Mar 19

30 livres pour mieux comprendre notre actualité par France Culture

source : France Culture

3 autres affiches de 27 autres livres :

affiche 1 – 30 livres

affiche 2 – 30 livres

affiche 3 – 30 livres

France Culture a cherché dans ses plaisirs de lecture quels étaient les romans qui pouvaient le mieux décrire et décrypter peut-être notre présent troublé… Qu’il y ait différentes manières de s’armer pour mieux comprendre les temps troublés et insaisissables dans lequel nous vivons, personne n’en doute. L’information vérifiée et équilibrée en est une, essentielle ; les enseignements des disciplines de la connaissance, une au   tre ; ceux de l’expérience, une autre encore. Il est aussi un registre puissant qui donne des clés de lecture du monde, différentes et, à nos yeux, irremplaçables : il provient des œuvres de l’imagination, de la littérature.
Voilà donc une sélection de 30 livres à lire, établie par Sylvain Bourmeau (SB), Caroline Broué (CB), Hervé Gardette (HG), Matthieu Garrigou-Lagrange (MGL), Tewfik Hakem (TH), Perrine Kervran (PK), Emmanuel Laurentin (EL)et Sandrine Treiner (ST), parue dans Papiers n°28, la revue de France Culture, le jeudi 14 mars.

La Fin de l’homme rouge de Svetlana Alexievitch (trad. Sophie Benech, Actes Sud, 2013)
Un récit polyphonique qui fait résonner les voix de centaines de témoins pour sonder le cœur et l’âme de l’Homo sovieticus, et ce qu’il en reste. Un formidable récit qui permet de comprendre la Russie d’aujourd’hui à l’aune de ce que fut la vie quotidienne en URSS. CB

Le Garçon qui voulait dormir de Aharon Appelfeld (trad. Valérie Zenatti, L’Olivier, 2010)
Comment l’identité israélienne a été bouleversée par l’arrivée des déportés rescapés de la Shoah. L’auteur a senti le mépris et le rejet se développer contre eux. Et puis il raconte aussi comment, adolescent, une nouvelle langue lui a sauvé la vie. PK

La Servante écarlate de Margaret Atwood (trad. Sylviane Rué, Robert Laffont, 1985)
Avant d’être une série à succès, The Handmade’s Tale est une dystopie qui montre un monde où la religion domine la politique, où le taux de natalité est très bas à cause de la pollution et des déchets toxiques de l’atmosphère et où les femmes sont dévalori­sées jusqu’à l’asservissement. Terrifiant. CB

Disgrâce de J. M. Coetzee (trad. Catherine Lauga du Plessis, Le Seuil, 1999)
La violence, la colère et l’inégalité… Voilà ce que l’apartheid a enraciné en Afrique du Sud. J. M. Coetzee dit la cohabitation interraciale impossible et l’usage de la violence sexuelle pour reprendre le territoire perdu. C’est aussi la voix d’un père vieillissant qui se veut encore vert et qui ne comprend pas les choix de sa fille. PK

Les Noms de Don DeLillo (trad. Marianne Véron, Actes Sud, 1982)
Texte écrit à la fin des années 1970, après un long séjour en Grèce et comme en écho à la violence politique du si Proche-Orient, ce roman fut peut-être le premier à prendre acte de l’ère du terrorisme qui s’ouvrait et à inventer une langue pour le dire. SB

Vernon Subutex de Virginie Despentes (Grasset, 2015-2017)
La trilogie Subutex sonne juste à chaque page. Non parce que Despentes aurait, mieux qu’une autre, compris notre présent — celui-là ne fait que passer —, mais parce qu’elle saisit notre humanité dans ce XXIe siècle assez dystopique. Son personnage éponyme n’est pas l’idéal-type de l’amateur de musique parisien. Il est plus que cela : un personnage universel, mollement lancé aux trousses d’un bonheur en fuite. C’est en cela qu’il nous parle. MGL

Un bébé d’or pur de Margaret Drabble (trad. Christine Laferrière, Christian Bourgois, 2013)
L’auteure sait raconter, comme personne, la vie domestique et ses effets sur les destins féminins. Elle dit comment la maternité peut être un sacrifice et une solitude autant qu’un bonheur, particulièrement si l’on élève seule un enfant handicapé. Elle sait aussi rendre les destinées d’un groupe d’intellectuels et ce à quoi ils ont dû renoncer entre 1950 et aujourd’hui. PK

L’Invention des corps de Pierre Ducrozet (Actes Sud, 2017)
De cavale en cavale, du Mexique à la Silicon Valley, puis de Paris à Hong Kong, ce road book haletant questionne la notion de progrès scientifique à l’heure de l’idéologie transhumaniste. Mêlant réalité et fiction, ce captivant roman intègre dans sa forme les écritures et les possibilités de lecture que permet Internet. TH

Dites-leur que je suis un homme de Ernest J. Gaines (trad. Michèle Herpe-Voslinky, Liana Levi, 1993)
Un grand roman de la dignité humaine ! Un jeune Noir, Jefferson, est accusé à tort d’avoir assassiné un commerçant blanc dans la Louisiane des années 1940. À son procès, il est défendu par un avocat qui le compare à un animal sans cervelle, un porc. Condamné à mort, aidé par sa marraine et un instituteur, il se prépare à mourir en affirmant qu’il est bien un homme. EL

Day de Kenneth Goldsmith (Figures, 2003, non traduit en français)Un jour de septembre 2000, un poète se lance dans la recopie intégrale de l’édition du jour du New York Times. Cela donne Day, premier chef d’œuvre d’écriture uncreative. Ou comment la littérature rattrape enfin l’art contemporain. SB

Rêves de machines de Louisa Hall (trad. Hélène Papot, Gallimard, 2015)
Autour de cinq récits entre 1663 et 2035, l’histoire de quelques êtres humains qui rêvent de créer une vie artificielle pour combler leur solitude. Un futur classique sur les rapports entre l’homme et la machine au temps de l’intelligence artificielle. CB

La Moisson rouge de Dashiell Hammett (trad. P.-J. Herr, Gallimard, 1929)
Dans une époque de complotisme aigu, il fait bon (re)lire l’un des premiers romans noirs de l’histoire : dès 1929, La Moisson rouge offrait via une économie narrative dépouillée le spectacle désolé et désolant d’une ville corrompue mise à feu et à sang par des gangs concurrents. SB

Être sans destin de Imre Kertész (trad. Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai, Actes Sud, 1975)
Kertész nous oblige à envisager la Shoah au moment où les déportés ne pouvaient percevoir leur sort futur. Comment imaginer Auschwitz quand, juif hongrois de quinze ans, on pense avec les idées du monde d’avant ? Comment, après avoir survécu, accepter de revenir dans une société qui ne veut pas comprendre l’ampleur de la catastrophe ? EL

Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce (Les Solitaires Intempestifs, 1990)
Avec une langue incroyable, Lagarce, dans cette pièce de théâtre, rend universel le parcours singulier de toute une génération de jeunes hommes fauchés par le sida. Comment peut-on annoncer sa mort précoce à des proches qu’on a dû quitter pour vivre comme on le voulait ? PK

Le Carnet d’or de Doris Lessing (trad. Marianne Véron, Albin-Michel, Livre de Poche, 1962)
L’amour, l’amitié, l’engagement, la politique, les rapports de classe, de sexe comme de race… Le Carnet d’or à travers la plume tantôt ironique, tantôt désillusionnée de la narratrice, Anna Wulf, est un roman total : le roman d’une vie et d’une femme qui ne veut rien céder, ni de sa liberté, ni de son désir d’aimer et d’être aimée, ni de son rôle de citoyenne dans un monde éminemment perfectible, ni de sa vocation d’écrivaine. L’émancipation a un prix, mais Doris Lessing en restitue toute la valeur — irrésistible et universelle. ST

L’Homme de Kiev de Bernard Malamud, (trad. Gérard et Solange de Lallène, Rivages, 1966)
Kiev, 1911. Yakov Bok, Juif ukrainien athée, a quitté son shtetl pour tenter sa chance dans la grande ville. Arrêté, il est accusé d’un crime rituel : avoir assassiné un enfant chrétien. Jeté en prison, il attend un éventuel procès, qui tarde. Refusant de concéder le moindre aveu comme de dénoncer d’autres Juifs, il affronte une descente aux enfers. Ou comment un vrai complot — politique — s’incarne dans la dénonciation d’un complot imaginaire. Adapté d’une histoire vraie, un roman d’un humanisme rare. ST

Trois femmes puissantes de Marie Ndiaye (Gallimard, 2009)
Triptyque composé comme une partition, entre trois femmes en mouvement, d’Afrique en Europe et l’inverse. Ce roman, prix Goncourt 2009, croise les thèmes contemporains chers à l’auteure : la famille, les dominations de classe, de genre et de « race ». SB

La Route de Cormac McCarthy (trad. François Hirsch, L’Olivier, 2006)
Dix ans après sa sortie en France, l’œuvre majeure pour laquelle McCarthy a obtenu le prix Pulitzer continue à nous hanter. Pour sa charge métaphorique — la fin des civilisations —, pour son écriture sèche et magistrale, il faut lire cette odyssée d’un homme et de son fils errant dans une Amérique ravagée après un cataclysme. TH

Défaite des maîtres et possesseurs de Vincent Message (Le Seuil, 2016)
Et si nous n’étions plus les maîtres du monde ? Si une civilisation extérieure nous avait domestiqués — pour les plus chanceux —, réduits à l’état de viande pour les autres ? Vincent Message nous pousse à adopter le point de vue des animaux… et c’est perturbant. HG

Faux départ de Marion Messina (Le Dilettante, 2017)
Aurélie est une « petite fille de Français moyens ». Pour elle, l’ascenseur social passe par les études et la « montée » à la capitale. Mais à quoi bon avoir Bac + 4 si c’est pour se retrouver à livrer des pizzas ? Le roman du déclassement et de la fracture sociale… HG

Black album de Hanif Kureishi (trad. Géraldine d’Amico, Christian Bourgois et 10-18, 1995)
Un roman de la double appartenance, britannique et pakistanaise. Après Les Versets sataniques, qui jouent d’ailleurs un rôle dans l’intrigue, Kureishi met en scène la tension entre société libérale et intégrisme musulman. EL

Écrire pour sauver une vie -Le dossier Louis Till de John Edgar Wideman (trad. Catherine Richard-Mas, Gallimard, 2016)
1954. Un gamin noir est massacré par le Ku-Klux-Klan pour avoir, dit-on, sifflé une femme blanche. L’assassinat, d’une rare sauvagerie, va enflammer la lutte pour les droits civiques. L’écrivain, auteur d’une trilogie sur son quartier originel de Homewood, ghetto noir de Pittsburgh, revient sur cette affaire judiciaire. Et se demande notamment si les crimes d’hier pourraient se produire de nouveau. Une partie de la réponse est dans la question. ST 

Pastorale américaine de Philip Roth (trad. Josée Kamoun, Gallimard, 1997)
Tout réussit à Seymour Levov, un Américain modèle. Son monde s’écroule le jour où sa fille s’engage dans la lutte politique armée. Qu’a-t-il raté dans son éducation ? Doit-il renoncer à l’aimer ? A déconseiller aux parents anxieux pour l’avenir de leurs enfants… HG

L’Évangile du bourreau de Arkadi et Gueorgui Vaïner (trad. Pierre Léon, Gallimard, 1990)
Comment décrire la cruauté de la répression stalinienne ? Dans ce roman écrit clandestinement dans les années 1970, le narrateur Pavel Egorovitch Khvatkine est confronté à son passé de proche de Staline. Brumeux, empêtré dans les vapeurs de vodka, ce livre ne sauve rien de l’absurdité du système soviétique. EL

Trame d’enfance de Christa Wolf (trad. Ghislain Riccardi, Stock, 1976)
Christa Wolf raconte une enfance sous le nazisme et ose explorer la fascination qu’elle a pu éprouver alors. Elle dit aussi le temps qui passe et qui permet, grâce à la force évocatrice des lieux de l’enfance, d’être enfin foudroyé par ce que l’on n’a pas voulu voir à l’époque. PK

Une Odyssée – Un père, un fils, une épopée de Daniel Mendelsohn (trad. Clotilde Meyer et Isabelle Taudière, Flammarion, 2017)
C’est un livre sur un père et un fils, Ulysse et Télémaque ; un livre sur un autre père et un autre fils, Jay et Daniel Mendelsohn. C’est un livre sur le voyage, la traversée, l’exil, et par-delà les sujets, une méditation sur l’expérience personnelle et l’universel. Mendelsohn lit Homère et, par la grâce de l’écriture, de l’intelligence et de la connaissance, fait vibrer en nous les émotions les plus intimes. ST

Le Ventre de Paris de Émile Zola (1873)
Le ventre et comment le remplir, sujet éternel de l’humanité. Celui de Paris, aux Halles, avant qu’on y vende surtout des vêtements, était plein de victuailles colorées car, pour Zola, l’économie s’incarnait dans des bouquets rouges de carottes et des verdures de pois ou de choux. Rien d’abstrait dans ce beau roman qui montre l’affrontement entre ceux qui ont (les gras) et ceux qui n’ont pas (les maigres). Mais les gras ne sont pas tous de gros chats accapareurs, Zola pratique la nuance. MGL

La Fuite de Monsieur Monde de Georges Simenon (1945, Livre de Poche)
Pourquoi ce Simenon plutôt qu’un autre ? Parce que son titre et son propos résument (presque) tous les autres. Chez Simenon, les vies sont souvent petites et médiocres, la solitude immense, l’envie de fuir envahissante. Absolument indémodable. HG

L’Arbre-monde de Richard Powers (trad. Serge Chauvin, Le Cherche-Midi, 2018)
Réconcilier l’homme et la nature : telle est la tâche que le grand romancier américain s’est confiée avec ce roman fleuve à la structure arborescente complexe qui suit le destin de neuf personnages mus par la cause environnementale. Un roman qui change notre regard sur les arbres. CB

Douleur de Zeruya Shalev (trad. Laurence Sendrowicz, Gallimard, 2015)
Douleur raconte quelques semaines dans la vie d’une femme dont l’existence vacille, rattrapée par un passé qu’elle croyait avoir laissé derrière : le traumatisme d’un attentat et la réapparition dans sa vie d’un grand amour de jeunesse. CB 

Mar 07

ELEPHANT, film de Gus Van Sant (2003) Club Ciné Cassin mardi 12 mars 19h30

Le quotidien de lycéens par une journée très particulière … Film inspiré au cinéaste par la tuerie du lycée de Colombine en 1999, au cours de laquelle douze lycéens et un professeur ont été abattus par deux adolescents.

Palme d’or et prix de la mise en scène au festival de Cannes,  élu deuxième meilleur film de la décennie 2000/2009 par les cahiers du Cinéma.

« Elephant, c’est ce qui se voit comme un nez au milieu de la figure, mais ce que tout le monde souhaiterait bien occulter » Gus Van Sant

Mar 04

Selma

Le film «  Selma » réalisé en 2014 par Ava Duvernay retrace la deuxième partie du combat réalisé par le pasteur Martin Luther King, contre l’apartheid. Le film commence par la remise de son prix Nobel de la paix en 1964. On voit toutes les épreuves qu’il a affronté pour que les noirs puissent voter aussi facilement que les blancs. Ce film montre comment il a réussi à faire changer d’avis le président, notamment grâce aux manifestations sans violence qu’il a organisé. On y découvre aussi l’organisation et le déroulement des trois célèbres marches.

Les acteurs David Oyelowo, Carmen Ejogo, Tom Wilkinson, Common, Tim Roth, André Holland, Tessa Thompson, Stephan James, Ruben Santiago-Hudson et Lorraine Toussaint jouent respectivement les rôles de Martin Luther King, Coretta Scott King, Lyndon B. Johnson, James Bevel, George Wallace, Andrew Young, Diane Nash, John Lewis, Bayard Rustin et Amelia Boynton.

J’ai aimé ce film, c’est une belle histoire émouvante, passionnante, prenante et authentique.

Mar 04

« Les Cahiers Ukrainiens [mémoires du temps de l’URRS]

Photo de la couverture, Amandine M.

J’ai lu la bande dessiné « Les Cahiers Ukrainiens [mémoires du temps de l’URSS] » d’Igort. L’écrivain décrit son livre comme un récit-témoignage, puisqu’il est allé visiter l’Ukraine pour en savoir plus sur la vie pendant et après le communisme.

Dans ce livre, il raconte l’histoire très touchante de plusieurs ukrainiens qu’il a rencontré. Par exemple, Serafima Andrejevna lui a décrit son quotidien durant la plus terrible année de sa vie, c’est-à-dire quand elle a été obligée de manger des racines durant l’hiver. C’était une période où la peur était constante. L’auteur explique aussi ce qu’étaient les Koulaks et pourquoi il ne valait mieux pas en être un. On y découvre aussi comment le cannibalisme est devenu « normal ».

Igort y décrit d’autres facettes de l’Ukraine et le communiste, mais je vous laisse les découvrir.

J’ai trouvé cette bande dessiné très touchante et triste, les histoires des ukrainiens sont très bien racontées, on s’y croirait. Si vous aimez les histoires historiques ou que vous voulez vous renseigner sur le communiste et l’Ukraine, je vous le recommande.

Fév 01

Coupe du monde de handball 2019

Steindy Wikipedia

Elle a eu lieu du 10 au 27 janvier 2019 en Allemagne et au Danemark

Cette année les règles ont été modifiées :

-il y a une première phase de poule dont les trois meilleurs sortent

-puis une deuxième phase de poule où les point de la première sont conservés

-enfin les deux premiers de chaque poule (deux poules) sont qualifiés pour les demi-finales

-pour finir les deux gagnant s’affrontent en finale

Les équipes favorites sont  l’Allemagne (championne d’Europe en titre) , le Danemark (champion olympique en titre ) , et la France ( six fois championne du monde et championne en titre )

Scores de la FRANCE :

-FRANCE-BRESIL : 24-22

-FRANCE-SERBIE : 32-31

-FRANCE-COREE : 34-23

-FRANCE-ALLEMAGNE  : 25-25

-FRANCE-RUSSIE : 23-22

Fév 01

La Mort du Roi Tsongor

La Mort du Roi Tsongor est un roman écrit par Laurent Gaudé en 2002. Son histoire se déroule durant l’Antiquité. Cet ouvrage raconte l’histoire de deux prétendants, Kouame le prince des terres et du sel et Sango Kerim, qui se disputent la main de Samilia la fille du roi Tsongor.

Le roi avait promis sa fille à Kouame, leur mariage approchait. Tout se passait bien jusqu’à ce que Sango Kérime débarque en affirmant que Samilia avait promis de l’épouser lorsqu’ils étaient enfants. Ne sachant pas qui des deux hommes deviendra l’époux de sa fille, le roi décide de se donner la mort, ce qui déclenche une guerre entre les deux hommes. En parallèle le roi Tsongor ne pourra reposer en paix que lorsque la mission qu’il a donné à son plus jeune fils sera accomplie. Elle consiste à construire sept tombeaux de part et d’autre du monde représentant le roi, parmi lesquels un seul serait choisi pour l’enterrer.
Je vous laisse découvrir qui des deux prétendants remporte la guerre en lisant La Mort du Roi Tsongor disponible au CDI.

Fév 01

Le Péril jeune

Photo de l’affiche

Le Péril jeune est un film français réalisé par Cédric Klapisch sorti en 1994 et considéré comme un film culte des années 1990 .

Ce film retrace l’adolescence de cinq  jeunes hommes , Bruno , Alain , Tomasi , Léon et Momo . Dans le film Tomasi est mort et les quatre autres hommes se retrouvent pour l’accouchement de sa femme . Contents de se revoir , ils se remémorent les souvenirs passés de leur jeunesse au lycée . Ils n’étaient pas des élèves modèles et s’amusaient plus qu’ils ne travaillaient .

Ces élèves n’étaient pas du genre « bosseurs » et profitaient de n’importe quelle occasion pour ne pas aller en cours . Ils faisaient les grèves , séchaient des cours et arrivaient en retard .

Au final ils assistent tous ensemble à l’accouchement de la femme de Tomasi et sont heureux de l’arrivée du nouveau-né . Ils repartent ensemble pour de nouvelles aventures .

Nous avons trouvé ce film très humoristique et ne nous attendions pas à cette fin .

MATTHIEU G

LUCAS V

 

Fév 01

Le diable s’habille en Prada

Photo d’une scène du film

Le diable s’habille en Prada (The Devil wears Prada) est une comédie dramatique américaine réalisée par David Fankel. Il est adapté du roman éponyme de Lauren Weisberger, qui est au CDI du lycée.

Ce film sorti en septembre 2006, raconte l’histoire d’une jeune journaliste en début de carrière. Elle réussit à avoir comme premier emploi un poste d’assistante de la rédactrice en chef d’un grand magazine de mode new-yorkais : le Runway.  Andrea Sachs est une jeune femme qui ne se soucie pas de son style vestimentaire, mais elle va très vite se rendre compte que dans cette société, le style de chaque employé doit être parfait et les vêtements doivent être de marque. Durant tout le film elle va devoir se plier aux caprices de la dirigeante de la boite, la très célèbre Miranda Priestly.

Acteurs principaux :

  • Meryl Streep : Miranda Priestly
  • Anne Hathaway :  Andrea (Andy) Sachs
  • Emily Blunt : Emily Chartlon
  • Stanley Tucci : Nigel

Fév 01

Petit pays

Photo de l’affiche

Petit pays est un roman français paru le 24 août 2016 aux éditions Grasset et écrit par Gaël Faye. Gaël Faye est un chanteur, rappeur et auteur-compositeur-interprète franco-rwandais. C’est son premier roman. qui a remporté de nombreux prix dont le prix Goncourt des lycéens.

Ce livre raconte l’histoire de Gabriel, un jeune burundais dont la mère est une Tutsi du Rwanda et son père un expatrié français. Il est âgé d’une dizaine d’années et a une enfance heureuse avec ses parents et sa sœur et fait les quatre cent coups avec sa bande de copains. Gaël Faye nous raconte sa propre histoire à travers celle de Gabriel. Puis sa vie devient une descente en enfer, un enfer à partir de la séparation de ses parents : il assiste à la guerre civile au Burundi, aux massacres et aux villes mortes, puis vient le génocide des Tutsis par les Hutus au Rwanda. Sa famille massacrée, sa mère dévastée . . . étant lui-même d’origine Tutsie, Gabriel doit faire face à tout cela n’étant encore qu’un enfant.

Pour moi c’est un superbe livre qui regorge d’émotions même si c’est une histoire dure et triste. Ce livre se lit très rapidement et je le conseille à tout type de lecteur.

Ce livre est disponible au CDI

Fév 01

A star is born

Photo de l’affiche

A star is born est un film américain réalisé par  Bradley Cooper. Il est sorti en 2018.

Les rôles principaux de Jackson Maine et Ally Campana sont joués par Bradley Cooper et Lady Gaga. Star de la chanson sur le déclin, Jackson Maine découvre Ally Campana, une jeune chanteuse avec de beaucoup de talent. Ils tombent tous deux follement amoureux. C’est alors que Jack propulse Ally sur le devant de la scène et fait d’elle une grande artiste adorée par le public. A la fin d’un concert Ally rencontre Rez, un producteur qui lui propose un contrat. Bientôt éclipsé par le succès de la femme, Jackson vit de plus en plus mal son propre déclin.

Nous avons beaucoup apprécié ce film car il est très touchant.

L Maeva, D Noémie