L’huile de palme et ses dangers

Par Hans, 5e ULIS

Les gens se battent dans les supermarchés pour avoir la chance d’acheter de la pâte à tartiner en promotion, alors j’ai voulu en savoir plus sur l’huile de palme, cette huile qui sert à fabriquer cette fameuse pâte et d’autres produits alimentaires.

L’huile de palme, qu’est-ce que c’est ?

L’huile de palme est une huile faite à partir de la pulpe des fruits du palmier à huile.

Cette huile ne coûte pas cher à produire. C’est l’huile végétale la plus consommée au monde : elle représente 25 % de la consommation mondiale.


Crédits images : Wikipedia, CC0 Creative Commons

Production de l’huile de palme

On a détruit les forêts (au niveau de l’équateur) pour faire pousser des palmiers à huile et cela pollue tout et aussi cela empêche les singes de se nourrir et donc de vivre. La déforestation de ces régions est un grand problème écologique actuel.

Santé

L’ huile de palme est très dangereuse pour le coeur et fait grossir même si le gras de porc est pire pour la santé. Le problème est que l’huile de palme est très riche en acides gras saturés.

De plus, souvent l’huile de palme est affichée dans les compositions des aliments comme « huile végétale » sans préciser sa nature.
Lisez les informations données sur les emballages !


Crédit image : Hans, 5e ULIS

 

Nous habillons nos robots.

Par les élèves de 3e

Dans le cadre du « défi robot » (programmation d’un mini-robot pour qu’il effectue des parcours donnés à l’avance), une épreuve « design » consiste à fabriquer un habillage.

En cours d’arts plastiques, à partir d’une œuvre du XXe siècle (Une vingtaine d’œuvres était proposée), nous avons réalisé une planche de tendance qui nous a permis de créer l’habillage. Une planche de tendance est un assemblage d’images, d’objets, de mots qui est utilisé pour exprimer une idée.

C’est en cours de technologie que nous avons fabriqué cet habillage.

 

Contre-enquête dans la forêt enchantée

Par les élèves de 6e 3

Avec la classe de 6e 4 et plus de 150 élèves d’autres collèges, nous avons participé à l’écriture d’un twittconte.

Vous vous demandez ce que c’est ? C’est une réécriture moderne de conte sur le réseau Twitter. Chaque personnage a un compte sur Twitter et envoie des messages pour raconter son histoire. Nous nous mettons à la place des personnages pour écrire ces tweets.

Quatre classes de la région des Hauts de France ont commencé le projet.

Ces élèves ont inventé le personnage de l’inspecteur Malax, qui enquête pour découvrir les méchants et les secrets de ces histoires.

Nous avons participé à l’enquête concernant le conte « Le Petit Poucet ». L’inspecteur Malax nous a posé des questions sur Twitter et nous y avons répondu, en nous mettant dans la peau des personnages : le Petit Poucet, ses parents, l’ogre et sa femme.

Nous avons répondu avec des textes et aussi avec quelques portraits animés.

 

Nous avons beaucoup aimé ce projet car tout le monde peut s’y intéresser, s’amuser et échanger des informations sur les contes. Nous avons apprécié de travailler en groupe pour partager nos idées. Nous n’étions pas seuls ; ça nous a plu de communiquer avec d’autres classes. Nous nous sommes bien amusés en ajoutant des éléments modernes et en cherchant les mots balises.

Nous vous conseillons le site twittconte.org. C’est un site où on peut découvrir beaucoup d’histoires intéressantes et amusantes écrites par des élèves, comme « Le Petit Poucet ».

Pour lire l’enquête à laquelle nous avons participé, c’est par ici.
Il y a aussi trois autres enquêtes, sur les contes « Hansel et Gretel », « Le Petit Chaperon Rouge » et « Baba Yaga ». Bonne lecture !

 

Découverte de la grotte du Pech Merle

Par les élèves de 6e 3

Cette année en 6e, nous travaillons sur la Préhistoire, dans le cadre du projet « Lire ensemble ». Le 24 avril, tous les élèves de 6e ont visité la grotte du Pech Merle, qui se situe à côté d’une petite commune, Cabrerets, dans le département du Lot, en Occitanie.

Le voyage en bus a duré trois heures. Le paysage était magnifique mais… il y a eu quelques malades.


Fond de carte : Openstreetmap France

Quand nous sommes arrivés, on nous a montré une immense frise chronologique à l’extérieur, avec les différentes périodes de la Préhistoire et les dates importantes, comme celle de la découverte du feu.

Ensuite, nous avons participé à un atelier, à « l’école de la Préhistoire ». L’animateur nous a parlé des animaux qui étaient chassés et de ceux qui étaient dessinés. Il nous a montré des bois de renne (l’animal le plus chassé), une lampe à graisse et une hutte faite avec des peaux de chevreuil (À l’époque, on les faisait avec des peaux de renne).


Bois de renne


Lampe à graisse : une pierre avec un trou au milieu où l’on met de la graisse d’animal
avec une mèche faite en mousse végétale


Petite hutte construite avec des morceaux de bois et des peaux de chevreuil

Nous avons ensuite appris à dessiner comme les hommes préhistoriques. L’animateur nous a distribué des gabarits d’animaux (des chevaux, des bisons, des mammouths, des aurochs), pour nous aider. Nous avons tracé les contours avec du charbon de bois. Nous avons ajouté de la couleur avec de l’ocre (C’est une terre.) jaune, rouge, orange et marron.


Mortier et pilon pour écraser l’ocre


Sachets d’ocre de différentes couleurs

Nous dessinons des animaux avec du charbon de bois et de l’ocre. [1’25⌉

 

Nos dessins [1’40⌉

L’après-midi, nous avons rencontré notre guide. Elle nous a visionné un petit diaporama pour nous donner des explications et nous avons visité la grotte. Il faisait froid et humide : sa température interne est de 12 °C et son hygrométrie est de 98 %. La visite ne peut pas durer plus de 43 minutes pour éviter son réchauffement et ainsi préserver les peintures.

C’était magnifique et étonnant. Il y avait beaucoup de peintures d’animaux et aussi de mains. Nous avons vu aussi des empreintes de pas d’un enfant.


Crédit image : Wikipédia, Domaine public

Ensuite, nous avons vu un petit film sur la grotte dans une salle de cinéma, très intéressant.

Nous sommes repartis à Tonneins, très impressionnés et très contents d’avoir découvert cette grotte.

Nos impressions [4’12⌉

Pour en savoir plus :
Visite virtuelle de la grotte sur le site du Centre de la Préhistoire du Pech Merle
Informations sur la Préhistoire

Crédits images : Collège Germillac, Licence Creative Commons BY-NC-SA 

Nous partageons les reproductions de nos dessins sur Flickr, sous licence Creative Commons BY-SA
Habillage sonore des vidéos : Hicham Chahidi, Licence creative Commons BY-NC-ND 4.0

 

 

Les plaisirs de la neige

Par Léa, membre du Club Journal ULIS

Ayant eu la chance de passer quelques jours à Luz-Saint-Sauveur, dans les Pyrénées,  j’ ai voulu vous faire découvrir les plaisirs de la neige.

Crédit image : Léa,ULIS 

On peut faire du ski alpin, du freeride et du ski de fond.

Le ski alpin, c’est du ski de descente. Pour monter, tu utiliseras des remonte-pentes (téléski, tire-fesse, télésiège, télécabine, etc.).

En ski de fond, tu fais un parcours sans remonte-pente. Le parcours monte et descend mais le dénivelé et la vitesse n’ont rien à voir avec le ski alpin. Tu travailleras plus l’endurance et la respiration.


Près de Luz-Saint-Sauveur
Crédit image : Léa,ULIS 

On peut aussi faire des batailles de boules de neige, des bonhommes de neige,
de la luge, des promenades avec des chiens de traineaux.


Crédit image : Pixabay

Mais il faut faire attention, il peut y avoir des avalanches !


Près de Luz-Saint-Sauveur
Crédit image : Léa,ULIS

Là-bas, j’ ai vu des engins impressionnants.

La dameuse  : elle sert à préparer la piste pour que vous puissiez skier beaucoup mieux.


Crédit image : Pixabay

Le chasse-neige : il sert à déneiger la route.


Crédit image : Pixabay

Si vous souhaitez découvrir ce lieu magnifique, visitez le site de l’office de tourisme de Luz-Saint-Sauveur.

(Photographies de Léa publiées sous Licence Creative Commons BY-NC-SA 
Photographies en provenance de Pixabay publiées sous Licence Creative Commons CCO)