Archives pour la catégorie Culture

Rencontre avec Emmanuel Roudier, un auteur de bandes dessinées passionné par la Préhistoire

Par les élèves de 6e3

Le 21 novembre, au CDI du collège, les élèves de 6e ont rencontré un auteur de bandes dessinées passionné par la Préhistoire, Emmanuel Roudier.

C’est le projet « Lire ensemble » (une heure par semaine pour le plaisir de la lecture) qui nous a permis de rencontrer cet auteur formidable et sympathique.


Crédit image : Mathéo, 6e3

Nous avions lu sa bande dessinée en trois tomes, le cycle Neandertal, qui raconte les aventures d’un Neandertalien, le jeune Laghou. Nous avons tous été intéressés par cette histoire.

Nasser a prêté sa voix à Laghou, pour un portrait animé.

 

Emmanuel Roudier nous a tout de suite mis à l’aise. Nous avons pu lui poser plusieurs questions. Il nous a parlé de son oeuvre et de son métier.

Comment vous est venue l’idée de devenir auteur de bandes dessinées ? [2′ 02″]

 

Comment vous documentez-vous sur la Préhistoire ? [2′ 20″]

 

Comment choisissez-vous les noms des personnages ? [1′ 45″]

 

Emmanuel Roudier nous a montré avec le vidéo-projecteur les différentes étapes de la réalisation d’une planche de bande dessinée. La création d’un album lui prend environ un an.

Combien de temps cela prend-il de faire un album de bande dessinée ? [6′ 03″]
Emmanuel Roudier détaille dans sa réponse les étapes de la création : trouver l’idée de ce qu’on veut raconter, rédiger un synopsis puis créer un scénario découpé et un storyboard.

À la fin, des élèves lui ont donné des dessins et il a signé des autographes.

Nous sommes tous partis du CDI très contents. Ce moment sera inoubliable.
Merci beaucoup à Emmanuel Roudier pour cette merveilleuse rencontre !

Les élèves de 6e3

Pour en savoir plus : le blog d’Emmanuel Roudier

 

Rencontre avec Benoît Dahan, scénariste, dessinateur et coloriste

Par les élèves de 5e6

Le 24 novembre, les classes de 5e4 et 5e6 ont rencontré Benoît Dahan au collège, dans la salle d’arts plastiques.
Il est illustrateur de presse (Le Monde, Libération, Le Point, Science et Vie Junior…) et de livres jeunesse. Il est aussi auteur de bandes dessinées.
En classe d’arts plastiques, nous avons travaillé sur la bande dessinée et c’est pour cela que notre professeure a organisé cette rencontre.

Benoit Dahan nous a d’abord distribué des feuilles à carreaux numérotés. Il nous a appris à dessiner le personnage principal de sa bande dessinée Psycho Investigateur (qu’il a écrite avec Erwan Courbier) : Simon Radius. En suivant ses conseils à la lettre et grâce à l’expérience sur la BD étudiée en art plastique, notre dessin a pris forme.

Une fois le dessin fini, nous avons pu lui poser des questions. Il nous a dit que sa passion du dessin lui est venue alors qu’il n’avait que huit ans. Au collège, il a décidé qu’il en ferait son métier. Il est très heureux d’écrire et de dessiner des bandes dessinées. 

Benoît Dahan participe cette année au festival BD de Clairac, à côté de Tonneins, et c’est lui qui a dessiné son affiche.

Nous avons passé un très bon moment avec Benoît Dahan.
Nous lui disons un grand merci pour être venu au collège !

Les élèves de 5e6

Pour en savoir plus : le site de Benoît Dahan

 

Comment devenir pâtissier ou pâtissière ?

Par les élèves du Club Journal ULIS : Léa C., Léa Ch., Hans, Matthieu

En ULIS, nous sommes plusieurs à être intéressés par la pâtisserie et à avoir des membres de notre famille qui travaillent dans ce secteur, alors nous avons mené notre petite enquête en les interviewant.

Comment obtenir un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnel) de pâtisserie ?
On obtient un CAP de pâtisserie en faisant un apprentissage.

Dans quelle école apprend-on la pâtisserie ?
On apprend la pâtisserie dans un CFA (Centre de Formation d’Apprentis). Le plus proche de Tonneins est celui d’ Agen.

Comment réussir à faire notre commerce ?
On peut se renseigner à la Chambre des métiers.
Si les pâtisseries sont bonnes et jolies, elles se vendront facilement.

Quelle tenue faut-il porter pour pratiquer ce métier ?
Une veste de cuisine, un pantalon pied de poule, une charlotte et des chaussures de sécurité ainsi qu’un tablier.

Quels outils faut-il pour pratiquer la pâtisserie ?
Les ustensiles de base sont les couteaux, les fouets, les maryses, les cercles, les poches à douille, les spatules, les rouleaux, les pinceaux, une balance, un mixer, un robot…

Combien d’heures travaille-t-on par jour et par semaine quand on est pâtissier ?
Par jour environ 7h, par semaine 35h plus toutes les heures supplémentaires.

Combien d’argent obtient-on à la fin du mois ?
En CAP, pour un apprenti, cela varie entre 300 et 500 euros selon l’âge et l’année. Sinon c’est un SMIC et cela augmente suivant l’expérience et les diplômes.

A quelle heure commence-t-on à travailler le matin ?
Hors les périodes de fêtes, c’est entre 3h et 5h du matin. Pendant les périodes de fêtes, c’est entre 1h et 3h du matin (suivant les boulangeries pâtisseries).

Comment faire pour résister aux gâteaux ?
A force de faire des gâteaux en grande quantité, on n’a plus envie d’en manger mais au début on ne résiste pas et on goûte à tout.

Quelles tâches nous demande le patron ?
Réaliser les pâtisseries, faire tout le nettoyage à la fin.

Quelles tâches légales peut-on faire faire à un mineur ?
Tout ce que fait un pâtissier, sauf porter des choses lourdes.

Si cela vous intéresse, nous vous joignons un lien vers une fiche métier où vous pourrez trouver tous les renseignements concernant cette formation :
http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Formation/Formations/Lycees/CAP-Patissier

Et puis comme vous êtes gourmands comme nous et que Noël approche, on vous donne un « tuyau » pour trouver quelques recettes de biscuits de Noël mais c’est un secret, chut…
Ces recettes, vous pourrez les trouver dans un numéro de la revue Okapi au CDI du Collège (N° 947, décembre 2012).

Crédit image : Hans

Dans ce magazine, vous trouverez trois recettes :
les sablés alsaciens,
les bâtons croquants,
les mini-meringues.

La semaine avant Noël, en ULIS, chacun va apporter un ingrédient et on va confectionner (et déguster…) un gâteau pour partager ensemble un bon moment.

Joyeuses fêtes à tous !

Les élèves du Club Journal ULIS : Léa C., Léa Ch., Hans, Matthieu

Crédits images : Pixabay

Et vous, aimez-vous la pâtisserie ? Quelles sont vos recettes préférées ?

 

« Oh Boy ! », un spectacle étonnant

Par les élèves de 6e 2

Dans le cadre de l’atelier théâtre du collège, nous avons eu la chance d’assister au spectacle « Oh Boy ! » à Marmande, le 21 Novembre, de la compagnie Le Théâtre du Phare, mis en scène par Olivier Letellier.

Nous avons pu découvrir le théâtre d’objets : ainsi, de nombreux personnages étaient représentés par des objets, ce qui était étonnant. Ce spectacle était aussi surprenant parce qu’il n’y avait qu’un seul acteur sur scène qui dépensait beaucoup d’énergie pour jouer tous les personnages (C’était une vraie performance !) et la palette des émotions. En effet, cette histoire oscille entre la tristesse et la joie et était pleine de suspense pour les spectateurs jusqu’à la fin.

Ce spectacle nous a beaucoup plu, et nous vous conseillons vivement d’aller le voir si vous le pouvez.

Crédit image : Christophe Raynaud de Lage  

Les élèves de 6e 2

 

L’arbousier ou l’arbre à fraises

Par les élèves du Club Journal ULIS : Léa C., Léa Ch., Hans, Mathieu, Florian

Nous avons décidé de faire un article sur l’arbousier car un camarade (Mathieu) nous a apporté des arbouses , on a goûté, on a aimé et on a décidé de faire un article pour faire connaître ce fruit et l’arbre qui le donne.


Crédit image : Liliane Caliste, Pixabay, CC0 Creative Commons

Où vit l’arbousier ?
L’arbousier vit surtout au bord de la Méditerranée et au Sud-Ouest de la France. Il aime les climats doux.

Les fruits sont ronds, rouges ou oranges et sont sucrés. Ils sont mûrs en automne.

L’arbousier est persistant. (Il ne perd jamais ses feuilles.)
Il ne demande pas d’entretien. Il est très résistant aux parasites, aux maladies. Il n’aime pas trop être taillé.

Il est préférable de le planter vers le soleil en septembre-octobre ou mars-avril. Le sol doit être léger (Il aime le sable.) et bien drainé, acide ou peu calcaire.
La floraison se fait en hiver (fleurs blanches), sa hauteur va de 2 m à 8 m.
L’ arbousier peut être planté de manière isolée et peut former une haie fleurie, un brise-vent. Il peut vivre plusieurs centaines d’années.

Enfin, si comme nous, vous aimez manger, nous avons trouvé une petite recette à base d’arbouses.

Recette de confiture aux arbouses (inspirée par la recette publiée  ici)

Ingrédients :

– Autant d’arbouses que souhaité (ici 4 kg)
– Sucre de canne blond en poudre (poids à définir après cuisson des arbouses)
– Le jus d’1 citron

La recette :

– Laver les arbouses.
– Les faire cuire dans une bassine à confiture jusqu’à ce qu’elles soient fondantes (10-15 minutes environ), tout en remuant à l’aide d’une cuillère en bois.
– Les passer au moulin et récupérer le jus obtenu dans un grand saladier.
– Peser le jus obtenu.
– Y ajouter 1/3 du poids de sucre de canne (3 kg de jus = 1 kg de sucre, par exemple), et le jus de citron.
– Verser le tout dans la bassine à confiture et faire de nouveau cuire 20 minutes en remuant à l’aide d’une cuillère en bois.
– Verser dans des pots à confiture bien propres. Les refermer de suite avec le couvercle et les poser à l’envers sur un torchon. Laisser reposer 12 heures avant de les retourner et de les stocker dans un endroit sec.
– Vos confitures se conserveront plusieurs mois !

Les élèves du Club Journal ULIS : Léa C., Léa Ch., Hans, Mathieu, Florian