Archives pour la catégorie Culture

L’huile de palme et ses dangers

Par Hans, 5e ULIS

Les gens se battent dans les supermarchés pour avoir la chance d’acheter de la pâte à tartiner en promotion, alors j’ai voulu en savoir plus sur l’huile de palme, cette huile qui sert à fabriquer cette fameuse pâte et d’autres produits alimentaires.

L’huile de palme, qu’est-ce que c’est ?

L’huile de palme est une huile faite à partir de la pulpe des fruits du palmier à huile.

Cette huile ne coûte pas cher à produire. C’est l’huile végétale la plus consommée au monde : elle représente 25 % de la consommation mondiale.


Crédits images : Wikipedia, CC0 Creative Commons

Production de l’huile de palme

On a détruit les forêts (au niveau de l’équateur) pour faire pousser des palmiers à huile et cela pollue tout et aussi cela empêche les singes de se nourrir et donc de vivre. La déforestation de ces régions est un grand problème écologique actuel.

Santé

L’ huile de palme est très dangereuse pour le coeur et fait grossir même si le gras de porc est pire pour la santé. Le problème est que l’huile de palme est très riche en acides gras saturés.

De plus, souvent l’huile de palme est affichée dans les compositions des aliments comme « huile végétale » sans préciser sa nature.
Lisez les informations données sur les emballages !


Crédit image : Hans, 5e ULIS

 

Contre-enquête dans la forêt enchantée

Par les élèves de 6e 3

Avec la classe de 6e 4 et plus de 150 élèves d’autres collèges, nous avons participé à l’écriture d’un twittconte.

Vous vous demandez ce que c’est ? C’est une réécriture moderne de conte sur le réseau Twitter. Chaque personnage a un compte sur Twitter et envoie des messages pour raconter son histoire. Nous nous mettons à la place des personnages pour écrire ces tweets.

Quatre classes de la région des Hauts de France ont commencé le projet.

Ces élèves ont inventé le personnage de l’inspecteur Malax, qui enquête pour découvrir les méchants et les secrets de ces histoires.

Nous avons participé à l’enquête concernant le conte « Le Petit Poucet ». L’inspecteur Malax nous a posé des questions sur Twitter et nous y avons répondu, en nous mettant dans la peau des personnages : le Petit Poucet, ses parents, l’ogre et sa femme.

Nous avons répondu avec des textes et aussi avec quelques portraits animés.

Nous avons beaucoup aimé ce projet car tout le monde peut s’y intéresser, s’amuser et échanger des informations sur les contes. Nous avons apprécié de travailler en groupe pour partager nos idées. Nous n’étions pas seuls ; ça nous a plu de communiquer avec d’autres classes. Nous nous sommes bien amusés en ajoutant des éléments modernes et en cherchant les mots balises.

Nous vous conseillons le site twittconte.org. C’est un site où on peut découvrir beaucoup d’histoires intéressantes et amusantes écrites par des élèves, comme « Le Petit Poucet ».

Pour lire l’enquête à laquelle nous avons participé, c’est par ici.
Il y a aussi trois autres enquêtes, sur les contes « Hansel et Gretel », « Le Petit Chaperon Rouge » et « Baba Yaga ». Bonne lecture !

 

Les plaisirs de la neige

Par Léa, membre du Club Journal ULIS

Ayant eu la chance de passer quelques jours à Luz-Saint-Sauveur, dans les Pyrénées,  j’ ai voulu vous faire découvrir les plaisirs de la neige.

Crédit image : Léa,ULIS 

On peut faire du ski alpin, du freeride et du ski de fond.

Le ski alpin, c’est du ski de descente. Pour monter, tu utiliseras des remonte-pentes (téléski, tire-fesse, télésiège, télécabine, etc.).

En ski de fond, tu fais un parcours sans remonte-pente. Le parcours monte et descend mais le dénivelé et la vitesse n’ont rien à voir avec le ski alpin. Tu travailleras plus l’endurance et la respiration.


Près de Luz-Saint-Sauveur
Crédit image : Léa,ULIS 

On peut aussi faire des batailles de boules de neige, des bonhommes de neige,
de la luge, des promenades avec des chiens de traineaux.


Crédit image : Pixabay

Mais il faut faire attention, il peut y avoir des avalanches !


Près de Luz-Saint-Sauveur
Crédit image : Léa,ULIS

Là-bas, j’ ai vu des engins impressionnants.

La dameuse  : elle sert à préparer la piste pour que vous puissiez skier beaucoup mieux.


Crédit image : Pixabay

Le chasse-neige : il sert à déneiger la route.


Crédit image : Pixabay

Si vous souhaitez découvrir ce lieu magnifique, visitez le site de l’office de tourisme de Luz-Saint-Sauveur.

(Photographies de Léa publiées sous Licence Creative Commons BY-NC-SA 
Photographies en provenance de Pixabay publiées sous Licence Creative Commons CCO)

 

Plus tard, je serai … pompier !

Par les élèves du Club Journal ULIS : Léa C., Léa Ch., Hans, Matthieu, Fabien

Ayant dans nos familles des pompiers ou de jeunes sapeurs-pompiers, nous avons eu envie de découvrir et de vous faire découvrir ce métier et sa formation.


Crédit image : Hans

Âgés de 11 à 18 ans, ils sont 27 400 actuellement à porter l’uniforme des jeunes sapeurs-pompiers (JSP).
__________________________________________________________________________

Repères

• Il faut avoir au moins 11 ans pour devenir jeune sapeur-pompier.
• Selon les départements, les conditions d’accès peuvent être différentes.
• Il n’y a pas de JSP à Marseille.Dans cette ville, les pompiers sont des militaires.
• À Paris aussi, les pompiers sont des militaires mais ils accueillent des « cadets » à partir de 14 ans.
• La formation des JSP comprend trois parties avant le passage du brevet national (BN).
• Le BN doit se passer entre 15 et 18 ans.
• Les animateurs de JSP sont tous des bénévoles , pompiers volontaires ou professionnels.
• 820 sections reçoivent les JSP pour les entrainer et les former le mercredi ou le samedi.
• Dans 25 départements, des collèges (de la 5e à la 3e) proposent des options JSP.
• Il y a 249 300 pompiers en France, dont 79% (196 800) sont des volontaires. Les autres sont professionnels ou militaires.
___________________________________________________________________________

Interview de Romain, JSP à Tonneins et frère d’une élève du Club Journal

À quel âge peut-on commencer à être JSP (Jeune Sapeur Pompier) ?
On peut commencer à être JSP à 13 ans.

Combien de temps dure la formation de jeune sapeur pompier ?
La formation dure 4 ans.

Quand te formes-tu ?
Le samedi matin de 8h à 12h30.

Est-on sûr de devenir sapeur-pompier en sortant de cette formation de JSP?
Ça dépend de ce que tu veux faire mais tout le monde ne réussira pas à devenir sapeur pompier.

Quels véhicules sont autorisés aux JSP?
Le véhicule autorisé aux JSP est le FPT ( Fourgon Pompe Tonne).

Est-ce qu’il y a des filles aux JSP ?
Oui, il y a des filles aux JSP.
___________________________________________________________________________

Allô 18…
Les gestes qui sauvent

Pour bien donner l’alerte

Pour un incendie, indiquez :
– l’adresse exacte : la commune, la rue, le numéro, l’étage…
-le motif : S’agit-il d’un feu de poubelles, de magasin, d’appartement, de bâtiment… ?
-les précisions : flammes visibles, personnes en difficulté…

Pour un accident de la route, indiquez :
– le lieu
– le nombre et type de véhicules en cause
– les précisions : implication de camions ,personnes bloquées, dangers particuliers…

Pour un malaise, une blessure, indiquez :
– l’adresse précise
– l’état de conscience de la victime (Respire-t-elle ? Parle-t-elle ? Age supposé. Malaise ou accident ?)
– les précisions : saignement important, déformation de membre, violence du choc …
___________________________________________________________________________

Numéros d’urgence

Dans toute l’Europe : 112
SAMU : 15
Police / gendarmerie : 17
Sapeurs-pompiers : 18


Crédit image : Léa

Si ce métier t’intéresse, tu peux aussi consulter le site de l’ONISEP :
http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/sapeur-pompier

Tu peux aussi lire l’interview réalisée par des élèves de 5e, sur le site du collège :
http://college-germillac.fr/productions/francais/metiers/pompier.html

 

Rencontre avec Emmanuel Roudier, un auteur de bandes dessinées passionné par la Préhistoire

Par les élèves de 6e3

Le 21 novembre, au CDI du collège, les élèves de 6e ont rencontré un auteur de bandes dessinées passionné par la Préhistoire, Emmanuel Roudier.

C’est le projet « Lire ensemble » (une heure par semaine pour le plaisir de la lecture) qui nous a permis de rencontrer cet auteur formidable et sympathique.


Crédit image : Mathéo, 6e3

Nous avions lu sa bande dessinée en trois tomes, le cycle Neandertal, qui raconte les aventures d’un Neandertalien, le jeune Laghou. Nous avons tous été intéressés par cette histoire.

Nasser a prêté sa voix à Laghou, pour un portrait animé.

 

Emmanuel Roudier nous a tout de suite mis à l’aise. Nous avons pu lui poser plusieurs questions. Il nous a parlé de son oeuvre et de son métier.

Comment vous est venue l’idée de devenir auteur de bandes dessinées ? [2′ 02″]

 

Comment vous documentez-vous sur la Préhistoire ? [2′ 20″]

 

Comment choisissez-vous les noms des personnages ? [1′ 45″]

 

Emmanuel Roudier nous a montré avec le vidéo-projecteur les différentes étapes de la réalisation d’une planche de bande dessinée. La création d’un album lui prend environ un an.

Combien de temps cela prend-il de faire un album de bande dessinée ? [6′ 03″]
Emmanuel Roudier détaille dans sa réponse les étapes de la création : trouver l’idée de ce qu’on veut raconter, rédiger un synopsis puis créer un scénario découpé et un storyboard.

À la fin, des élèves lui ont donné des dessins et il a signé des autographes.

Nous sommes tous partis du CDI très contents. Ce moment sera inoubliable.
Merci beaucoup à Emmanuel Roudier pour cette merveilleuse rencontre !

Les élèves de 6e3

Pour en savoir plus : le blog d’Emmanuel Roudier