Vous pouvez encore vous inscrire aux Olympiades académiques de géosciences

Jusqu’à mercredi 10 janvier ! N’hésitez pas c’est formateur et agréable! Déjà une quinzaine ou vingtaine d’élèves inscrits!

Les Olympiades des géosciences sont ouvertes aux lycéens de Première des séries scientifiques de l’enseignement public et privé sous contrat, sur la base du volontariat.

Elles se dérouleront le jeudi 28 Mars 2019. Les inscriptions doivent se faire avant le 11 Janvier 2019 sous couvert du chef d’établissement grâce à la fiche d’inscription à cette adresse mail : ce.concourslyceens@ac-bordeaux.fr

Les modalités de l’épreuve sont décrites dans ce document et les sujets des années précédentes sont disponibles sur Eduscol.

 

 

 

Les anneaux de Saturne perdent une piscine olympique de matière toutes les demi-heures Par Agnès et Zoé

Les célèbres anneaux de Saturne pourraient disparaître plus vite que prévu.

 

James O’Donoghue, du Centre Goddard de la Nasa, qualifie l’énorme quantité de matière et d’eau qui s’échappe des anneaux de façon quasi continue d’une « pluie d’anneau ». Et pour cause : cette quantité a été estimée entre 432 et 2870 kg chaque seconde. C’est à dire de quoi remplir l’équivalent d’une piscine olympique chaque demi-heure. Ce phénomène pourrait provoquer leur disparition en moins de 300 millions d’années. Mais d’autres forces accélèrent ce phénomène.

 

La perte d’eau des anneaux (composés à 90-95% de glace) est provoquée par l’impact des rayons ultraviolets du Soleil et des nuages de plasma générés par les micrométéorites qui les bombardent en permanence. Ces deux phénomènes chargent électriquement les minuscules particules de glace qui composent une partie des cercles entourant Saturne, les rendant ainsi sensibles au champ magnétique de la planète. Or ce champ se courbe au niveau des anneaux et attire ainsi, irrésistiblement, les particules vers la surface sous forme de pluie.

 

Mais la sonde Cassini a également observé un autre flux de matière s’échappant des anneaux au niveau de l’équateur de Saturne. La conjonction de ces deux flux pourraient entraîner leur disparition non plus en 300 mais en 100 millions d’années expliquent les scientifiques dans un article publié dans la revue  Icarus. Un temps long pour les humains mais très court en astrophysique : les planètes du système solaire sont âgées de plus de quatre milliards d’années !

 

En fait, les anneaux sont à peu près à la moitié de leur vie. La théorie qui prédomine actuellement estime en effet qu’ils se sont formés il y a environ cent millions d’années et non pas en même temps que la planète qu’ils encerclent. Ils devaient même être bien plus imposants et brillants au début de leur histoire, qui coïncide avec la période des dinosaures sur Terre. D’autres planètes comme Jupiter, Uranus et Neptune sont également entourées d’un système d’anneaux très fins. Si ces derniers ont évolué comme ceux de Saturne, il est probable que ces trois astres aient également été entourés d’anneaux nettement plus majestueux par le passé.

Olympiades académiques de géosciences

Une vingtaine d’élèves de première S du lycée se sont courageusement inscrits au concours académique de géosciences (volontairement on précise, et sans même leur promettre de chocolats! ) Pourquoi courageusement? Car il s’agit tout de même d’une épreuve de 4h avec en général une bonne douzaine de pages de documents (en couleur SVP!) à lire et exploiter. Et aussi car les participants sont nombreux, le niveau est élevé et donc, il s’agit tout de même d’un petit défi ! Bravo à eux ! Encore une preuve qu’à Magendie les sciences sont dynamiques !

Cela fait un très bon entrainement à l’exploitation de documents, à la sélection des informations essentielles afin d’argumenter pour répondre à une problématique (ça c’est le côté prof!).

Sinon, les sujets sont en général passionnants et se rapportent parfois à l’actualité. Pour exemple: L’analyse d’images du film « seul sur Mars » afin d’en tester la plausibilité; Les inondations à Nice, la présence d’éventuels métaux lourds dans un fleuve aquitain, ou encore les argiles en Martinique.

Pour continuer à vous préparer, un lien pour trouver les sujets (2013 à 2017) et leurs corrigés. N’imprimez pas si possible (sauf peut être les corrigés).

http://pedagogie.ac-toulouse.fr/daac/spip.php?article306

 

Suivez l’éruption du volcan indonésien en direct

(Source photo: Liberation.fr)

Le volcan Agung (Est de Bali en Indonésie) est actuellement en éruption comme vous le savez certainement.

Vous pouvez suivre l’éruption en direct grâce aux caméras : suivez le lien !

https://www.youtube.com/watch?v=islcMmfHHqE

C’est la rentrée! Et si on suivait les actualités scientifiques?

 

Saturne par la sonde Cassini.

Image de : NASA/JPL-CALTECH/SPACE SCIENCE INSTITUTE

Voici quelques liens sympathiques, pour lesquels il ne faut pas forcément être un super matheux (mais on peut aussi! ).

Futura sciences: http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/

Pour la sciences: http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actualites.php

Sciences et avenir: https://www.sciencesetavenir.fr

Et si vous trouvez une information qui vous intéresse particulièrement, faîtes un petit résumé avec une image, les sources et votre article sera publié ici.

Passionnante conférence sur les recherches d’hydrocarbures.

M. Bacchiana. source: Archives Thierry David Sud Ouest

Hier, tous les 1S du lycée ont pu assister à une conférence de M. Bacchiana (association Cap Terre). Ce scientifique a voyagé dans le monde entier et a travaillé sur de nombreuses plate-forme pétrolières.

Sa présentation vivante , très bien imagée et ses anecdotes vécues ont passionné la plupart des élèves.

De la définition du (des!) pétrole, aux technologies employées pour la recherche et même quelques notions de géopolitique.

Avec, au passage quelques messages :  » pour faire des sciences il faut absolument maîtriser l’anglais » raconte M. Bacchiana. On a beau le savoir cela ne fait pas de mal de l’entendre de la bouche d’un homme qui l’a pleinement expérimenté.

 » Ceux qui aiment l’informatique, il y a de nombreux débouchés en géologie appliquée: modélisation, calculs de sismiques ». Une idée à laquelle on ne pense pas immédiatement.

De façon plus anecdotique, un métier inconnu : chef de chantier sur une plate-forme: très bien payé (plus de 10000 euros/mois) mais des conditions de travail éprouvantes (30 jours en mer / 30 jours sur Terre, 12 à 14h de travail par jour , conditions météorologiques à affronter au quotidien.

De même le personnel  » de sécurité », sur le bateau qui tourne 24h/24 autour des plate-forme off shore. Très pénible par temps de houle ou par grand froid mais très bien payé et certes un peu ennuyeux mais pas fatigant.

Savez-vous que du pétrole est pompé sous Arcachon ? sous l’île aux oiseaux? A Parentis?

Merci à ce conférencier sympathique, dynamique de nous faire partager cela.

Allez, une petite question: savez-vous comment le personnel d’une plate-forme pétrolière s’échappe si un incendie se déclenche? Réponse dans une semaine.