Archives pour la catégorie Cuisine

La cuisine vietnamienne

Par Hans, 5e ULIS

Je suis d’origine vietnamienne et je mange souvent au CAFI (camp de réfugiés vietnamiens) à Sainte-Livrade. J’aime énormément la cuisine vietnamienne (cha, nems, banh bao, bo bun, pho, mi xao, rouleaux de printemps… )


Dessin : Hans, 5e ULIS

La cuisine vietnamienne a des goûts originaux grâce à des herbes et des épices.
Le nuoc-mâm est une sauce de poissons fermentés dans la saumure. Il sale les plats et donne aussi un goût particulier.

Le repas vietnamien n’est pas gras. Les plats sont divers, colorés et variés et ils sont servis tous en même temps, ce qui rend les repas chaleureux.
Les Vietnamiens utilisent des baguettes pour manger.

Les plats vietnamiens

Pho : Soupe au vermicelle avec de la viande, des légumes sans gros morceaux

Bo bun : Salade de vermicelles de riz, avec des légumes et de la viande

Nem : Il contient des légumes et de la viande hachée qu’on roule dans une sorte de crêpe qu’on fait frire. Pour le nem, il y a deux cuissons : la pré-cuisson et la cuisson.

Banh bao : Une sorte de sandwich, cuit à la vapeur. Le haut et le bas sont collés.

Banh cuon : C’est de la viande hachée. Autour, il y a une pâte transparente.

Mi xao : Nouilles mélangées avec des légumes et du porc ou du poulet pimenté légèrement

Cha : Une sorte de saucisson vietnamien blanc

Rouleaux de printemps : Ce sont des légumes entourés par une sorte de crêpe transparente.

Je vous mets un lien vers le site du CAFI si vous voulez avoir des informations sur cette communauté installée à Sainte-Livrade.
https://cafi47.com/

Bonnes vacances !

Hans, 5e ULIS

Crédits images : Pixabay, CCO Creative Commons

 

L’huile de palme et ses dangers

Par Hans, 5e ULIS

Les gens se battent dans les supermarchés pour avoir la chance d’acheter de la pâte à tartiner en promotion, alors j’ai voulu en savoir plus sur l’huile de palme, cette huile qui sert à fabriquer cette fameuse pâte et d’autres produits alimentaires.

L’huile de palme, qu’est-ce que c’est ?

L’huile de palme est une huile faite à partir de la pulpe des fruits du palmier à huile.

Cette huile ne coûte pas cher à produire. C’est l’huile végétale la plus consommée au monde : elle représente 25 % de la consommation mondiale.


Crédits images : Wikipedia, CC0 Creative Commons

Production de l’huile de palme

On a détruit les forêts (au niveau de l’équateur) pour faire pousser des palmiers à huile et cela pollue tout et aussi cela empêche les singes de se nourrir et donc de vivre. La déforestation de ces régions est un grand problème écologique actuel.

Santé

L’ huile de palme est très dangereuse pour le coeur et fait grossir même si le gras de porc est pire pour la santé. Le problème est que l’huile de palme est très riche en acides gras saturés.

De plus, souvent l’huile de palme est affichée dans les compositions des aliments comme « huile végétale » sans préciser sa nature.
Lisez les informations données sur les emballages !


Crédit image : Hans, 5e ULIS

 

Comment devenir pâtissier ou pâtissière ?

Par les élèves du Club Journal ULIS : Léa C., Léa Ch., Hans, Matthieu

En ULIS, nous sommes plusieurs à être intéressés par la pâtisserie et à avoir des membres de notre famille qui travaillent dans ce secteur, alors nous avons mené notre petite enquête en les interviewant.

Comment obtenir un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnel) de pâtisserie ?
On obtient un CAP de pâtisserie en faisant un apprentissage.

Dans quelle école apprend-on la pâtisserie ?
On apprend la pâtisserie dans un CFA (Centre de Formation d’Apprentis). Le plus proche de Tonneins est celui d’ Agen.

Comment réussir à faire notre commerce ?
On peut se renseigner à la Chambre des métiers.
Si les pâtisseries sont bonnes et jolies, elles se vendront facilement.

Quelle tenue faut-il porter pour pratiquer ce métier ?
Une veste de cuisine, un pantalon pied de poule, une charlotte et des chaussures de sécurité ainsi qu’un tablier.

Quels outils faut-il pour pratiquer la pâtisserie ?
Les ustensiles de base sont les couteaux, les fouets, les maryses, les cercles, les poches à douille, les spatules, les rouleaux, les pinceaux, une balance, un mixer, un robot…

Combien d’heures travaille-t-on par jour et par semaine quand on est pâtissier ?
Par jour environ 7h, par semaine 35h plus toutes les heures supplémentaires.

Combien d’argent obtient-on à la fin du mois ?
En CAP, pour un apprenti, cela varie entre 300 et 500 euros selon l’âge et l’année. Sinon c’est un SMIC et cela augmente suivant l’expérience et les diplômes.

A quelle heure commence-t-on à travailler le matin ?
Hors les périodes de fêtes, c’est entre 3h et 5h du matin. Pendant les périodes de fêtes, c’est entre 1h et 3h du matin (suivant les boulangeries pâtisseries).

Comment faire pour résister aux gâteaux ?
A force de faire des gâteaux en grande quantité, on n’a plus envie d’en manger mais au début on ne résiste pas et on goûte à tout.

Quelles tâches nous demande le patron ?
Réaliser les pâtisseries, faire tout le nettoyage à la fin.

Quelles tâches légales peut-on faire faire à un mineur ?
Tout ce que fait un pâtissier, sauf porter des choses lourdes.

Si cela vous intéresse, nous vous joignons un lien vers une fiche métier où vous pourrez trouver tous les renseignements concernant cette formation :
http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Formation/Formations/Lycees/CAP-Patissier

Et puis comme vous êtes gourmands comme nous et que Noël approche, on vous donne un « tuyau » pour trouver quelques recettes de biscuits de Noël mais c’est un secret, chut…
Ces recettes, vous pourrez les trouver dans un numéro de la revue Okapi au CDI du Collège (N° 947, décembre 2012).

Crédit image : Hans

Dans ce magazine, vous trouverez trois recettes :
les sablés alsaciens,
les bâtons croquants,
les mini-meringues.

La semaine avant Noël, en ULIS, chacun va apporter un ingrédient et on va confectionner (et déguster…) un gâteau pour partager ensemble un bon moment.

Joyeuses fêtes à tous !

Les élèves du Club Journal ULIS : Léa C., Léa Ch., Hans, Matthieu

Crédits images : Pixabay

Et vous, aimez-vous la pâtisserie ? Quelles sont vos recettes préférées ?

 

L’arbousier ou l’arbre à fraises

Par les élèves du Club Journal ULIS : Léa C., Léa Ch., Hans, Mathieu, Florian

Nous avons décidé de faire un article sur l’arbousier car un camarade (Mathieu) nous a apporté des arbouses , on a goûté, on a aimé et on a décidé de faire un article pour faire connaître ce fruit et l’arbre qui le donne.


Crédit image : Liliane Caliste, Pixabay, CC0 Creative Commons

Où vit l’arbousier ?
L’arbousier vit surtout au bord de la Méditerranée et au Sud-Ouest de la France. Il aime les climats doux.

Les fruits sont ronds, rouges ou oranges et sont sucrés. Ils sont mûrs en automne.

L’arbousier est persistant. (Il ne perd jamais ses feuilles.)
Il ne demande pas d’entretien. Il est très résistant aux parasites, aux maladies. Il n’aime pas trop être taillé.

Il est préférable de le planter vers le soleil en septembre-octobre ou mars-avril. Le sol doit être léger (Il aime le sable.) et bien drainé, acide ou peu calcaire.
La floraison se fait en hiver (fleurs blanches), sa hauteur va de 2 m à 8 m.
L’ arbousier peut être planté de manière isolée et peut former une haie fleurie, un brise-vent. Il peut vivre plusieurs centaines d’années.

Enfin, si comme nous, vous aimez manger, nous avons trouvé une petite recette à base d’arbouses.

Recette de confiture aux arbouses (inspirée par la recette publiée  ici)

Ingrédients :

– Autant d’arbouses que souhaité (ici 4 kg)
– Sucre de canne blond en poudre (poids à définir après cuisson des arbouses)
– Le jus d’1 citron

La recette :

– Laver les arbouses.
– Les faire cuire dans une bassine à confiture jusqu’à ce qu’elles soient fondantes (10-15 minutes environ), tout en remuant à l’aide d’une cuillère en bois.
– Les passer au moulin et récupérer le jus obtenu dans un grand saladier.
– Peser le jus obtenu.
– Y ajouter 1/3 du poids de sucre de canne (3 kg de jus = 1 kg de sucre, par exemple), et le jus de citron.
– Verser le tout dans la bassine à confiture et faire de nouveau cuire 20 minutes en remuant à l’aide d’une cuillère en bois.
– Verser dans des pots à confiture bien propres. Les refermer de suite avec le couvercle et les poser à l’envers sur un torchon. Laisser reposer 12 heures avant de les retourner et de les stocker dans un endroit sec.
– Vos confitures se conserveront plusieurs mois !

Les élèves du Club Journal ULIS : Léa C., Léa Ch., Hans, Mathieu, Florian

 

La cuisine des maths

Par Lou D., 5e 5

Pendant la semaine du 13 au 17 mars, certains élèves de 3e sont allés au Pays de Galles. Pendant cette semaine, des ateliers ont été mis en place au collège. Parmi tout ce qu’on nous a proposé, j’ai préféré La cuisine des maths, avec M. Gonalons et M. Simonetti.

Nous avons travaillé dans l’atelier cuisine du bâtiment EGPA. Notre devoir était de convertir la recette des crêpes et celle d’un cocktail avec du jus d’ananas, de la grenadine et de la limonade. Pour ce dernier, il fallait essayer de faire trois étages.

Quand tous les ingrédients ont été préparés, nous nous sommes mis à cuisiner. Quand tout le monde a eu fini, nous avons pu déguster le résultat. Vu que les professeurs étaient un peu gourmands, ils nous ont mis triple dose de chantilly et de pâte à tartiner au chocolat sur nos crêpes !

Je trouve que cette semaine banalisée était superbe ! (Même si on nous avait enlevé quelques cours que j’adorais !)