Un article de Simon C, 506: les produits sanguins labiles.

Simon s’est intéressé à ce sujet. Voici son article: bravo à lui! J’en profite pour vous dire que si vous avez 18 ans et que vous êtes en bonne santé vous pouvez donner votre sang en contactant l’EFS (Pellegrin). Prochain article : celui de Swann A, même classe!

Il est impossible de transfuser le sang total, on différenciera donc plusieurs composants du sang : Concentré de Globule Rouge (CGR), Plasma et Plaquettes d’aphérèse ou Concentré de Mélange Plaquettaire (CMP). Le CGR, utilisé principalement pour les cas d’anémie, est vendu à environ 180€ la poche, Le Plasma, utilisé pour faire coaguler le sang (surtout chez des patients atteints d’une anomalie) est vendu à environ 100€ la poche et les Plaquettes, utilisées tout simplement chez des patients ayant un faible taux de plaquettes dans le sang est vendu à environ 400€ la poche. Ces prix sont fixés par l’état.

Afin d’obtenir ces produits, plusieurs étapes sont nécessaires réalisés dans les services de préparations des différents Établissements Français du Sang. La première est la déleucocytacytation, c’est la suppression de tout risque infectieux dans les produits sanguins (globules blancs). Ensuite, on procède à la centrifugation, elle aura pour effet de séparer à l’intérieur de la poche le CGR au fond, le Plasma au dessus et les Plaquettes au centre. Les poches ainsi obtenues sont envoyées au laboratoire de séparation des PSL (Produits Sanguins Labiles), cette vaste salle est remplie de nombreux compomats, on place sur cette machine les poches et, en faisant pression sur la poche, la machine va faire remonter tout d’abord le Plasma dans une autre poche puis les plaquettes il ne reste plus que le CGR dans la poche, la machine y dépose un anticoagulant. On sépare les différentes poches en soudant leur extrémité. On fait également dans ce laboratoire les mélanges plaquettaires : avec cinq dons de sang total, on récupère les plaquettes et on obtient une poche de CMP.

Le service de préparation de l’EFS Aquitaine-Limousin traite environ 700 poches par jour, mais peu après les attentats de Paris, ce sont plus de 1000 poches par jour qu’il a fallu traiter. Pour ce qui est de la conservation, le CGR se garde 42 jours à 4°C, les plaquettes et CMP se gardent cinq jours à 22°C. Le plasma, conservé quand à lui à -30°C, se divise en deux « qualités » : la meilleure, le cryo 1, se conserve six mois à un an, passé ce délai, la poche est déclassée en cryo 2.

Simon C, Seconde 506

Article de Marion M, 609: les méduses « immortelles ».

Marion, élève de première S nous a trouvé une info insolite. Elle a rédigé ce petit résumé pour nous. Voici son article:

Sur Terre seulement deux types de méduses immortelles ont été découverts : 

  • la Turritopsis dohrnii qui vit en Méditerranée 
  • la Turritopsis nutricula, originaire de la mer des Caraïbes.                               

Cette dernière la Turritopsis nutricula mesurant à peine 5 mm à l’âge adulte est la plus étudiée notamment à cause de sa prolifération. En effet, étant composée essentiellement de cellules souches, elle a la particularité de régénérer l’ensemble de son corps indéfiniment. De plus, elle est aussi capable d’inverser son processus de vieillissement, de façon à passer d’une phase de vie avancée à une phase de vie plus jeune.

Cette méduse pose un problème d’invasion des toutes les mers de la terre car peut se reproduire et étant immortelle, le nombre de ces méduses ne cesse d’augmenter. Des scientifiques ont récemment observé que cette espèce se répand dans toutes les mers du globe. Néanmoins même si cette méduse est biologiquement immortelle, elle peut mourir car elle reste tout de même la proie de prédateurs et peut tomber malade ou encore mourir de faim.

L’étude d’animaux immortels  permet de travailler sur le processus de renouvellement des tissus chez les êtres humains. Ainsi, les recherches réalisées sont un espoir pour la lutte contre la dégénérescence d’organes, le cancer, la vieillesse et la mort. Peut-être même un jour aurons-nous le secret d’une jeunesse et d’une vie éternelle?

Marion M, 609