Un combat pour la liberté: l’exemple des esclaves africains dans les possessions françaises par les élèves de 4V.

 

Les routes du commerce triangulaire.

La traite des noirs est la déportation massive d’Africains principalement vers le continent Américain. Celle ci commença au début des années 1500 et ne cessa complètement qu’à la fin du 19ème siècle.

La traite négrière saigne l’Afrique : quinze à vingt millions d’hommes et de femmes sont déportés en trois siècles et vont faire prospérer les plantations des grandes puissances coloniales.

Le commerce triangulaire est un commerce qui forme un triangle. Les européens de l’ouest traverse l’océan Atlantique pour se diriger en Afrique pour échanger leurs marchandises, des pacotilles, contre des prisonnier Africains. Ils se dirigent ensuite en Amérique pour échanger les esclaves noirs contre du coton, du sucre, du tabac, du cacao, du café. Ces produits seront vendus en Europe

Aujourd’hui la traite des noirs est considérée comme un crime contre l’humanité, ce que les français ont reconnu en votant la loi du 10 mai 2001.

Callie, Leila, Meyssa et Maelyne

Le transport des esclaves dans les navires négriers

Maquette du navire négrier l’Aurore lancé en 1784 ou 1786 sur des plans de Jean Boudriot par Francis Boyer.

Le voyage de l’Afrique à l’Amérique durait entre 2 à 3 mois. Les esclaves étaient entreposés dans les cales du navire. ils voyageaient dans des conditions horribles.

Alessia, Loïse, Florian et Mattias

Le code noir

Sur cette gravure de Moreau Le Jeune, de la fin du XVIIIe siècle, le Code noir est dépeint comme une avancée humaniste. © www.bridgemanimages.com

Le code noir est un ouvrage français publié pas Jean Baptiste Colbert en1685 . Il est appelé ainsi car il régit la vie des esclaves noirs dans les colonies françaises.

Emma, Léa, Enzo et Gabriel

Vie et travail des esclaves dans les plantations

Esclaves coupant la canne-à-sucre.

Les conditions de vie des esclaves sur les plantations varient d’un lieu a un autre, selon le type de culture et l’emploi occupé. Les hommes ou les femmes travaillent dans les champs de cannes à sucre, de coton. Le travail commence dés l’aube et ne se termine qu’au crépuscule avec une seule heure de pause qui est pour le repas.Ils s’alimentaient de riz et de farine de manioc. Le travail des esclaves était menacé par le soleil écrasant sous la menace constante du fouet de commandeur  qui s’assure de la cadence. Les récoltes sont rythmées par des chants.

Néanmoins les hommes travaillent aussi souvent dans les métiers d’artisans (boulangers,charpentiers,tonneliers,tailleur de pierre…). Les femmes exerçaient plus souvent le métier de cuisinière, servante ou nourrice dans la maison des maîtres.

Case d’esclaves

Dans les îles,le propriétaire laissait les esclaves construire leurs cabanes avec le bois et les végétaux qu’ils trouvaient sur place . Ces hameaux étaient situés de préférence près d’un ruisseau ou d’un point d’eau. Les esclaves ne portaient que des haillons. Seuls les domestiques avaient le droit à de belles livrées qui témoignaient de la grande richesse de leur maître.

Tess, Ludivine, Raphael, Paul

Résistances et Révoltes des esclaves dans les plantations

Il y a plusieurs formes de résistances, ça débute en Afrique. Les esclaves refusent de subir cet esclavage passivement et s’ organisent pour s’opposer à leur capture.

En 1839, un groupe d’esclaves se mutinent à bord de l’Amistad.

Des révoltes éclataient souvent pendant les voyages car ils sont maltraités. Le capitaine n’hésitait pas à faire jeter les rebelles par dessus-bord. Dans les navires les esclaves se rendent parfois maîtres du bateau mais ils n’arrivent pas manœuvrer. Il font naufragent et sont repris part des navires de passage.

Esclaves en fuite discutant autour d’un feu.

Dans les plantations, le suicide est une forme de résistance. Les esclaves ont recours à d’autres formes de rébellion passive, comme la désobéissance ou l’automutilation. Les plus tragiques d’entre elles sont l’infanticide et l’avortement systématique.Enfin, une résistance active consiste à fuir les plantations ou les mines pour se réfugier dans la nature. Cette pratique est appelée marronnage.

Valentin, Manon, Quentin et Selma

Toussaint Louverture

Buste en bronze de Toussaint Louverture.

Toussaint Louverture de son vrai nom François Dominique est né le 20 mai 1743 à Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti) . Né esclave, il est affranchi en 1776 . On dit qu’il était le fils du roi du Bénin. Son père aurait été déporté sur l’île de Saint -Domingue où il travailla dans les plantations de café et de sucre .

Pendant une grande partie de sa vie, Saint-Domingue est sous le contrôle de la France. En 1791, Toussaint Louverture rallie la révolte des esclaves noirs. Toussaint forme sa propre armée de rebelles. C’est de ces guerres qu’est tiré son nom « Louverture » en raison de sa facilité à trouver une « ouverture » ( un défaut ) dans les lignes ennemies. La France combat les rebelles mais en 1801, Toussaint prend le contrôle de toute l’île. Il libère les derniers esclaves et se proclame gouverneur général d’Haïti.

Toussaint gouverne Saint-Domingue jusqu’en 1802. Cette année là, la France envoie des troupes pour récupérer le contrôle de l’île. En 1803 Toussaint est capturé puis envoyé en France ou il est emprisonné. Il meurt le 7 avril 1803. L’indépendance de l’île est regagné par un autre chef noir du nom de Jean-Jacques Dessalines en 1804.

Mamoudou, Hicham, Lubin, Hylan

De la critique au 18ème siècle à l’abolition de l’esclavage au milieu du 19ème siècle

Au 18eme siècle des intellectuels critiquent l’esclavage. En 1721 dans « les Lettres persanes » et en 1748 dans « L’Esprit des Lois », Montesquieu, philosophe des lumières, condamne l’esclavage.

En 1788, le publiciste Brissot crée la société des Amis des Noirs qui réunit une nouvelle génération de philosophes et d’hommes politiques. Sa mission est de militer l’abolition de la traite des noirs. En 1791, les esclaves se soulèvent en Guadeloupe et à Saint-Domingue. L’esclavage y est abolit en 1793 et, un an plus tard, en 1794, dans toutes les colonies françaises. En 1802 Napoléon Bonaparte rétablit l’esclavage.

Finalement l’abolition de l’esclavage dans les possessions françaises est décrétée en 1848 par Victor Schoelcher qui est un journaliste et homme politique français.

Noa P, Eliot, Noa et Leny.