Dys sur 10 – Delphine Pessin

Dylan qui est dyslexique, ce qui le retarde scolairement. Ce livre fait comprendre au lecteur qu’il y a plusieurs points de vue par rapport à la dyslexie, notamment ceux de Dylan et de ses parents. Au début, Dylan s’attire beaucoup d’ennuis au collège. Aux yeux de sa mère la dyslexie est un handicap, tandis qu’aux yeux de son père, Dylan n’est qu’un feignant qui est trop mou pour s’activer au collège. Ayant surpris cette conversation, Dylan cache à ses parents qu’il récolte de l’argent pour participer à un voyage en Angleterre et qu’il s’est inscrit à un club théâtre. Mais un jour, après un test pour son orientation scolaire pour son futur métier, ses parents ont une fois de plus rendez-vous chez la CPE du collège. Ses secrets sont donc dévoilés et la communication entre Dylan et ses parents est rompue, jusqu’au jour de la grande représentation théâtrale…

J’ai aimé ce livre car je l’ai trouvé captivant, c’est tellement réaliste que c’est fou comme cela pourrait arriver dans la vraie vie. Le livre m’a fait voir le point de vue de plusieurs personnages assez importants à propos de la dyslexie. Je le recommande à ceux/celles qui sont à la recherche de livres dont l’histoire est réaliste et intéressante.

Natalia

Nos éclats de miroir – Florence Hinckel

Cléo adore écrire. Depuis presque 5 ans, elle vit sa passion, dans son journal ou simplement dans sa tête. Elle décide un jour d’écrire à son écrivaine préférée, celle qu’elle considère à la fois comme une sœur et une amie, Anne Frank. Elle commence alors un nouveau journal, dans lequel elle écrit chaque jour, en commençant par « Chère Anne » et où elle raconte tout : sa mère et ses œuvres en éclats de miroir, sa grande sœur Mélodie, sa meilleure amie, parfois méchante, Bérénice, et Dimitri, son amour d’enfance. Elle conclut chacune de ses lettres par « A toi, Kitty ».

J’ai bien aimé ce livre même si j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire au début. L’idée de l’auteure d’écrire des lettres à Anne Frank est originale, mais le fait que Cléo s’adresse à Anne rajoute peu de choses à l’histoire car elle raconte ce qu’elle ressent comme si elle s’adressait simplement à un journal.Malgré ce que je trouve être un petit défaut, je le recommande car c’est tout de même un livre intéressant, dans lequel on ne s’ennuie pas une fois rentré dans l’histoire !

Danaé

La traversée – Jean-Christophe Tixier

Sam ou Seyba de son prénom de naissance est un jeune homme africain grand et fort. Il a toujours rêvé de quitter son pays natal pour rejoindre l’Europe en tant que migrant car il souhaite la liberté. Un jour l’occasion de partir se présente et il la saisit sauf que de part son gabarit on lui confie l’énorme responsabilité de conduire le bateau. N’ayant pas le choix il s’exécute, mais une fois l’embarcation terminée et la mer prise de nombreuses complications interviendront dans leur voyage en quête de l’Europe.

J’ai trouvé le thème de l’histoire et l’histoire en elle-même intéressants car l’auteur parle de tout ce qu’endurent les migrants lors de leur voyage. Le seul point négligeable est la fin en suspens qui personnellement me frustre tout particulièrement. J’étais vraiment prise dans l’histoire, il y avait des moments émouvants et d’autres où j’avais envie de secouer Sam pour lui hurler de ne pas abandonner.

Lana

Miss Crampon – Claire Castillon

Suzine est une jeune fille ayant eu un petit problème quand elle était petite.

L’histoire commence pendant les vacances d’hiver. Suzine est au ski avec son père et sa belle-mère.

Avant de partir, elle s’est disputée avec ses deux meilleures amies. La cause : un pull et un garçon. Ce même garçon qu’elles croise à la station de ski !

Elle est stréssée par les insultes et toutes les méchancetés qu’elle reçoit de la part de ses amies alors elle l’est encore plus quand les filles lui demandent : « Tu l’as croisé ? »

Ses parents sont séparés et sa belle-mère est la seule à qui elle parle, car elle le dit elle-même : sont activité préférée est de se « chuter », de s’empêcher de parler.

J’ai bien aimé ce livre car même si ce type d’histoires se retrouve dans plein d’autres livres du même genre, l’auteur a réussi à en faire sa version, son histoire. Suzine est un beau prénom d’ailleurs l’histoire de la provenance du prénom est très drôle.

Je me suis reconnue dans certains passages. Le fait qu’elle soit sourde m’a fait penser à une personne que je connais.

Julia