sur les vitres de l’atelier, et on a l’impression d’étouffer !!!
  • As-tu des frères et sœurs qui travaillent aussi dans la manufacture ?
  • Oui, mon petit frère ! Il a 7 ans et demi.
  • Comment se fait-il qu’il ait été admis dans l’établissement avant ses 8 ans ?
  • Ah ça, je ne sais pas ! Le contremaître n’a pas regardé son âge j’imagine…
  • Parlons un peu de l’école… Y vas-tu encore ?
  • Oui car je n’ai pas fini mon année.
  • Les cours commencent à quelle heure ?
  • Ils commencent à 19h et finissent vers 21h.
  • L’école se trouve dans l’usine ?
  • Oui, et c’est plutôt pratique car nous n’avons qu’à longer un couloir pour arriver dans la salle de classe.
  • Bien… As-tu quelque chose à rajouter dont nous aurions oublié de parler ?
  • Euh… oui ! En hiver, les conditions de travail sont dures aussi car il n’y a pas de quoi se chauffer.
  • Très bien. Ne t’en fais pas, les choses vont bientôt s’améliorer car je vais écrire un article sur le travail des enfants, et j’espère qu’il fera réfléchir les gens. Merci beaucoup pour cet échange, Jeanne. Au revoir !
  • Au revoir Monsieur. »

Le sacrement du baptême

Voici l’histoire écrite par les 5ème Gauvain

 

Le baptême de Margot

5ème Gauvain

En ce jour de l’an de grâce 1326, jour de la Saint Jean, Margot, de la ferme du grand arbre, va être baptisée !

Chapitre 1 : Le village de Margot

C’est dans le très joli village des Billettes que vivent Jacques et Pierrette, les parents de Georges, Lucie et de la petite Margot. C’est un village très boisé, avec des sangliers, des cerfs et des chevreuils. Mais les paysans n’ont pas le droit de les chasser, seul le seigneur peut le faire. On y trouve un très beau château avec sa réserve. On voit des bâtiments ecclésiastiques dans le village, et les tenures paysannes sont labourées par les paysans pour y semer des céréales qui leur permettront de se nourrir. Les chemins sont bien entretenus. L’eau de la rivière alimente le moulin.

Texte de Frédérique et Mathéo

Chapitre 2 : La ferme, la famille de Margot

La ferme est grande, avec un toit en chaume qui comporte des structures en bois et les murs ont un soubassement en pierre. La maison est meublée d’une table, d’un lit et de deux coffres. Il y a un foyer central qui permet de se chauffer et de cuisiner. Au-dessus, se trouve le grenier. Au fond de la maison, on peut apercevoir l’étable, avec ses mangeoires.

Jacques n’est pas très heureux d’avoir encore une petite fille car il aurait préféré un garçon pour le soulager dans les travaux des champs. Georges, son fils aîné, a déjà quitté la ferme, et il lui manque. Mais Pierrette, elle, est contente d’avoir une fille qui l’aidera pour les tâches ménagères.

Texte d’Adam et Maxence

Chapitre 3 : Le père au travail

En ce matin du 26 juin, Jacques se lève de très bonne heure. Pourtant, la soirée de la veille avait été longue avec la naissance de sa petite fille Margot. Jacques rumine sa déception… il regrette que le bébé ne soit pas un petit garçon qui aurait pu l’aider par la suite à la ferme. Il fallait qu’il finisse ses foins le jour même car le seigneur allait lui demander des comptes sur ses corvées envers lui, toujours pas accomplies.

Il se mit au travail après avoir affûté sa faux, ne s’arrêtant ni pour boire, ni pour manger.

Il portait juste une tunique et un chapeau de paille car le soleil était brûlant. Tout en pensant au baptême de sa fille, il baissait la tête et ne réfléchissait pas… il continuait à faucher proprement et adroitement, comme un automate. Il avait l’espoir de finir son travail à temps. Il savait qu’il ne lui restait que peu de temps car il entendait déjà les cloches de l’église sonner les vêpres. Il voulait passer à la rivière pour se rafraîchir avant la cérémonie. Sur le chemin, il rencontra des compères qui le félicitèrent pour la naissance de sa fille.

Texte de Charline, Philippe et Alexis

Chapitre 4 : L’arrivée du seigneur Barthélémy

C’est alors que surgit le seigneur Barthélémy pour demander à Jacques de faire les corvées du mois de juin.

« Jacques ! viens, j’ai à te parler ! »

Jacques s’avança vers le seigneur.

  • Pourquoi n’as-tu point fauché mon pré, ni porté le foin au château ? Et nettoyer les fossés, tu penses que les autres vilains vont le faire seuls ?
  • Pardon mon seigneur… Jacques baissa la tête. C’est qu’avec la naissance de ma fille, je n’ai pas eu le temps de faire mes corvées.
  • Je te pardonne. Si tu commences ta tâche MAINTENANT!
  • Pardon mon seigneur, mais j’ai le baptême de ma fille après les Vêpres et je dois absolument être présent.
  • Tu te moques de moi ? Non ! Tu viens tout de suite !!! lui répondit le seigneur Barthélémy.
  • Mais enfin, mon seigneur, soyez clément ! Si je travaille une journée de plus sur votre réserve, est-ce que vous me permettez d’aller au baptême ?
  • J’accepte ta proposition, mais tu dois tenir ta promesse ! prévint le seigneur,
  • Je serai présent sans faute demain mon seigneur, je vous remercie. » lui répondit Jacques.

Et le seigneur Barthélémy s’en retourna vers sa demeure.

Texte de Marco, Matt et Floriane.

Chapitre 5 : L’arrivée à l’église

Jacques arriva en retard, à cause de sa dispute avec le seigneur Barthélémy.

Texte d’Océane, Lola et Néo

Chapitre 6 : La cérémonie du baptême

La famille, presque au complet, est enfin arrivée. La cérémonie peut débuter.

« Où est le parrain ? s’inquiète Adeline, la marraine,

  • Je ne sais pas ! » répond Jacques, inquiet.

La messe commence, les chœurs se mettent à chanter. Peu après, arrive François, déjà un peu saoul. Le curé s’approche du font baptismal pour célébrer le baptême. C’est alors que François, sans le faire exprès, bouscule l’enfant de chœur qui tenait un cierge. En tombant, la flamme du cierge brûle la manche de la robe d’Adeline, qui tenait la tête du bébé sur laquelle le curé allait verser l’eau bénite. Par peur, Adeline fait un mouvement avec son bras, et l’eau tombe à côté de la tête de Margot.

« Est-ce un mauvais signe envoyé par dieu ? Margot va-t-elle mourir ? » s’interroge la famille. La cérémonie se termine tant bien que mal, et tous partent vers la maison.

D’après les texte de Chloé, Thomas, Loan et Emma, Quentin

Chapitre 7 : Le repas de fête

La famille est entrée dans la grange à côté de la ferme. La table, montée sur des tréteaux, était recouverte d’une nappe blanche. Le pain était déjà posé dessus afin de servir d’assiette. Chacun s’est assis sur un banc et le repas a commencé : betteraves en entrée, puis du poulet avec des petits pois. Pour le dessert, Lucie avait ramassé des fraises.          Le début du repas s’est bien passé, jusqu’au moment où le ton est monté entre Jacques et François, qui avaient beaucoup bu de bière. La dispute a commencé au sujet du retard de François à l’église.

De rage, Jacques a mis son poing dans la figure de François, deux dents ont sauté. Celui-ci a riposté et envoyé un coup dans le nez de Jacques, qui a commencé à saigner. Il a fallu que la femme de François sépare les deux bonhommes !

Heureusement, la fête a repris aussitôt après, tous ont parlé, chanté et dansé jusque bien tard dans la nuit.

Texte de Noa et Alicia

Autoportraits numériques 3°Dylan

Les élèves de la classe de 3° Dylan ont réalisé leur autoportrait numérique : un diaporama dans lequel ils se sont décrits par « portrait chinois » (Si j’étais un chanteur, je serais… »).

En voici quelques-uns.

https://padlet.com/jnardi/w86kid9hwjeb

 

 

Le baptême de Margot, par les 5ème Bohort

Les 5ème B ont écrit l’histoire du baptême d’une petite fille de paysans née en 1326 dans un petit village.
Voici leur récit,
Le baptême de Margot

C’est dans un une prairie lointaine que se trouve un petit village dans la seigneurie des Billettes. On y trouve beaucoup de champs et des moulins alimentés par la rivière. Ce village est protégé par un château fort.
Texte de Maëlys et Nathan

En ce jour de l’an de grâce 1326, jour de la Saint Jean, Margot, de la ferme du grand arbre, va être baptisée !

Chapitre 1 : La ferme, la famille de Margot
La ferme où Margot est née est grande, son toit est en chaume. Toute la famille dort dans le même lit, et le foyer central n’est pas très grand. Les animaux de la ferme peuvent entrer et sortir quand ils le veulent. Cette ferme est dans la famille depuis très longtemps. Derrière la maison, il y a un grand potager.
Le père de Margot, Robert, n’est pas très content d’avoir encore une fille en plus des deux enfants qu’il a déjà car il n’a pas assez de biens pour les nourrir correctement. Margot dort à l’écart de son frère et de sa sœur, dans son berceau. Heureusement la mère, Louisette, aime ses trois enfants autant les uns que les autres. Mais elle est très fatiguée, en raison d’un accouchement difficile.
Texte d’Arthur, Léona et Ambre

Chapitre 2 : Le père au travail
En ce 24 juin ensoleillé, Robert, parti travailler aux champs, a mis un chapeau de paille et une longue chemise pour avoir moins chaud. Pendant qu’il fauche l’herbe de son champ, clôturé par une palissade faite de pieux de bois, il pense à la santé de sa femme qui venait d’accoucher la veille. Il est alors tellement préoccupé et perdu dans ses pensées que sans faire attention, il fait un faux mouvement et se coupe tout au long de la jambe. Il doit arracher une manche de sa chemise pour s’en faire un bandage et éviter que la blessure ne s’infecte.
Texte de Maëva et Jessy

Chapitre 3 : L’arrivée du seigneur Barthélémy
Soudain, surgissent le seigneur Barthélémy et sa suite. Ils viennent réprimander Robert, qui n’a pas accompli ses corvées.
« Paysan, tu n’as pas accompli tes taches, tu n’as pas fauché mes prés, ni porté le foin au manoir !
– Mon seigneur, je suis désolé, je n’en ai point eu le temps ! Ma femme était si souffrante… Elle vient de donner vie à ma dernière petite fille.
– Peu m’importe, paysan ! Je suis ton seigneur !!! Pour la peine, tu viendras trois jours de plus faucher mes prés, et tu n’oublieras pas d’apporter le foin au château, et ce, à compter d’aujourd’hui même !
– Mon seigneur, aujourd’hui, ça n’est pas possible, car ma fille est baptisée !
– Soit, je te l’accorde… tu ne viendras que demain. Mais en contrepartie, tu nettoieras aussi la chapelle du village.
– Bien sûr, mon seigneur. » répondit Robert, sans montrer sa colère.
Texte d’Emma, Pablo et Firmin.

Chapitre 4 : L’arrivée à l’église
La famille de Margot arrive devant l’église. Louisette, sa mère, n’a pas pu venir à cause de son accouchement, qui a été difficile. Robert son père, lui, est en retard. Il s’est blessé avec sa faux en travaillant, et en plus, le seigneur Barthélémy l’a retardé par sa visite. La marraine de Margot, Annette, tient le bébé dans ses bras. Arrivé devant le portail de l’église, le parrain du bébé lève la tête. Au-dessus des portes, il aperçoit sept têtes sculptées qui représentent les sept péchés capitaux. Il prend peur et se met à réfléchir en lui-même : « Espérons que je n’ai pas fait de péché… ».
Texte de Pauline, Mathis et Samuel

Chapitre 5 : la cérémonie du baptême
Les cloches sonnent les vêpres. Toute la famille se trouve devant les portes de l’église, sauf Robert et Louisette, les parents de Margot. Le curé invite la famille à entrer dans la nef. Il lit des passages de la Bible pendant plusieurs minutes et les paroissiens reprennent en chœur les prières. A la fin de la messe, le curé demande au parrain de Margot de la prendre dans ses bras et d’approcher du font baptismal empli d’eau bénite. La cérémonie commence. Soudain, le grincement de la porte se fait entendre… Le vieux Paulo, complètement ivre, entre en criant : « Mais… hic !…Qu’est-ce que vous faites chez moi ??? Hic ! En train de noyer c’te pôv’ p’tite fille !!! Hic… »
Arrive alors le père de Margot, bien triste d’avoir été retardé. « Que fais-tu là Paulo ? demande-t-il.
– Ils sont en train d’noyer… hic ! Une petite… hic… dans ma maison ! » répond le vieux.
– Ma parole ! tu es complètement saoul !!! Ce n’est point ta maison, c’est l’église, et c’est ma fille que le curé baptise ! s’énerve Robert. Sors ! »
Le vieux Paulo sort et la cérémonie peut se poursuivre.
Texte de Zoé, Jérémy et Ana

 

Chapitre 6 : le repas de fête
Les tantes de Margot ont dressé la table pour le dîner avant que la famille n’arrive. La table est dressée sur des tréteaux et recouverte d’une nappe blanche. Pour la décorer, les femmes ont mis des coquillages ramassés près de la rivière, des feuillages et des fleurs. Les tranches de pain dur étaient déjà posées sur la table. Au début, le repas se déroule bien, mais tout à coup, Marie, la fille aînée de Roberte t Louisette, commence à lancer des petits pois sur la tête du parrain de Margot, Philippe. Celui-ci, fou de rage, la gifle. Cela met Robert en colère, et ils se battent. Margot se met à pleurer. Louisette, qui veut séparer les deux hommes totalement saouls, se prend un coup. La marraine de Margot, Annette, finit par les séparer. Chacun se calme et le repas peut reprendre. La bonne humeur générale n’a pas disparu !
Texte de Yanis et Lucas